Loi sur la sécurité nationale: «Le pouvoir chinois va créer de l’instabilité à Hong Kong»
Mathieu Duchâtel, directeur du programme Asie à l'Institut Montaigne, à Paris.
© Institut Montaigne
Article

Loi sur la sécurité nationale: «Le pouvoir chinois va créer de l’instabilité à Hong Kong»

La Chine renonce à tout objectif de croissance pour 2020. Li Keqiang, le Premier ministre chinois, en a fait l'annonce dans son rapport annuel le 22 mai 2020 devant les près de 3 000 délégués de l'Assemblée nationale populaire (ANP). Li Keqiang reconnaît que la deuxième économie du monde peine à redémarrer après l'épidémie. Dans une conjoncture mondiale incertaine, Pékin fait le pari du numérique et de l'entreprise privée tout en prenant le risque de relancer la crise à Hong Kong. Décryptage avec Mathieu Duchâtel, directeur du programme Asie à l'Institut Montaigne.
Par Stéphane Lagarde -

RFI : Dans un contexte de reprise difficile, la modernisation de l'Armée populaire de libération se poursuit. Comment interpréter cette hausse des dépenses militaires annoncée par le Premier ministre ?

Mathieu Duchâtel : 6,6 % c’est une hausse qui reste assez rapide, même si on reste un cran en-deçà de l'augmentation des dépenses officielles de la défense chinoise ces cinq dernières années qui fluctuaient entre plus 7 et plus 10 %. Cela dit, cette nouvelle croissance amène les dépenses militaires de la Chine à 178 milliards de dollars pour l’année 2020, autrement dit un très franc deuxième derrière les États-Unis, et il faut bien voir que ces dépenses militaires officielles n’incluent pas certains éléments qui sont inscrits dans des budgets de défense d’autre pays. Je pense par exemple aux dépenses en matière de dissuasion nucléaire, mais aussi à certains achats d’équipements militaires pour l’armée, en particulier les importations de matériel de guerre de l’étranger. Ce qui est important cette année c’est que la croissance du budget de la défense est décorrélé de la croissance économique de la Chine.

À lire aussi : Pékin étale sa puissance militaire pour marquer le 70e anniversaire de la RPC

Comment expliquer cette décorrélation, alors que tous les signaux économiques sont aux rouges encore une fois, notamment concernant l'emploi ?

On est dans une année très particulière où la croissance chinoise sera bien en-dessous du taux de ces dernières années. La croissance chinoise se situait généralement dans une fourchette entre 6 et 7 %. Or la banque mondiale l'évalue aujourd'hui à moins de 3 %, et ça pourrait être pire. Il y a de véritables interrogations en Chine à ce sujet, et on constate d'ailleurs que, pour la première fois au Congrès, le Premier ministre Li Keqiang a renoncé a fixer un objectif de croissance pour le pays. Résultat : on a décorrélation complète entre la croissance des dépenses de défense de la croissance économique. C'est une nouveauté, car ces dernières années la croissance du budget militaire était toujours un peu supérieure à la croissance économique de la Chine. Le message était que l’outil de défense chinois devait accompagner la montée en puissance de la Chine. Mais cette année, c’est différent. Le signal qui est envoyé est un signal de force, les programmes de modernisation militaire sont disons protégés du contexte de crise économique en Chine et les objectifs en matière de sécurité nationale demeurent les mêmes. On est dans une phase de compétition très sévère avec les États-Unis, la Chine dépense ce qu’il faut pour maintenir la continuité dans ses programmes de modernisation.

À lire aussi : Coronavirus: en Chine, les inquiétudes pour la croissance et l’emploi

Pékin affiche sa victoire sur le coronavirus à l'occasion de ces sessions parlementaires. Pour l'appareil de propagande, c'est aussi une victoire sur le modèle occidental.

Mathieu Duchâtel : La Chine s’en sort mieux que les États-Unis et certains pays d’Europe occidentale pour ce qui est de contenir la pandémie de Covid-19, même si elle a échoué à convaincre les occidentaux de la réalité des chiffres officiels qu’elle a donné sur le nombre de cas, le nombre de morts. Dans l’ensemble, la Chine va redémarrer plus tôt que les États-Unis et que l’Europe occidentale. Est-ce qu’elle est en position de force ou est-ce qu’elle est en position de faiblesse ? On sent bien en tous cas que Pékin a décidé de saisir cette effet d’aubaine, profiter du fait que le pays est sortit plus tôt de la crise sanitaire pour avancer très fort sur Hong Kong. Mais là c'est aussi prendre un véritable risque dans les relations entre la Chine continentale et la région administrative spéciale, et dans la gestion de la crise à Hong Kong. C'est aussi prendre le risque d'émousser une peu plus la relations avec les États-Unis qui ont déjà réagi à cette annonce.

En imposant une législation sur la sécurité nationale, le pouvoir chinois va créer de l’instabilité et des troubles sociaux à Hong Kong, et en tous cas relancer la crise. La Chine saisi cette opportunité en misant sur une faiblesse de la réponse américaine et européenne, mais dans le même temps on voit que sur le plan économique, la Chine est contrainte de faire des choix qu’elle avait refusé de faire dans les années précédentes.

À lire aussi : Pékin veut présenter une loi sur la «protection de la sécurité nationale» à Hong Kong

Quels sont ces choix ?

Mathieu Duchâtel : D’abord celui de relancer l’économie non plus par la consommation, mais par l’investissement. On attend des annonces sur le plan d’investissement de la Chine qui sera dominé par de l’infrastructure au service de la révolution numérique. En particulier l’infrastructure 5G, les centres de données etc. Donc un véritable pari sur la révolution numérique pour relancer la croissance avec un plan de dépenses publiques et puis aussi on voit dans les annonces du Premier ministre qu'elle mise un peu plus sur le secteur privé, avec des mesures pour faciliter l'endettement des entreprises, ainsi que pour les libérer d’une fiscalité particulièrement forte. On s'éloigne donc du capitalisme d’État triomphant de ces dernières années, où les grandes entreprises d’État était très soutenues par le régime. On voit là, en particulier en direction des petites et moyennes entreprises, que la Chine se rend bien compte qu’elle va devoir gérer une crise de l’emploi et gérer des problèmes économiques à l’échelon local et donc, qu’elle doit un petit peu faire évoluer son modèle.

Publié le 29/05/2020 - Modifié le 29/05/2020

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias