Le président togolais Faure Gnassingbe à Lomé le 15 février 2005.
Le président togolais Faure Gnassingbe à Lomé le 15 février 2005.
Pius Utomi Ekpei / AFP
Article

Faure Gnassingbé annonce une présidentielle

En février 2005, l'homme fort du Togo a promis un scrutin présidentiel mais en restant au pouvoir. Près de 25 000 personnes avait manifesté le 19 février 2005 contre le «coup d'État» militaire qui a porté Faure Gnassingbé à la présidence.
Par Carine Frenk -

Faure Gnassingbé refuse de quitter le pouvoir mais sous la pression internationale, il accepte finalement d'organiser dans les 60 jours une élection présidentielle dans le respect, dit-il, de la constitution, mais c'est bien la seule concession que le fils du président défunt Eyadema semble faire. Car cette élection, il la veut à ses propres conditions : c'est lui qui va diriger la période de la transition, son gouvernement qui va organiser le scrutin.

Surtout, Faure Gnassingbé fait référence dans son allocution à la constitution de 1992 amendée en décembre 2002. Taillée sur mesure pour feu le général Eyadema, elle prévoit non seulement un scrutin à un seul tour mais en plus, elle introduit des critères de résidence, ce qui exclut de fait Gilchrist Olympio, le leader de l'opposition togolaise qui vit en exil à Paris pour des raisons de sécurité.

Une constitution taillée sur mesure

Or, quand Faure Gnassingbé affirme que l'ordre constitutionnel est rétabli, il rétablit aussi l'article 144 de la loi fondamentale. Cela signifie que cette constitution ne pourra plus être modifiée pendant cette période de 60 jours. Selon une source diplomatique, il s'agit là d'un nouveau tour de passe-passe. 

Il refuse catégoriquement toute modification nouvelle du code électoral. La constitution togolaise, taillée sur mesure pour Gnassingbé Eyadema, prévoit en effet non seulement un scrutin à un seul tour, mais en plus, elle introduit des critères de résidence.

Publié le 19/10/2015 - Modifié le 22/08/2017

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias