Que fera Vladimir Poutine au terme de son dernier mandat en 2024 ? Les scénarios sont multiples.
Que fera Vladimir Poutine au terme de son dernier mandat en 2024 ? Les scénarios sont multiples.
Alexei Druzhinin / SPOUTNIK / AFP
Article

Russie: les quatre scénarios de Poutine pour l'après-2024

En théorie, le chef du Kremlin achèvera son quatrième et dernier mandat en 2024, puisque la Constitution de 1993 lui interdit de se présenter une cinquième fois. Les commentateurs ne sont pas tous d’accord en revanche sur les intentions du président russe. Tour d’horizon des différentes pistes évoquées.
Par Daniel Vallot -

De notre correspondant à Moscou,

C’est une cadence infernale que Vladimir Poutine a imposé à la classe politique russe. Démission du gouvernement Medvedev, nomination d’un nouveau Premier ministre et annonce d’une réforme de la Constitution… Une cadence infernale et un seul objectif : préparer l’après-2024, date à laquelle s’achèvera le mandat entamé en 2018. Mais quels sont les scénarios ?

Scénario 1 : la révision constitutionnelle n’est pas considérée comme rétroactive. Elle remet les compteurs à zéro et permet donc à Vladimir Poutine de se présenter de nouveau ! Scénario évoqué par plusieurs juristes qui le considèrent possible mais tout de même peu probable.

Scénario 2 : Vladimir Poutine prend la tête du Conseil d’État, institution actuellement « en veilleuse » mais qui devrait sortir renforcée de la réforme constitutionnelle. L’amendement proposé par Vladimir Poutine en renforce les attributions, sans préciser qui en prendra la direction. Pour de nombreux observateurs, l’actuel président russe se réserve ainsi la possibilité de continuer à jouer un rôle par ce biais-là. « Peu importe la forme que cela prendra ! Je pense qu’il y aura une sorte de gouvernance bicéphale, analyse Tatiana Stanovaya, du centre de réflexion R.Politik. « Une "tandemocratie" qui permettra à Vladimir Poutine non pas de rester à la tête du pays, mais de rester au pouvoir. »L’option ressemble à s’y méprendre à celle choisie par Noursoultan Nazarbaïev pour rester au pouvoir au Kazakhstan. « Sauf que Nazarbaïev a mené une réforme de la Constitution bien plus radicale qu’en Russie, nuance la politologue. En Russie, si Vladimir Poutine dirige le Conseil d’État, je pense qu’il n’aura pas de pouvoirs aussi étendus que ceux conservés par Nazarbaïev dans son pays. »

Scénario 3 : Vladimir Poutine renonce pour de bon au pouvoir, il ne cherche qu’à s’assurer une succession stable et à renforcer les institutions. « C’est un scénario qu’il a expérimenté en 2000 et qui est celui d’un véritable changement de génération et de dirigeants, analyse Arnaud Dubien, directeur de l’Observatoire franco-russe de Moscou. Il ne faut jamais oublier que Vladimir Poutine a été très populaire au tout début des années 2000 par un effet de contraste avec Boris Eltsine, un Boris Eltsine finissant. Je pense que l'image de Boris Eltsine, et avant lui des dirigeants soviétiques du début des années 1980, est un repoussoir très fort à la fois pour Poutine et pour les Russes. Et je ne suis pas certain que le rêve ultime de Poutine soit de terminer sa vie au pouvoir. »

Scénario 4 : La transition pourrait se faire… avant 2024 ! Quelles que soient les intentions de Vladimir Poutine pour la suite, il se pourrait que le président russe ait l’intention de bousculer le calendrier électoral et de devancer les échéances de 2021 (législatives) et même celle de 2024 ! « L’hypothèse d’élections anticipées, qui a été mentionnée dans la presse russe, est à prendre au sérieux, estime Tatiana Stayonova. Cela expliquerait que Vladimir Poutine précipite à ce point les choses. De plus, dans son discours du 15 janvier au Parlement, il a annoncé des aides sociales très coûteuses et très importantes. Le bénéfice politique qu’il va en tirer ne durera qu’un ou deux ans, on peut donc se poser la question : pourquoi fait-il cela maintenant, si ce n’est parce qu’il veut organiser des élections anticipées ? »

En attendant, il faudra que la révision de la Constitution soit menée à bien. La presse russe estime qu’elle pourrait se faire très rapidement, et que le « vote national » (le gouvernement refuse de parler de référendum) sera organisé dès le mois d’avril.

Publié le 09/04/2020 - Modifié le 09/04/2020

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias