Le roi d'Arabie saoudite, Abdallah ben Abdelaziz Al Saoud, à son arrivée en Inde le 24 janvier 2006.
Le roi d'Arabie saoudite, Abdallah ben Abdelaziz Al Saoud, à son arrivée en Inde le 24 janvier 2006.
public.resource.org / Flickr Creative Commons (CC-BY 2.0)
L'Inde et l'Arabie Saoudite s'accordent à considérer que « la poursuite par Israël de la colonisation dans les territoires palestiniens est un obstacle majeur au processus de paix ». Dans la déclaration commune signée à l'issue de la visite officielle du Premier ministre indien, les deux pays ont réaffirmé le caractère « stratégique » de leur relation et leur volonté commune d'approfondir leur coopération. Riyad s'est notamment engagée à porter ses livraisons de brut à l'Inde à 40 millions de tonnes par an, contre 25,5 millions de tonnes actuellement.
Par RFI -

Ce qui est « stratégique » pour l'Inde, c'est l'énergie, dont elle manque cruellement, et la sécurité pour soutenir sa croissance. Pour l'Arabie Saoudite, c'est le pétrole et la sécurité. C'est donc autour de ces deux thèmes que New Delhi et Riyad ont élaboré ce renforcement du partenariat entamé en 2006.

À l'issue de la visite fin février 2010 de Manmohan Singh, le premier chef de gouvernement indien à visiter l'Arabie Saoudite en 28 ans, New Delhi peut donc compter sur la solidité de son partenaire pour assurer les approvisionnements indispensables à son décollage économique. Pour le reste, il est probable que l'essentiel n'est pas dans le renforcement des divers dispositifs déjà installés et visant à renforcer la coopération.

Parmi les nouveautés, on peut noter toutefois le transfèrement des condamnés pour qu'ils effectuent leur peine dans leur pays. L'Arabie Saoudite compte une main-d'œuvre indienne immigrée de près de deux millions de travailleurs.

Ce qui compte le plus dans ce genre de rencontre, c'est surtout ce qui se passe en marge des cérémonies officielles, lors des tête-à-tête, et il est vraisemblable que l'ombre de l'influence saoudienne sur le Pakistan a plané sur les discussions, au moment où New Delhi et Islamabad reprennent le dialogue. Rappelons qu’avec 130 millions de fidèles, l'Inde est le troisième pays musulman du monde, juste derrière l'Indonésie et le Pakistan, justement.

En savoir plus :

Nina et Olivier Da Lage : « L'Inde de A à Z » .

Publié le 27/04/2017 - Modifié le 02/05/2017

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias