Conteneurs maritimes du port de Qingdao, dans la province du Shandong, en Chine.
Conteneurs maritimes du port de Qingdao, dans la province du Shandong, en Chine.
路透社 / Reuters
Article

La Chine, moteur de la croissance mondiale

La Chine a le moral et une croissance de 7,8%, prévue pour 2002. Il faut sans doute relativiser la fiabilité des chiffres officiels. Mais c’est tout de même supérieur aux attentes annoncées en début d’année.
Par Hélène Mendes Da Costa -

Malgré le ralentissement américain, la Chine tire bien son épingle du jeu. Elle est même devenue l’un des rares moteurs de l’économie mondiale.
Le pays le plus peuplé du monde a la chance d’avoir un immense marché intérieur. Pourtant, ce n’est pas la consommation locale qui tire le dragon chinois. Selon la lettre confidentielle China Act and Fact, le pays serait entré dans une spirale déflationniste. Les familles, alarmées par la montée du chômage, épargneraient pour les mauvais jours plutôt que dépenser, le cœur léger.
Les mamelles du dragon sont plutôt les investissements publics dans le domaine des infrastructures. En un an, ces derniers ont fait un grand bond en avant de 25%. L’autre grande source de richesse est la croissance des exportations conjuguée avec l’afflux des investissements étrangers.
En dix ans, la Chine a absorbé la moitié des investissements destinés aux pays en voie de développement. Et pour la première fois en 2001, la Chine a surpassé les Etats-Unis au hit parade des pays les plus recherchés par les investisseurs étrangers. Les bénéfices de son adhésion à l’Organisation mondiale du commerce ont donc commencé à se faire sentir, avant même son intronisation officielle, en décembre dernier.

L’Empire du Milieu subit une métamorphose historique. Le nain économique, lesté de l’héritage du maoïsme, devient un partenaire économique incontournable des pays asiatiques.
Il s’est acquis la confiance de ses voisins lors de la crise financière asiatique: par solidarité, il n’a pas dévalué sa monnaie, ce qui aurait renchéri le prix des exportations de ses voisins. Et aujourd’hui, des négociations en vue de la création d’une zone de libre-échange sont en cours avec les dix pays de l’Association des nations du Sud-Est asiatique. En deux ans, la Chine est devenue le cinquième fournisseur de l’Indonésie et le deuxième du Cambodge. Même le Japon, la deuxième puissance économique du monde et le géant économique de l’Asie s’inquiète de la montée en puissance commerciale de la Chine à sa porte. Nain politique, le Japon redoute, à terme, de perdre son appellation de géant économique unique en Asie en faveur de la Chine.

 

Publié le 10/01/2017 - Modifié le 01/02/2017

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias