Manifestation contre la guerre en Afghanistan dans le Minnesota, aux États-Unis, le 19 mars 2011.
Manifestation contre la guerre en Afghanistan dans le Minnesota, aux États-Unis, le 19 mars 2011.
Fibonacci Blue/Flickr Creative Commons (CC-BY 2.0)
Article

Afghanistan: 10 ans d’interventions étrangères et d’occasions ratées

Le 7 octobre 2011 marque les dix ans de guerre en Afghanistan, et de l’intervention internationale, chapeautée par les États-Unis. Le bilan est très mitigé. Cette intervention a été décidée après les attentats du 11 septembre 2001. Entre 1979 et 1988, le pays a connu l’invasion soviétique avec à la clé, un conflit sanglant. Aujourd’hui, le pays vit une situation d'enlisement. La coalition internationale de l’Isaf qui a programmé son retrait d’ici trois ans reste confrontée à cette même spirale de l’enlisement dans les vallées afghanes.
Par RFI -

Le 7 octobre 2001, lorsque les Américains et les Britanniques bombardent l'Afghanistan, l'objectif est clair : démanteler les groupuscules d'al-Qaïda et chasser les talibans qui les protègent. Au sol, les progrès sont rapides. Les forces spéciales, qui s'appuient sur des chefs locaux et des combattants de l'Alliance du Nord, reprennent Mazar-e Charif, Hérat et Kaboul. Et le 7 décembre, les talibans fuient leur fief de Kandahar.

À la frontière pakistanaise, les forces spéciales fouillent les grottes et les caches d'al-Qaïda. Les montagnes de Tora Bora sont bombardées jour et nuit. Mais les principaux cadres de la nébuleuse terroriste parviennent à s'enfuir. Dans le même temps, une force internationale d'assistance s'installe à Kaboul (en anglais). À l'époque, c'est une mission de maintien de la paix : 5 000 hommes dont l’objectif est d’accompagner les Afghans à reconstruire le pays.

En 2004 , l'Isaf (Force internationale d'assistance et de sécurité) commandée par l'Otan, étend son mandat hors de Kaboul. Hamid Karzaï est élu président. Dès 2005, les talibans mènent une guérilla féroce et regagnent du terrain. L'Isaf passe de 20 à 30 000 hommes. Les effectifs ne cesseront d'augmenter, les pertes également. Mais l'administration américaine enlisée dans un autre conflit en Irak considère que l'Afghanistan n'est pas une priorité.

Ce n’est qu’en 2009, après l'élection de Barack Obama, que le Pentagone décide d'envoyer massivement des troupes. C'est le « surge », une montée en puissance avant un retrait annoncé. Les forces coalisées atteignent 140 000 hommes en janvier 2011. Mais la sécurité n'est pas revenue. La reconstruction a trop tardé. Été 2011, les insurgés mènent des attaques-suicide jusqu’au cœur de Kaboul.

D'ici 2014, ce sont les forces de sécurité afghanes qui devront prendre le relais. Une armée hétéroclite de plus de 300 000 hommes.

Publié le 16/05/2017 - Modifié le 09/11/2017

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias