Le module d'observation Bubble en test au bassin d'essais du centre breton de l'Ifremer
Le module d'observation Bubble en test au bassin d'essais du centre breton de l'Ifremer
Olivier Dugornay/ Ifremer
Sitographie

Surveiller les grands fonds marins pour mieux comprendre les colères de la Terre

Mieux comprendre la vie de la Terre en installant des observatoire de surveillance en continu des fonds marins, tel est le projet de l'Ifremer, qui travaille à la mise au point d'un « nouveau mode d'investigation de l'océan basé sur l'utilisation d'observatoires "fond de mer - long terme et temps réel", permettant d'obtenir des données dans les quatre dimensions ».
Par RFI -

Manque de recul dans l'observation des catastrophes naturelles liées à des séismes, des tsunamis ou des éboulements sous-marins et glissements de terrains ... manque de repères également pour bien apprécier la réponse au réchauffement des océans -plus lents à se réchauffer que l'atmosphère mais dont l'impact sur le réchauffement de la planète est considérable ... Alors que les scientifiques disposent de décennies d’informations concernant la température du globe ou les effets du climat, la collecte de données sous-marine n’a commencé qu’il y a qu’une trentaine d’années.

Le réseau d'observation global des océans ARGO a franchi le cap des 3 000 flotteurs. Certes, ce système d'observation réparti dans tous les océans du monde est un des défis majeurs de l'océanographie du XXIe siècle. Mais de nouveaux équipements prévus pour rester immergés pendant une décennie et résister à la corrosion sont à l'étude : douze observatoires sous-marins doivent constituer un vaste réseau transocéaniquedu nord au sud, de l'océan arctique à la mer Méditerranée. Ces nouveaux outils permettront une meilleure connaissance des océans et de mieux veiller sur notre planète, selon l'Ifremer.

Ainsi, la station de mesure prévue dans l'océan Arctique devrait être un banc d'observation privilégié (du rôle crucial du réchauffement des mers dans la machine cliatique), selon le quotidien Le Monde donnant la parole au chercheur Jean-François Rolin : « Alors que la couverture de glace permanente est, par endroits,en train de disparaître, c'est le moment d'aller étudier cette dynamique », souligne le scientifique.

Pour en savoir plus :

Lire aussi

- Depuis un siècle, le niveau des mers et des océans ne cesse d’augmenter, par RFI

- Océans, trou noir de la recherche, par S.Honorine, RFI

- Les océans, au coeur du débat sur le réchauffement climatique, par S.Honorine, RFI

- Océans, forêts et réchauffement climatique, par A.Cassim, RFI

- Aurora Borealis, brise-glace le plus puissant du monde, par D.Raizon, RFI

- Le niveau des mers et des océans ne cesse d'augmenter, par C.Lachowsky, RFI

Consulter les sites

- du PNUE

- la vidéothèque du CNRS / Océans

- La Cité des sciences / Océans et climat

- Futura-sciences / Projet Neptune

- Vidéos sur les différents observatoires sous-marins

Publié le 27/11/2015 - Modifié le 27/11/2015

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias