Une tête de thon.
35007 / IStock
Article

Thon rouge: les pays producteurs relèvent leur quota de pêche

Les pays pêcheurs de thon rouge relèvent leur quota de pêche de 20% par an jusqu'en 2017 en Méditerranée et dans l'Atlantique Est, après des années de réduction drastique des captures. L'ONG environnementale WWF, qui annonce cette décision de la CICTA, la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique, estime que l'on va un peu vite, contrairement aux États membres, rassurés sur les réserves.
Par RFI -

Les pays pêcheurs de thon rouge prennent acte de la reconstitution des stocks de poisson : ils viennent d'augmenter le 17 novembre 2014 de 20% par an sur trois ans leur quota de pêche du thonidé. Le thon rouge a fait son retour dans les eaux de l'Atlantique et de la Méditerranée. Les sept années de réduction drastique des captures mais aussi le contrôle plus vigilant des flotilles de pêche ont porté leurs fruits.

Le stock de thunnus thynnus aurait quadruplé, alors qu'il était quasiment une espèce en danger en 2007. Mais les États européens, France, Espagne et Italie, plus gros pêcheurs de thon rouge, restent prudents : ils réévalueront le stock de thonidés en 2016 avant de porter le quota à 23155 tonnes - contre 13500 tonnes aujourd'hui - en 2017.

Le Japon, également membre de la CICTA, aurait souhaité une augmentation plus importante du quota de pêche. Il faut dire qu'il achète 80% du thon rouge capturé dans la zone, pour fabriquer les sushis.

«Ne pas se remettre à pêcher comme des fous»

A cause de la pêche intensive, le thon rouge de Méditerranée était en train de disparaître. En 2010, des quotas de pêche ont été fixés pour le préserver. La CICTA, réunie depuis le 10 novembre, a constaté l'efficacité de cette mesure. En conséquence, la CICTA a décidé de relever les quotas de pêche de 20% par an, pour les trois prochaines années. Une décision contestée par Philippe Germa, directeur général du WWF France.

« Les pêcheurs de thon veulent augmenter considérablement. Nous étions d’accord pour 20% en cinq ans. Et là, ils veulent augmenter de 20% annuellement pendant les trois prochaines années ! Finalement, on va presque doubler les quotas qui étaient ceux qui avaient été instaurés en 2010. »

Pour enrayer la menace qui pèse sur le thon rouge, la seule solution est, selon lui , de « ne pas se remettre à pêcher comme des fous. Le mieux... c’est de ne pas en manger ! »

Publié le 13/03/2018 - Modifié le 20/03/2018

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias