Le Ghana serait prêt à renoncer à sa monnaie, le cedi, pour rejoindre la zone eco. (image d'illustration)
Le Ghana serait prêt à renoncer à sa monnaie, le cedi, pour rejoindre la zone eco. (image d'illustration)
Issouf Sanogo / AFP
Article

Le Ghana se dit déterminé à rejoindre la zone monétaire « eco »

Le Ghana a annoncé sa détermination à faire son possible pour rejoindre la zone monétaire « eco ». Une monnaie appelée à remplacer dès l'année prochaine le franc CFA, considéré comme l'une des dernières survivances de la « Françafrique ». Entretien.
Par Stanislas Ndayishimiye -

Bien qu’il possède sa propre monnaie, le Ghana est prêt à renoncer au cedi pour rejoindre aussi vite que possible la zone eco. Accra a rendu publique cette déclaration, 8 jours après l’annonce le 21 décembre à Abidjan de la fin du franc CFA.

Le franc CFA, cette monnaie commune aux 8 pays membres de l’UEMOA, l’Union économique et monétaire ouest-africaine, va donc laisser la place à l’eco, imaginé initialement pour être la monnaie commune aux 15 pays de la Cédéao, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest.

Le Ghana pourrait donc être le premier pays hors zone CFA à adopter l’eco, ce qui en ferait la première économie de cet espace monétaire devant la Côte d'Ivoire, en attendant que le géant nigérian renonce à sa monnaie, le naira.

Mais Accra a déjà prévenu : rejoindre la zone eco, oui, afin de lever les barrières commerciales et monétaires ; mais pas question de laisser longtemps la nouvelle monnaie garder une parité fixe avec l’euro. Le Ghana d'ailleurs exhorte les autres Etats membres de la Cédéao qui rejoindront la zone à adopter rapidement un régime de taux de change flexible et à installer une Banque centrale fédérale.

► Entretien avec Kako Nubukpo, ancien ministre au Togo et actuel Doyen de la faculté des sciences économiques et de gestion de Lomé.

RFI : Le Ghana vient d’applaudir à la naissance la monnaie eco qui remplacera le plus tôt possible le franc CFA de la zone Afrique de l’Ouest. Et il s’engage à faire le nécessaire pour rejoindre rapidement la zone. Est-ce que cela signifie que la naissance de cette monnaie de la Cédéao sera bientôt une réalité ?

Kako Nubukpo : La décision du Ghana est salutaire, dans la mesure où ce pays a toujours plaidé pour l’élargissement de l’espace régional. L’annonce de sa prochaine entrée dans la zone eco, d’une part, valide le processus et chose plus importante, ça montre qu’un pays anglophone qui n’a absolument pas la même tradition de gestion de la monnaie que les pays de la zone franc va rentrer dans ce dispositif commun. Et je pense que c’est quelque chose qu’il faut saluer.

Tout en applaudissant la décision de l’UEMOA d’abandonner le CFA pour lancer l’eco, Accra a précisé que la parité fixe entre l’eco et l’euro contenu dans la déclaration du 21 décembre à Abidjan devrait laisser la place à une parité flexible entre l’eco et un panier de devises.

Le Ghana rappelle le principe de base de l’eco. C’est que ce sera une monnaie flexible. Le fait pour les présidents ivoirien et français d’avoir annoncé le 21 décembre 2019 à Abidjan que l’eco serait en taux de change fixe avec l’euro ne peut être qu’une situation transitoire de nature à rassurer les opérateurs économiques. Parce que sinon, on aurait pu avoir une fuite vis-à-vis du franc CFA, les opérateurs se débarrassant du CFA pour accéder aux devises et ça aurait précipité la zone franc vers une dévaluation. C’est donc pour rassurer les opérateurs économiques qu’on a annoncé qu’il y aurait une fixité du change. Donc ça veut dire que la période de transition doit être la plus courte possible, limitée à mon avis à la période de remplacement des billets CFA par les nouveaux billets eco de sorte qu’il n’y ait pas trop de suspicions ou d’incertitudes sur le régime de change de la monnaie eco. Donc, pour moi, il est très clair qu’à court terme, on aura un taux de change fixe avec l’euro, le temps d’effectuer la transition : la mise en place de la Banque centrale, des nouveaux billets et des différentes commissions bancaires qui régulent l’activité bancaire dans l’espace Cédéao.

C’est donc une façon de rassurer les investisseurs, comme en 1994, les politiques voulaient rassurer plutôt les consommateurs en déclarant que le franc CFA était dévalué de 50% alors que c’était 100% ?

Ce qui se passe avec l’eco, c’est quelque chose d’une ampleur plus grande, puisque, en même temps que la question du régime de change se pose la question du périmètre idoine pour la mise en place de cette monnaie. Et donc nous devons répondre en même temps à deux questions différentes : la première, qui est purement technique, celle du régime de change ; et la seconde, beaucoup plus politique, qui est le processus d’intégration régionale. Qu’est-ce que nous voulons ensemble, à combien, et qu’est-ce que nous sommes prêts à consentir en termes de solidarité pour que l’espace puisse fonctionner au-delà de la monnaie ? La monnaie est nécessaire, mais ce n’est pas l’Alpha et l’Omega du processus d’intégration régionale en Afrique de l’Ouest.

C’est le premier pays hors de la zone franc qui s’exprime depuis la déclaration du 21 décembre à Abidjan, mais il y a de fortes réticences de la locomotive économique de la Cédéao qu’est le Nigeria.

Ce qui se passe avec l’eco, c’est que les chefs d’État de la Cédéao ont acté le fait que cette monnaie aura un régime de change flexible. Ce qui fait que les pays comme le Ghana ou le Nigeria, qui ont l’habitude de ce régime de change, seront les locomotives de l’eco. Le problème spécifique du Nigeria, c’est qu’il n’est jamais dans la même phase du cycle économique que les autres pays de la Cédéao, parce qu’il est exportateur de pétrole, alors que les autres sont plutôt importateurs de pétrole. Ce qui fait qu’il y a toujours cette réticence par rapport à l’optimalité de la future politique monétaire de l’espace Cédéao. Et puis il y a une deuxième chose qui fait que le Nigeria est souvent réticent, c’est qu’il se rend compte qu’il va devoir être le prêteur en dernier ressort de l’eco, puisque son PIB représente quand même 70% de celui de la Cédéao, avec une population qui est la moitié de cette sous-région. Et donc, on n’est pas toujours sûr que le Nigeria soit prêt à jouer ce rôle de prêteur en dernier ressort, avec ce que ça suppose en termes de solidarité budgétaire et de transfert de ressources vers les économies plus petites.

Il y a quelques jours, la ministre nigériane des Finances disait que le délai annoncé de la naissance de l’eco en 2020 ne serait pas tenu, parce que tous les critères de convergence ne sont pratiquement remplis que par un seul des 15 pays membres de la Cédéao : le Togo. Quelle est votre commentaire ?

Il y a en fait une situation disparate par rapport au respect des critères de convergence. Les pays de l’UEMOA sont finalement les plus proches des critères, puisqu’il y a essentiellement un critère qu’ils ne remplissent pas, celui du déficit budgétaire rapporté au PIB, qui ne devrait pas être supérieur à 3%. Aujourd’hui on est autour de 6% en général, sauf effectivement le Togo qui est en deçà de 3%. En revanche il y a d’autres critères que les autres pays respectent, par exemple le Nigeria qui respecte le critère de la dette puisque, avec un ratio de la dette par rapport au PIB autour de 20%, le Nigeria est le pays le moins endetté de l’espace Cédéao. Mais si on regarde un pays comme le Cap-Vert, il est déjà en taux de change fixe avec l‘euro sans accord institutionnel avec la France et il a un taux d’inflation très bas, même inférieur à celui des pays de l’UEMOA. En revanche, la dette du Cap-Vert la plus importante de la Cédéao : elle de 120% du PIB. Donc, ça veut dire qu’il y a un effort général à faire pour respecter les critères. Après, on peut envisager les critères aussi comme un horizon et non comme un préalable pour adopter l’eco. Mais ça suppose une véritable volonté politique de l’ensemble des États de la Cédéao pour aller vers cette monnaie commune : l’eco.

Publié le 29/05/2020 - Modifié le 02/06/2020

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias