#Français de l’actualité

Webinaire

mots-actu_w.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Depuis quelques années, et bien plus souvent depuis que l’épidémie a multiplié les échanges à distance par le biais d’internet, on voit et on entend circuler le mot webinaire. Un calque évidemment du mot anglais et récent webinar. C’est bien ce qu’on appelle un mot-valise, qui s’est saisi du mot séminaire pour le transformer en fonction du mode de communication de ceux qui y participent : un webinaire, c’est un séminaire à travers le web, c’est-à-dire à travers la toile. La francisation est facile : on transforme la terminaison, webinar devient webinaire, mais malheureusement, on garde le début. Toilinaire ne serait spontanément compréhensible par personne, et le webinaire doit son succès à sa ressemblance avec séminaire.

Alors doit-on proscrire le mot, le remplacer par autre chose ? La recommandation officielle propose cyberconférence, audioconférence, visioconférence, téléconférence, qui ne sont pas entièrement satisfaisants parce que précisément, ils tournent tous autour de cette idée de conférence. Et un séminaire n’est pas exactement une conférence, mais une réunion de travail et de recherche, conçu la plupart du temps comme une activité répétée. On parle généralement (mais pas toujours…) d’un séminaire hebdomadaire, mensuel. Les séminaires sont souvent pédagogiques : sous la direction d’un professeur, des étudiants se retrouvent pour poursuivre une certaine recherche. Et le mot sous-entend que la recherche se place à un certain niveau : elle ne s’adresse pas à des débutants. D’autre part, les séminaires réunissent également des chercheurs qui se passent d’un directeur de projet : ils tâchent de faire avancer leurs connaissances. Cet emploi s’est répandu à tel point que la vie professionnelle et même commerciale l’a adopté, en transformant légèrement son usage. Une entreprise peut organiser des séminaires pour former et faire évoluer son personnel : on se retrouve durant quelques jours pour se familiariser avec des techniques de vente, une certaine façon d’utiliser l’informatique, de diriger une équipe : on est là dans le vocabulaire de la formation permanente. Et l’adoption de ce mot dans ce sens est un emprunt à l’allemand et non à l’anglais.

Mais le mot séminaire existait bien avant tout ça ! Et il a surtout désigné des établissements où l’on formait des prêtres : le petit, puis le grand séminaire. De là, le mot séminariste, qui renvoie à ceux (car il ne s’agissait que de garçons) qui étudiaient pour accéder à la prêtrise.

Le mot évidemment vient du latin, très directement (seminarium), et signifie au départ pépinière ! Le lieu où l’on fait germer et pousser des graines, des semences : séminaire et semences appartiennent à la même famille.

Avertissement !  
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias