mots-actu_v.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

LOCDE est plus optimiste pour l’économie mondiale, mais gare aux « vents contraires » nous apprend RFI. L’OCDE, cette organisation qui observe et tente de soutenir les économies d’une bonne partie du monde occidental, est donc relativement moins inquiète qu’elle ne l’a été sur l’avenir des économies mondiales. À une réserve près : « gare aux vents contraires ! », nous dit-on. Et de quoi s’agit-il ? Plusieurs hypothèses possibles : une recrudescence imprévue, c’est-à-dire un retour en force de l’épidémie. Ou une moins grande efficacité des vaccins… Un événement qui viendrait gêner ou ralentir le retour de cette croissance. Un événement comparé à un vent contraire !

Voilà une tournure qui nous évoque évidemment la marine à voile. Une pratique ancienne, mais encore très présente dans nos façons de parler. Surtout que malgré l’habileté des marins, cette façon de voyager était dangereuse, incertaine, en tout cas imprévisible. Le temps qu’il faisait, et en particulier les vents pouvaient très bien ne pas être opportuns. Et cet adjectif, opportun, est d’ailleurs né de ces situations : un vent opportun est celui qui vous pousse vers le port, donc qui vous ramène chez vous. De là, le sens dérivé du mot : un fait opportun est celui qui vient juste à point, unisse produit au bon moment, qui est favorable, propice.

Et ces références aux vents qui décident de nos destinées sont nombreuses en français et dans de nombreuses autres langues. « Bon vent ! », voilà une exclamation qu’on entend souvent, quand on souhaite bonne chance à quelqu’un qui se lance dans une entreprise, ou simplement que l’on quitte : bon vent pour la suite de ta vie.

De même on dit souvent que quelqu’un ou qu’un projet a le vent en poupe quand tout semble lui sourire : il a la chance pour lui. Là encore la formule vent de la marine : la proue d’un navire est sa partie avant, celle qui fend les flots. La poupe au contraire est sa partie arrière. Avoir le vent en poupe, c’est avoir le vent dans le dos (cela s’entend aussi) : on est donc agréablement poussé par les éléments. Et si on navigue vent debout, cela indique au contraire que ça souffle contre vous : tout vous est obstacle. Et on sait bien qu’il ne faut pas cracher contre le vent, c’est-à-dire faire quelque chose qui se retournera contre vos intérêts : l’image est tout à fait parlante.

Enfin si le vent tourne, cest que ceux qui étaient aux commandes, qui étaient célèbres, qui étaient favorisés par la chance ou la notoriété vont entrer dans une autre période, bien plus noire : le destin n’est plus avec eux. 

Avertissement !  
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias