#Français de l’actualité

Vengeance

mots-actu_v.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Émotion et inquiétude à travers le monde après la mort du général Soleimani. Des réactions bien compréhensibles après cet acte qui risque de déclencher des événements violents, difficiles à prévoir et une escalade généralisée.

Et les médias dans leur ensemble se demandent comment l’Iran va se venger, comment l’Iran va venger le général Soleimani, la mort du général Soleimani ?

Comment cela s’exprime-t-il donc ? Un verbe, venger, et trois constructions. Pronominale, se venger. Ou bien transitive, et là, deux possibilités : on venge une personne, Soleimani, ou une chose, sa mort.

Le sens du mot venger n’échappe à personne ! Il s’agit d’accomplir un acte qui est d’abord une réponse. On considère qu’on a été blessé, offensé, humilié, et par un mouvement agressif, violent, on pense qu’on peut rétablir un genre d’équilibre. Non pas annuler la blessure initiale, même symboliquement, mais en tout cas la mettre en balance avec une autre. Comme si on établissait par là une symétrie : on rend le coup ! Tu m’as fait ci, et bien je te fais ça. Œil pour œil, dent pour dent ! Ce résumé de la loi du talion exprime bien ce que représente une vengeance. Alors même que le coup rendu peut être plus fort que celui qu’on a reçu.

La plupart du temps, on se venge. C’est-à-dire qu’on agit pour soi : on se soulage, ou on rétablit son estime de soi en nuisant à celui qui vous a nui. Et parfois même on peut utiliser la formule au pluriel : « Va, cours, vole et nous venge ! » dit Dom Diègue à son fils Rodrigue, après qu’il a été souffleté. Rodrigue, le Cid, vengera donc son père, et lui-même en allant provoquer en duel Dom Gormas. Et s’il venge son père, il venge quelqu’un d’autre que lui. Comme dans les phrases qui nous occupent : comment venger Soleimani ? Mais en même temps, il va venger son honneur. Et cette notion est très importante ! Souvent c’est de cela qu’il s’agit. L’atteinte a été symbolique, et il faut réparer l’affront, l’insulte. 

Il arrive même que cette attaque éclabousse non seulement un honneur, mais un nom, toute une famille. Et génération après génération, on sent insulté, on a besoin de laver cette gifle : on aboutit là à la vendetta. Un mot corse, qui vient de l’italien, et qui correspond à vengeance, mais qui évoque une pratique ancestrale de la culture corse : poursuivre cet esprit de vengeance de père en fils (et pas forcément de mère en fille : les femmes peuvent subir, mais rarement agir dans ce genre de coutume). Quant à ce mot de vendetta, on l’emploie couramment en français, pour désigner une vengeance particulièrement cruelle et peut-être injuste. Qui se mange froid ? Oui, pourquoi pas, puisque ce proverbe, la vengeance est un plat qui se mange froid, est très connu, et indique simplement que la vengeance peut venir bien après l’action qui l’a déclenchée.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias