mots-actu_v.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Grand changement donc très haut dans la hiérarchie : c’est bien ce qu’on entend par ce mot valse : Untel a quitté ses fonctions et a été remplacé par tel autre. Et on pense parfois que cet autre a donc libéré une place en prenant celle qui s’offrait à lui. Donc qu’il a été à son tour remplacé par quelqu’un qui laissait à son tour un poste vacant, etc. C’est l’idée de la valse, de cette danse tourbillonnante. Et cette expression est à peu près synonyme d’une autre : les chaises musicales. Là il s’agit d’un jeu : au signal du maître du jeu, chacun quitte sa chaise et une ronde s’organise. Mais on enlève une chaise et au signal prévu pour que tout le monde se rassoie il y a donc une chaise de moins que de joueurs. Quelqu’un se retrouvera donc debout, sans chaise, et éliminé. Parler des chaises musicales, c’est donc envisager un changement d’attribution des postes du pouvoir, comme un remaniement ministériel par exemple, à l’issue duquel certains se retrouvent sans portefeuille, donc sans place. Mais l’image des chaises musicales est-elle vraiment équivalente à celle de la valse ? Non, car lorsqu’on parle de valse, on sous-entend aussi qu’il s’agit d’un mouvement tel qu’il s’en est déjà produit, appelé peut-être à se reproduire : ces changements sont fréquents, presque habituels, et on se moque un peu de cet aspect répétitif.

Cette danse à trois temps, qui a été incroyablement populaire, et d’une certaine façon l’est encore, a été très productive d’un point de vue linguistique. Elle a souvent un rapport avec l’argent : faire valser l’anse du panier, c’est tricher sur les prix. On fait les courses pour quelqu’un, et en particulier pour son patron, et on se trompe un peu en rendant les comptes. On compte à deux sous le petit pain d’un sou… et on s’en met un dans la poche. Faire valser les prix c’est autre chose : on voit ça du point de vue du commerçant, qui n’hésite pas à faire monter les prix de façon inconsidérée. On parle aussi dans ce cas de la valse des étiquettes.

Autre expression charmante et un peu désuète, qui revient souvent dans le vocabulaire journalistique, c’est la valse-hésitation. C’était au départ un nom donné à une valse particulière, qui alternait les pas en avant et les pas en arrière. On l’a donc utilisé pour désigner, non pas vraiment une hésitation, mais une suite de décisions contraires, l’une annulant la précédente, comme si ceux qui décidaient ne savaient pas trop dans quel sens aller.. Mais l’image peut aussi renvoyer à un amoureux indécis dont le cœur balance entre deux belles.

Enfin le verbe valser s’emploie beaucoup pour désigner simplement un mouvement violent, résultat d’une maladresse ou d’un coup : « Il a pris une gifle magistrale et ses lunettes ont été valsé à l’autre bout de la pièce ! »

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensables un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

 

Logo CANOPE

Coproduction du réseau CANOPÉ.
www.reseau-canope.fr

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias

Logo RFI

Valse

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.