mots-actu_t.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Un ajustement technique ! C’est ainsi qu’on présente, à l’Elysée, le remplacement de deux secrétaires d’État. Clotilde Walter et Martine Pinville entrent donc au gouvernement que deux autres membres ont précédemment quitté, l’une pour des raisons de santé, Geneviève Fioraso, l’autre Carole Delga, pour se consacrer à la préparation des élections régionales en Midi-Pyrénées. 

Il ne s’agit donc pas de remplacer des ministres qui ont failli, dont on se sépare parce qu’on n’est pas d’accord avec leur action ; le gouvernement continue de travailler dans la continuité. Est-ce pour cela qu’on parle d’un ajustement technique ? Oui ! Pour souligner qu’on ne change pas de politique ni d’orientation. On ne touche pas au contenu et dans ce cas-là, technique équivaut un peu à formel : la forme change, mais pas le fond !

On retrouve ce sens du mot dans d’autres expressions assez courantes. Une escale technique par exemple. C’est dans le monde de l’aviation qu’on entend la formule. Il s’agit donc de se poser pour refaire le plein de carburant par exemple, ou pour réviser les moteurs, vérifier qu’ils marchent bien. On sous-entend que ce n’est pas une des destinations du vol : personne ne descend, personne ne monte parmi les voyageurs. De même on parle d’un incident technique. La formule est courante, et on s’en amuse parfois, car elle sert de formule élégante employée quand il y a une panne, un problème, une interruption : on veut vous montrer un site internet particulièrement performant, mais la démonstration tombe à l’eau, on ne peut rien voir, le site n’est pas accessible ou l’ordinateur n’y arrive pas : incident technique.

Cet adjectif fait donc presque toujours référence à un savoir-faire, une manière de s’y prendre et c’est donc cet aspect qui domine, et non la finalité de l’action, le but visé. On fait des progrès techniques dans un domaine, quand on arrive mieux à faire la même chose, ou presque : l’objectif général reste le même, mais l’efficacité pour y parvenir s’améliore. Ça va plus vite, ou plus loin. Même en musique on se sert du mot : latechnique d’un pianiste est sa maitrise du piano : il joue vite, il contrôle son toucher, il ne fait pas de fausses notes. Alors la technique est souhaitable évidemment, mais souvent, l’usage de ce mot est un peu restrictif : le pianiste qui a la technique la plus éprouvée n’est pas forcément le meilleur, celui qui vous émeut le plus. Et souvent latechnique d’ailleurs s’oppose au lyrisme.

Est-ce la même chose dans le monde de l’éducation ? Pas exactement, mais il y a des ressemblances. On nous dit depuis bien longtemps que lesfilières techniques sont des filières d’excellence. Mais on sait bien aussi qu’elles ont toujours été considérées comme moins prestigieuses que les options classiques. Même si aujourd’hui elles conduisent bien plus facilement à un emploi.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensables un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

 

Canopé

Coproduction du réseau CANOPÉ.
http://www.reseau-canope.fr/

Radio France International France 24 Monte Carlo Doualiya France Médias Monde

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJD OJD Dénombrement des médias

Logo RFI

Technique

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.