#Français de l’actualité

Suprême

mots-actu_s.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Un nouveau juge à la Cour Suprême des États-Unis ? Une question qui fait la Une des journaux et inquiète : en effet, si un juge très réactionnaire était nommé par le Président américain, et validé par le Sénat, cette institution aurait une majorité très conservatrice. Et cette Cour est un pouvoir très important, et  ne correspond à aucune institution semblable en France. Cour Suprême : la désignation nous est familière, grâce probablement aux médias, au cinéma, aux romans qui mettent en scène la vie américaine.

Mais les Cours suprêmes existent, et pas seulement aux États-Unis (il y en a au Canada, au Cameroun, au Bénin, au Royaume-Uni…) Aux États-Unis, il s’agit de l’échelon le plus important du pouvoir judiciaire, qui décide du sens et de l’interprétation de la constitution, ainsi que de nombreux sujets qui vont des plus importants à d’autres, plus anecdotiques : la ségrégation raciale est-elle légale ? La tomate est-elle un fruit ?

Ce mot de suprême indique bien cette idée de suprématie, c’est-à-dire de ce qui est au-dessus du reste, placé tout en haut. Supremus est en latin le degré de signification le plus élevé de l’adjectif superus, et indique justement que rien ne peut être mis au-dessus. Mais attention, l’adjectif suprême a en français un sens uniquement figuré, qui indique le pouvoir, la majesté, la qualité. On ne dira jamais qu’on habite au suprême étage, même si l’on est logé au 6e et qu’on est sous les toits. Alors qu’est-ce qui peut être suprême à part une cour ? Une institution politique, on vient de le voir, qui n’est d’ailleurs pas confinée au domaine juridique : face à la Cour Suprême américaine, on trouvait jusqu’au changement de régime des années 90, le Soviet suprême en Union soviétique, juridiction maitresse : le mot passait les frontières idéologiques. Et de façon plus générale, l’adjectif évoque souvent l’échelon le plus haut du pouvoir. On parle de pouvoir suprême, de magistrature suprême.

Le terme n’est pas sans prestige, et souvent il a été employé comme le plus solennel qu’on puisse trouver. Par exemple, lorsque la Révolution française, voulant évacuer le pouvoir encombrant et contre révolutionnaire de l’Église a voulu remplacer la religion par une pratique et une croyance qui en tienne lieu, c’est le culte de l’Être suprême qu’on a essayé d’imposer : ce qu’il y avait de mieux après Dieu !

Et puis on emploie le terme pour dire à la fois le dernier, et le plus important : le moment suprême, c’est celui de la mort. Ça reprend l’idée d’un moment ultime, dernier, mais en même temps un genre d’apogée de la vie, du haut duquel tout peut se reconsidérer. Et le bonheur suprême évoque une expérience mystique bien au-delà de la vie quotidienne, à moins qu’on ne pense à un plaisir amoureux particulièrement intense.

Cela dit, le mot s’affaiblit, comme bien d’autres, dans le langage courant. Et si l’on parle d’une suprême habileté ou d’une suprême délicatesse, c’est juste par goût du superlatif.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensables un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo CANOPE

Coproduction du réseau CANOPÉ.
www.reseau-canope.fr

Radio France International France 24 Monte Carlo Doualiya France Médias Monde

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJD OJD Dénombrement des médias

Logo RFI

Suprême

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.