#Français de l’actualité

Suffixe -SCOPE

mots-actu_s.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

C’en est fini du  Pariscope : C’est un hebdomadaire populaire, pas très cher qui passait en revue tous les spectacles qu’on pouvait voir à Paris. Il arrête sa parution parce que la concurrence de l’internet est trop forte ; il a perdu une bonne partie de son lectorat. Heureusement il nous reste pour l’instant L’Officiel des spectacles, L’officiel comme on dit de façon plus raccourcie, qui est son concurrent, qui remplit la même fonction. Et pendant longtemps d’ailleurs, l’achat d’un de ces deux journaux était un rituel du mercredi, puisque ils sortaient le mercredi. Et on pouvait évaluer ce qui se proposait, ce qu’on pouvait se payer, ce qu’on avait le temps ou l’envie d’aller voir ou entendre si on habitait Paris... Alors sous cette forme, Pariscope existait depuis le milieu des années 70. Auparavant le même journal s’appelait une semaine de Paris mais il s’était modernisé, avec un titre qui était tout à fait excellent puisqu’il évoquait le coup d’œil, Pariscope. Un tour d’horizon sur tout ce que la capitale proposait en termes de loisirs, de cinéma, de théâtre, de concerts, d’expositions etc. Il fallait bien sûr avoir Paris dans le titre. Et puis on avait aussi –scope, une racine grecque qui évoque ce qu’on peut voir.

Et d’ailleurs, on a toute une série de mots en français qui se terminent par –scope, et qui désignent, non pas des journaux, mais des appareils pour nous aider à voir.

Par exemple en grossissant, c’est le cas du microscope qui sert à voir de tout petits objets, c’est bien le sens de cet autre segment micro, qu’on trouve dans microscope, qui vient également du grec, comme –scope, comme la plupart d’ailleurs des radicaux associés à –scope. Et avec le microscope, on voit clairement ce qui est minuscule, mais ce qui est sous notre nez, ce qui n’est pas le cas du télescope. Autre instrument, qui grossit également ce qu’on voit, mais là, c’est pour regarder au loin : c’est d’ailleurs le sens de télé. On quitte la biologie, qui est familière du microscope, on entre dans l’astronomie, pour tenter de regarder des planètes, des objets célestes situés extrêmement loin. Donc on va pouvoir les regarder, mais aussi les observer et même les étudier. Car cette racine –scope sert d’abord à former des mots qui nomment des instruments d’étude.

Alors, une autre façon de voir ce qui se passe autour de soi s’accommode volontiers du périscope. Et là, on est chez les marins, et même chez les sous-marins. En effet quand un bateau sous-marin est en plongée et qu’il veut remonter, il faut s’assurer qu’on peut le faire sans danger. Donc le sous-marin n’utilise son périscope que quand il est pratiquement à fleur d’eau, juste au-dessous de la surface. Et un système de miroirs au bout d’un tube permet d’inspecter ce qui se passe à la surface de la mer.

Alors il y a aussi d’autres mots qui sont plus récents, par exemple le magnétoscope qui n’évoque pas un instrument d’étude, ce qui montre bien que cette racine, ce radical grec –scope est tout à fait utilisé encore de nos jours, il est productif…

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensables un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo CANOPE

Coproduction du réseau CANOPÉ.
www.reseau-canope.fr

Radio France International France 24 Monte Carlo Doualiya France Médias Monde

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJD OJD Dénombrement des médias

Logo RFI

Suffixe -SCOPE

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.