#Français de l’actualité

Soutien

mots-actu_s.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

« Ce n’est pas le temps des soutiens, c’est le temps des idées » a déclaré Martine Aubry, qui est l’une des personnalités fortes du Parti Socialiste, qui fut rivale de François Hollande avant la dernière élection présidentielle, et d’ailleurs qui n’a pas participé aux gouvernements mis en place durant le quinquennat du président. Alors, à huit mois de l’élection elle se démarque des tactiques d’alliance, parce que peut-être elle les pense un peu trop politicien. Mais  n’empêche qu’on commence à en parler beaucoup de ces soutiens. C’est bien pour cela d’ailleurs que Martine Aubry a fait cette déclaration ! Les « soutiens », c’est donc ceux et celles qui soutiennent, c'est-à-dire qui appuient le candidat de leur choix. Maintenant, est-ce que vous et moi nous sommes les soutiens de tel ou tel candidat ? Peut-être pas.... Simplement parce que nous ne sommes pas assez importants. C’est plutôt des personnalités politiques qui sont les soutiens, ils apportent leur soutien et ils le font savoir, c’est important parce que elles  représentent plus que leur propre personne. Ils ont des gens qui les suivent, qui sont d’accord avec leurs idées, donc de l’influence et ils peuvent amener des électeurs à suivre leurs conseils.
Attention, il peut quand même arriver qu’on dise d’un citoyen ordinaire qu’il soutient son candidat. À ce moment là, on va utiliser le verbe, on emploie « soutenir » plus que le nom commun « soutien ». Alors si vous et moi ne pouvons pas être des soutiens, qu’est-ce qu’on peut être ? Des « partisans » : un partisan c’est celui qui est dévoué à un parti. Parti et partisan les mots ont la même origine.
Et être partisan a un sens qui déborde largement le monde politique : quand on est partisan de quelque chose, ou de quelqu’un, c’est, comme on dit familièrement, c’est qu’ « on est pour ». C’est une formule du français oral, mais ça s’entend beaucoup, même si c’est un petit peu familier. On est pour telle ou telle personne mais aussi pour le poulet-frites le dimanche ou le mariage pour tous. Ça déborde le monde politique.
Et on parle aussi de « supporteurs », et là ça nous renvoie davantage au sport. Le mot « supporter » est courant. Au point qu’on se rend à peine compte que c’est un emprunt à l’anglais. Alors justement comme il était courant,  on l’a francisé, et on l’a écrit supporteur : t-e-u-r. Et c’est un mot qui fait penser au verbe supporter. « Supporter » ça existe en français de même que le verbe « to support », ça existe en anglais. Mais ce verbe, même si on l’entend souvent dans le sens d’apporter son soutien, reste un anglicisme en français. On ne doit pas dire en principe « on supporte une équipe ». On nous conseille plutôt d’employer de dire « on encourage » un équipe ou même, comme on le disait au début de la chronique : « on la soutient ». On soutien une équipe comme on soutient un candidat !

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensables un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo CANOPE

Coproduction du réseau CANOPÉ.
www.reseau-canope.fr

Radio France International France 24 Monte Carlo Doualiya France Médias Monde

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJD OJD Dénombrement des médias

Logo RFI

Soutien

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.