#Français de l’actualité

Sous-marin

mots-actu_s.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

L’Allemagne le confirme : elle vendra trois sous-marins à Israël. Mais qu’est-ce que c’est au juste, un sous-marin ? Un bateau qui, au lieu de naviguer sur l’eau, peut naviguer en dessous. Il est donc tout à fait étanche, capable de résister à la pression de la mer, et peut être manœuvré pour descendre ou remonter à la demande. On dit donc qu’il est submersible, c’est à dire capable de couler, mais de couler exprès, de se laisser plonger dans la mer. Et c’est bien le sens de ce mot : littéralement qui peut être submergé, et donc qui peut se laisser submerger. Ce dernier terme est donc employé comme un nom commun : un submersible est un sous-marin. Parfois, il est utilisé dans un sens un peu plus précis : un sous-marin équipé pour une utilisation hybride, et pouvant sans difficulté naviguer en surface. Étrangement, on se souvient que le contraire de submersible est insubmersible, et que cet adjectif a longtemps qualifié des bateaux qu’on disait incapables de faire naufrage. Être insubmersible était donc la qualité de navires très perfectionnés. Être submersible est la qualité de navires plus perfectionnés encore, mais différemment.

Si le sous-marin évolue surtout sous l’eau, c’est pour rester caché. On en conclut donc facilement qu’il s’agit essentiellement de bateaux de guerre, même s’il ne faut pas oublier qu’on utilise des sous-marins pour faire de l’exploration scientifique au fond des océans.

On précise souvent de quel sous-marin il s’agit : sous-marin de poche, pour désigner, c’est l’évidence même, un tout petit sous-marin, qui en général est mis à l’eau depuis un navire porteur. L’appellation a pu faire sourire ; elle est un peu ironique au départ ; mais elle est devenue courante, et passe aujourd’hui inaperçue. On parle aussi de sous-marin nucléaire, et cette désignation peut prêter à confusion : s’agit-il de bateaux militaires porteurs de l’arme atomique ? Pas forcément : l’adjectif renvoie au type de propulsion, qui permet une très grande autonomie : parfois plusieurs semaines sans remonter à la surface, alors que les bâtiments à propulsion traditionnelle, « thermique », doivent faire surface au bout de quelques heures, quelques dizaines d’heures au mieux.

Un mot spécial pour appeler ceux qui constituent l’équipage du sous-marin : on parle de sous-mariniers. Normal : le mot marin est déjà pris par le nom du bateau. Et l’on retrouve le terme marinier, qui existe par ailleurs avec des significations diverses (on parle des officiers mariniers – l’équivalent des sous-officiers, et aussi des mariniers qui manoeuvrent des péniches, sur les canaux).

Il faut enfin rappeler que le mot sous-marin a un sens figuré, plutôt péjoratif : c’est un genre d’espion qui travaillant dans une organisation (en général proche du pouvoir ou d’informations sensibles) recueille et transmet des informations secrètes. Un peu comme une taupe : l’image est la même, sauf que la taupe se cache sous la terre, et non sous l’eau. Et le sous-marin est souvent la camionnette banalisée, où se cachent des policiers en surveillance, cachés derrière leurs micros ou leurs caméras.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensables un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

 

Logo CANOPE

Coproduction du réseau CANOPÉ.
www.reseau-canope.fr

 

Radio France International France 24 Monte Carlo Doualiya France Médias Monde

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJD OJD Dénombrement des médias

Logo RFI

Sous-marin

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.