mots-actu_s.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Ce n’est pas une bonne époque pour les artistes, et même 2016 n’est pas une bonne année, tant on en a vu disparaitre depuis quelques mois. Et après Prince, voilà Papa Wemba qui nous quitte. Il vient noircir ce tableau. Papa Wemba, le roi de la Sape. Ce n’était pas son seul titre de gloire : on l’appelait aussi le roi de la rumba, mais le roi de la rumba c’est pour l’oreille. Le roi de la Sape, c’est pour l’œil. Et c’est vrai qu’il avait contribué à lancer ce mouvement dans les années 70.

Le goût des beaux vêtements existait en Afrique avant ça, notamment au Congo (puisqu’il est congolais Papa Wemba). On en trouve des traces de la sape dès les années 20. Mais elle fleurit réellement après les Indépendances, et de façon plus précise après le début des années 70. Durant cette décennie nait ce mouvement plus ou moins informel, qui déborde ses cadres stricts et ceux qui se proclament ses inventeurs. Les inventeurs de quoi ? De la Sape, qui est ce qu’on appelle un acronyme, c’est-à-dire un mot qui est constitué d’initiales. SAPE, pour Société des Ambianceurs et Personnes Élégantes. Et Papa Wemba, qui  ajoute cette image à celle de son talent musical, en fut l’un des représentants les plus flamboyants.
Et c’est vrai que ça flamboie les sapeurs.

Le nom de ces sapeurs et de cette société n’a pas été choisi au hasard. En français familier, la sape existe depuis l’entre-deux-guerres. Avec des emplois changeants : on départ d’ailleurs on parle du sape, au masculin. Un sape c’est un costume d’homme. Mais cet emploi est tout à fait sorti d’usage. Et le mot n’a pas commencé par changer de genre : il a surtout changé de nombre, et s’est employé au pluriel : les sapes, c'est-à-dire les habits. Le verbe s’emploie surtout à la forme pronominale : se saper. Il a parfois un sens neutre : « on se sape, on se désape », c'est-à-dire on s’habille, et on se déshabille. Mais la plupart du temps, il  prend un sens nettement positif : « être sapé », ce n’est pas  simplement être habillé, c’est être bien habillé, c’est être élégant, avec un côté assez ostentatoire : on se sape pour être vu. Ça fait un peu m’as-tu-vu d’ailleurs. On se sape pour être remarqué, pour aller à un dîner, à une fête.
On se met sur son trente-et-un dit-on parfois. Autre expression un petit peu bizarre puisqu’on ne sait pas exactement d’où elle vient. Pourquoi 31 ? On a dit que c’était se mettre sur son trentain : c’était une vielle étoffe au Moyen Âge, une étoffe extrêmement luxueuse. Trente fois cent fils pour la fabriquer ! Seulement, ça date de la fin du Moyen Âge et se mettre sur son trente-et-un est une expression qui apparait des siècles plus tard. Alors ce n’est peut-être pas la vraie origine de cette expression, il vaut mieux se retourner vers les sapeurs. 

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensables un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Canopé

Coproduction du réseau CANOPÉ.
http://www.reseau-canope.fr/

Radio France International France 24 Monte Carlo Doualiya France Médias Monde

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJD OJD Dénombrement des médias

Logo RFI

Sape

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.