#Français de l’actualité

Saint-Pétersbourg

mots-actu_s.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Funestes et meurtriers attentats dans le métro de Saint-Pétersbourg, qui nous invitent à nous interroger sur l’origine de ce nom. Il n’est pas si vieux que ça pour un nom de ville, pour la bonne raison que la ville est récente : elle date du tout début du 18e siècle, et elle a été bâtie à l’initiative du tsar Pierre le Grand, qui en prend la décision en 1703. Construite à l’embouchure de la Neva, elle est donc tournée vers l’Europe : c’est une ville moderne et qui se veut très occidentale. Enfin… c’est ce qu’on dit aujourd’hui : cet adjectif n’a pas à l’époque les échos qu’on lui donne de nos jours. Une ville claire donc, luxueuse, assez riche et aristocratique… et Pierre le Grand en fait sa capitale. Rien d’étonnant donc à ce qu’elle soit nommée d’après son fondateur. Ou presque ! Le tsar a l’intelligence, et la relative modestie de se soumettre à son saint patron. Ce ne sera pas la ville de Pierre, mais la ville de Saint-Pierre. Elle a été construite autour d’une forteresse qui, elle, porte le nom du souverain : Petersburg. La proximité de l’Allemagne et des Pays-Bas fait qu’on choisit un nom germanique, alors que le français dans la Russie de l’époque est encore la langue courante de l’élite ! Mais la ville ne s’appellera pas Saint-Pierre ! La forteresse construite, on construit une cathédrale consacrée à deux saints : Pierre et Paul. Pierre l’emporte et voilà Saint-Pétersbourg !

La ville garde son nom pendant un bon siècle. Mais en 1914, la guerre éclate. La Russie et l’Allemagne ne sont pas dans le même camp, et ce nom allemand fait mauvais effet. Qu’à cela ne tienne, on le russifiera ! Et Pétersbourg devient Petrograd.

Et Petrograd vivra dix ans. Dix années riches en événements, entre 1914 et 1924. On sait le tournant qu’a pris la Russie à l’époque, qui devient la principale république de la jeune Union soviétique. Et comme le père des soviets, Lénine, meurt en 1924, c’est son nom qu’on donne à la ville ! Petrograd devient Leningrad. Ce nom aura plus de longévité… il tient jusqu’en 1991. Mais il ne survit pas au régime communiste. Et après la chute du régime, Leningrad retrouve son saint : Saint-Pétersbourg renait de ses cendres.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensables un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo CANOPE

Coproduction du réseau CANOPÉ.
www.reseau-canope.fr

 

Radio France International France 24 Monte Carlo Doualiya France Médias Monde

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJD OJD Dénombrement des médias

Logo RFI

Saint-Pétersbourg

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.