#Français de l’actualité

Promotion

mots-actu_p.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Une émission de télévision sud-africaine accusée de faire « la promotion du viol » !
Voilà qui fait passer un frisson dans le dos. Et on sait à quel point un article, un compte-rendu, une émission peuvent, sous une apparence de neutralité ou parfois de critique, être incitatifs, présenter un fait ou une pratique sous un aspect positif, légèrement excitant. Ou tout simplement qui l’excuse, fait semblant de faire rire, de considérer que tout cela n’est qu’une bonne plaisanterie, et qu’on aurait tort de s’offusquer, de jouer les pères la Pudeur ! Alors il faut être clair, le viol n’est pas un délit, c’est un crime !

Alors, revenons, à notre promotion ! Est-ce que faire la promotion, c’est inciter ? 
Pas exactement, mais on n’en est pas loin. En effet le mot promotion a un sens très fréquent, dérivé de son usage anglais : la promotion  consiste à faire connaitre quelque chose ou quelqu’un, en accentuant ses bons côtés, en donnant envie. Envie qu’on le consomme ou qu’on l’achète. 
Ou parfois seulement envie qu’on adhère à ses idées, à ses propositions. Ainsi peut-on faire la promotion d’une personnalité politique, d’un parti, mais aussi d’un village de vacances, d’un artiste. Et cela concerne aussi un fromage, une ligne de vêtements, etc. Et le verbe promouvoir, qui appartient à la même famille a parfois ce même sens, mais plus rarement : en général, on utilise l’expression faire la promotion.
La promotion n’est donc pas la propagande, mais elle n’en est pas si loin, et elle est plus proche encore de la publicité : tout ce qui est mis en œuvre pour faire connaitre quelque chose, en en accentuant les bons côtés. 

Mais le mot a aussi un sens dérivé : on parle d’un produit en promotion, et on n’est pas très loin d’un article en réclame : on le vend moins cher, ou bien on offre un service en plus : une garantie étendue, un service après-vente, etc. Et comme le mot est courant, il a droit à l’abréviation légèrement familière : « profitez des promos », « on fait une promo sur le beurre salé ». C'est-à-dire qu’on vous incite à profiter de l’occasion : « achetez, achetez : il n’y en aura pas pour tout le monde ! »
Et on parle alors de tarifs promotionnels, c'est-à-dire réduits.

Le verbe promouvoir lui-même a des usages plus vastes, qui débordent le champ de l’intérêt commercial : on peut promouvoir une politique, c'est-à-dire la faire valoir, la faire connaitre, mais aussi la favoriser, lui donner les moyens d’exister. On peut promouvoir la recherche scientifique ou la culture ; on peut promouvoir la langue française, en l’illustrant, en agissant pour son rayonnement. C’est ça, la promouvoir.
Et pourtant cette famille de mots n’apparait pas en français sous l’influence de l’anglais, c’est bien antérieur. Avoir une promotion, c’est avoir de l’avancement, soit en termes de salaire, soit plus souvent en termes de grade ou d’influence et de pouvoir. Et le mot est parfois tout à fait officiel : si l’on est chevalier de la Légion d’honneur, on peut être promu officier : on monte ainsi dans la hiérarchie et dans les honneurs.

Avertissement !
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensables un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Canopé

Coproduction du réseau CANOPÉ.
http://www.reseau-canope.fr/

 

Radio France International France 24 Monte Carlo Doualiya France Médias Monde

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJD OJD Dénombrement des médias

Logo RFI

Promotion

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.