#Français de l’actualité

Phosphore et Glycine

mots-actu_p.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Rosetta, la sonde voyageuse qui explore l’espace aurait découvert dans l’atmosphère de la comète Tchouri de la glycine et du phosphore. Importante découverte car ces deux substances sont essentielles à la fabrication de matière vivante, donc à l’apparition de la vie. (Lire l'article)

Mais de quoi s’agit-il exactement ? Bien sûr nous allons nous interroger sur les mots et non sur la réalité chimique des matières en question, ce qui dépasserait très largement mes compétences.

La glycine d’abord. Pensez-vous que la sonde Rosetta ait découvert une plante grimpante ornée de fleurs violettes et blanches qui sentent délicieusement bon, qu’elle en ait cueilli une et se soit pâmée devant une odeur si exquise, et qu’elle se soit, dans sa petite tête de sonde Rosetta : « Mais voilà qui augure fort bien de l’apparition de la vie dans ces environs : qui dit glycine dit bientôt abeille,  jardinier et chaleur de l’été ».  
Alors, mon premier mouvement a été de comprendre ça, mais j’ai bien vite envisagé que je faisais fausse route, et que même j’étais sur le point de me ridiculiser aux yeux de toute la communauté scientifique ! La glycine est une plante grimpante, aux fleurs délicieuses et odorantes. Mais le même mot désigne un acide, constituant des protéines qui n’a rien à voir avec ces évocations exquises. Un composant chimique donc dont on a peut-être décelé l’existence à des centaines de milliers de kilomètres de la terre.

Glycine mais aussi phosphore. Peut-on se tromper sur le phosphore comme je l’ai fait sur la glycine ? Oui et non. Le phosphore est aussi un élément chimique. Mais le mot existe depuis longtemps et il a eu des sens différents. Depuis le XVIIe siècle il a un sens scientifique assez précis. Auparavant, il désignait n’importe quelle substance qui pouvait devenir lumineuse dans l’obscurité. La construction du mot apporte quelques éclaircissements à son sens. Il nous vient du grec, et est le résultat de la combinaison de deux racines : photos, la lumière (on retrouve ça dans photographie, et phorein, qui veut dire porter). Le phosphore est donc par définition ce qui est porteur de lumière. Et on va retrouver cette racine dans d’autres mots, par exemple phosphorescent – c’est-à-dire qui brille dans l’ombre ; un ver luisant par exemple est phosphorescent.

Le phosphore donc, fascine, et pas seulement les scientifiques ! On l’associe à la lumière et donc on a pensé que cette substance était celle qui, dans le cerveau, permettait de penser, de réfléchir, d’avoir des idées. De même que de manière un peu naïve, dans les bandes dessinées, on dessine une petite ampoule au-dessus de la tête de celui qui a une bonne idée.
Et c’est comme ça qu’on peut comprendre l’existence du verbe familier phosphorer, qui veut dire penser. Plus encore que penser, réfléchir fortement : le mot fait penser à une concentration, une cogitation intense et plutôt réussie puisqu’elle débouche sur la trouvaille.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensables un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Canopé

Coproduction du réseau CANOPÉ.
http://www.reseau-canope.fr/

Radio France International France 24 Monte Carlo Doualiya France Médias Monde

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJD OJD Dénombrement des médias

Logo RFI

Phosphore et Glycine

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.