#Français de l’actualité

Perquisition

mots-actu_p.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Perquisitions nombreuses et un peu partout en France depuis les attentats.

Cela fait partie du dispositif qui est mis en place à la fois pour lutter contre le terrorisme et pour arrêter ceux qui étaient mêlés au carnage de vendredi dernier.
Alors on peut se demander ce que c’est qu’une perquisition. Cela s’apparente à une fouille, mais ce n’est pas exactement la même chose.

D’abord, le mot « fouille » il sonne comme un nom du vocabulaire courant, même si parfois il peut avoir un sens technique, même s’il s’applique particulièrement aux pratiques policières. Il n’a pas une allure administrative, ce qui est le cas de « perquisition ». Mais surtout, le mot « fouille » il fait penser à une recherche qui met en cause une personne.
On lui demande ce qu’il a dans les poches, dans son cartable, dans sa valise, c’est un mot très concret qui évoque des mains qui fouillent, et le verbe « fouiller » au départ d’ailleurs ça veut dire creuser, racler pour faire un trou pour amorcer une galerie. La taupe, elle fouille le sol. Et on parle parfois de fouille au corps, c'est-à-dire qu’on vous palpe pour voir si cachée dans les replis de votre veste, vous n’auriez pas une arme ou autre chose qui sont interdites.

Alors, on fouille la profondeur de vos poches, mais la perquisition, elle, c’est beaucoup plus l’inspection d’un lieu que d’une personne. Et donc, l’impression d’intrusion corporelle à priori, elle est moins forte. Et le terme a un aspect plus officiel, plus abstrait, pourrait faire penser que l’on s’immisce, on s’introduit moins directement dans un espace privé.
Pourtant, une perquisition c’est une affaire relativement violente, il s’agit d’une recherche, le sens est clair, l’origine du mot aussi d’ailleurs parce que quarere, en latin est un verbe qui signifie « chercher », et « per » est un préfixe qui, dans ce cas là, indique une idée intensive, une idée superlative.
On recherche mais en profondeur, c’est ça la per-quisition. Donc, il s’agit de mettre un endroit en coupe réglée pour voir ce qui s’y trouve.

Et le mot porte avec lui quelques nuances, la perquisition suppose souvent un genre d’effet de surprise, en tout cas, l’autorité qui perquisitionne n’a pas prévenu. On arrive sans crier gare, en donnant parfois l’impression qu’on boucle toutes les issues, c’est un petit peu l’effet : « que personne ne sorte ! », parce que sinon les gens qui sont perquisitionnés, on pourrait imaginer qu’ils vont cacher, dissimuler des choses ou qu’ils vont partir avec. 

Alors, une perquisition ce n’est pas non plus ce que l’on peut appeler une descente de police. D’abord, parce que les deux expressions n’appartiennent pas au même registre. Une descente de police, c’est pas vraiment de l’argot mais c’est du vocabulaire familier, on est dans le vocabulaire du roman policier, de la pègre ou des commissariats.

Et puis il y a aussi le fait qu’on appelle « descente de police », un contrôle de l’identité des personnes qui sont réunies dans un même lieu. Quitte ensuite à les appréhender, ou pas. Mais, l’idée est plutôt de savoir ce qu’ils sont et non pas ce qu’ils ont avec eux, ce qui est porté par le mot « perquisition ».

Avertissement !
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensables un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.
 

Logo CANOPE

Coproduction du réseau CANOPÉ.
http://www.reseau-canope.fr/

 

Radio France International France 24 Monte Carlo Doualiya France Médias Monde

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJD OJD Dénombrement des médias

Logo RFI

Perquisition

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.