mots-actu_p.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

La patate chaude est dans le camp de la droite !

C’est le titre du journal Libération d’hier. Il s’agit en fait des aventures de la révision constitutionnelle. Le projet d’inscrire dans la constitution française la déchéance de nationalité. Projet qui a été approuvé par les députés. Donc la majorité présidentielle n’a pas explosé face à cette question – pourtant explosive. Mais est-ce que ce ne serait pas maintenant la droite qui pourrait se déchirer autour de cette question ? C’est ce que semble penser ce journal. La patate chaude passerait donc d’un camp à l’autre.

La patate chaude. Voilà une expression familière et pittoresque, et en tout cas très imagée. La patate chaude, c’est donc celle qui vous brûle les mains, et donc qu’on se dépêche d’envoyer à quelqu’un d’autre. Qui la reçoit, se brûle à son tour, et cherche un troisième larron à qui il la lancera. Et l’image s’emploie très souvent à propos d’un problème, d’un dossier embarrassant dont on ne veut surtout pas avoir la responsabilité. On tente donc de s’en débarrasser et de le confier à quelqu’un d’autre. Et comme on dit de façon toute aussi familière : on refile le bébé ! Je précise encore que c’est très familier même plus que cette affaire de patate chaude.

Mais qu’est-ce que la patate au fait ? C’est très intéressant. En français, ce même mot désigne deux aliments différents. Mais en plus il appartient à deux niveaux de langue différents. On l’emploie dans une langue vraiment familière – c’est un argot léger. Et le mot veut dire pomme de terre, qui est le terme standard pour désigner ce type de tubercule, d’usage extrêmement courant. Et d’un autre côté, ce mot de patate désigne un autre tubercule, différent de la pomme de terre, mais qui lui ressemble un peu par son aspect. Et pour éviter les confusions, pour ne pas se tromper, on dit presque toujours patate douce, pour parler de ce dernier. Le mot vient d’une langue indienne de la famille de l’arawak, qui était parlée en Amérique centrale, notamment dans certaines îles antillaises. 
Il est passé par l’espagnol, langue du colonisateur principal, et arrive en français au XVIe siècle, même s’il est bien rare, vu que l’aliment qu’il désigne est bien rare aussi en Europe. C’est un aliment exotique qui n’a pas traversé l’océan. Mais le mot de l’arawak passe aussi en anglais d’Amérique du Nord : potato. Et cette potato, ce n’est pas la patate, la patate douce, mais c’est ce que nous appelons pomme de terre. Donc, au Canada d’abord, puis en Europe, on appellera patate cette pomme de terre par contamination de potato. Ce mot d’argot (mais un argot léger, répétons-le) est d’abord un anglicisme.

Et sa vie familière continue, au figuré : dans l’expression avoir le nez en patate par exemple. Mais fréquemment la patate c’est la tête plus que le nez : on en a gros sur la patate ! Voilà qui est construit comme l’expression en avoir gros sur le cœur. Et qui dénote un sentiment d’humiliation répétée, et donc de rancœur, de ressentiment.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensables un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Canopé

Coproduction du réseau CANOPÉ.
http://www.reseau-canope.fr/

Radio France International France 24 Monte Carlo Doualiya France Médias Monde

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJD OJD Dénombrement des médias

Logo RFI

Patate

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.