mots-actu_p.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Est-ce Pâques aujourd’hui ? Oui d’une certaine façon… nous sommes le lundi de Pâques. Et hier alors ! Ce n’était pas Pâques peut-être ? Si, si ! bien sûr ! C’était pâques aussi, le dimanche de Pâques. On voit donc ainsi que Pâques n’est pas vraiment un jour : c’est une période qui s’étend souvent sur ce qu’on appelle la Semaine Sainte. Les expressions sont fréquentes dans les langues qui ont un passé chrétien, notamment les langues romanes ou anglo-saxonnes, même si la fête dite de Pâques se retrouve dans d’autres religions, avec d’autres rituels et d’autre significations. Célébration de la mort et de la renaissance dans les cultes chrétiens, on voit bien que cette fête, même si elle est mobile, c’est à dire qu’elle ne se situe pas tous les ans à la même date (contrairement à Noël par exemple, fête fixe, le 25 décembre), elle trouve sa place en gros au début du printemps, au moment où la terre elle-même termine la période de mort de l’hiver pour renaître dans un nouveau printemps. Le mot a une longue histoire : le français l’emprunte au latin chrétien, qui le tient de grec, qui l’a hérité d’une langue biblique, probablement l’araméen. Érosion linguistique importante donc pour arriver à ce mot si français, à l’orthographe marquée par cette histoire : un circonflexe pour un « s » disparu, un « s » pour un pluriel mystérieux, puisque le mot se trouve parfois au singulier.

En tout cas son succès l’a ancré dans un certain nombre d’expressions différentes. A Pâques ou à la Trinité par exemple. L’expression vient d’une chanson populaire, et n’est pas si vieille : elle s’est popularisée dans le courant du XIXe siècle. Quant à la chanson c’est celle de Malbrouk, celui qui s’en va-t-en guerre… on ne sait pour combien de temps. Partir en guerre, c’est partir… on ne sait pour où. Et surtout, nul ne sait s’il en reviendra… Et Pâques est alors synonyme de… plus tard, on ne sait quand… peut-être jamais. La preuve, on redouble cette incertitude avec la Trinité. La Trinité étant une autre célébration chrétienne, plus tardive. Chaque fois on recule le terme, sans oser dire que Malbrouk ne reviendra pas.

Quelques dérivés du mot : l’adjectif pascal bien sûr, qu’on utilise surtout dans un contexte religieux, mais aussi gastronomique : les fêtes pascales, mais aussi l’agneau pascal, et parfois le gigot pascal, qui enlève un peu de son sens symbolique au mot.

Mais on a également pâquerette, fleur modeste, qui dit-on, fleurit à cette période, et qu’on associe volontiers à une certaine insouciance rêveuse. Au départ il parait que ça viendrait de l’argot du football : le gardien qui va aux pâquerettes est celui qui a encaissé un but par maladresse ou manque de concentration, et qui va recherche le ballon au fond des filets, parmi les pâquerettes. Mais par extension, cueillir des pâquerettes, c’est être dans la lune, plongé dans ses pensées. Et être un perdu, pas totalement en phase avec le réel : un peu comme être aux fraises, autre expression familière et plaisante, et qu’on peut employer en toute saison.

Radio France International France 24 Monte Carlo Doualiya France Médias Monde

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJD OJD Dénombrement des médias

Logo RFI

Pâques

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.