#Français de l’actualité

Orpailleur

mots-actu_o.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Le voyage de Bernard Cazeneuve, ministre de l’intérieur, en Guyane, remet sur le tapis les problèmes posés par la présence d’or dans cet immense territoire. Il y en a donc tant que ça ?

En tout cas on en cherche. Qui en cherche ? Ceux qu’on appelle souvent des orpailleurs. Le mot s’est spécialisé pour désigner ceux qui cherchent de l’or au bord des rivières. Il est plutôt romantique d’ailleurs, ce nom, et on lui donne parfois un sens figuré, alors qu’il a plus d’une fois servi à désigner des aventuriers peu scrupuleux. Spontanément, on pense qu’il est formé sur le mot or, puisqu’il est vrai que l’orpailleur en cherche. En fait c’est une erreur étymologique. Il s’agit plutôt de nommer celui qui cherche à happer, à attraper. Harpailler en ancien français signifiait saisir, malmener. Et ceux qui s’harpaillaient de la sorte étaient plutôt les querelleurs, les mauvais garçons qui cherchaient la bagarre : les sens les plus anciens ne concernent pas ceux qui attrapent une proie ou un objet précieux.

Mais la mythologie des chercheurs d’or a fait fonctionner les rêves, notamment depuis la célèbre ruée vers l’or aux États-Unis à la fin du 19ème siècle. A tel point qu’on appelle maintenant ruée vers l’or tout engouement précipité vers une source de profits qu’on imagine miraculeuse et presque intarissable. Et l’expression chercheur d’or est encore très courante, et c’est même la plus habituelle. On doit pourtant préciser qu’en Guyane on parle souvent de garimpeiros pour désigner les chercheurs clandestins, nommés par un mot portugais du fait qu’ils sont souvent brésiliens : le Brésil jouxte la Guyane !

Alors pourquoi dire que l’orpailleur a un sens figuré ? Parce qu’on l’applique parfois à ceux qui cherchent, en se laissant guider par la chance ou par leur inspiration, des trésors invisibles. Et le mot peut s’appliquer aux recherches de l’esprit : les poètes sont des orpailleurs…

Que cherchent-ils ? Des pépites. Et ce mot qui désigne au départ une sorte de petit caillou, comme un pépin – les deux mots sont de la même famille – a souvent un sens figuré également. Littéralement, il renvoie à un bloc de matière qui contient de l’or… Pas de l’or pur, travaillé, mais de l’or brut. Puis une pépite désigne par dérivation un objet très précieux, et qui a cette qualité des choses brutes, non encore raffinées. Et parfois aussi, quelque chose de très rare qu’on a retrouvé presque par hasard : on tombe sur une pépite. Quand on cherche dans des archives, dans des manuscrits, dans des documents inconnus, il peut arriver qu’on tombe sur un poème inédit, ou un enregistrement tombé dans l’oubli… et qui se révèle être une merveille : une pépite.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensables un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo CANOPE

Coproduction du réseau CANOPÉ.
www.reseau-canope.fr

Radio France International France 24 Monte Carlo Doualiya France Médias Monde

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJD OJD Dénombrement des médias

Logo RFI

Orpailleur

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.