#Français de l’actualité

Observateur

mots-actu_o.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Jean Daniel vient de mourir alors qu’il approchait des cent ans, et cet homme qui a été l’un des plus connus parmi les journalistes français depuis l’après-guerre a continué son travail pratiquement jusqu’au bout de sa vie. Et le titre de gloire qu’on retiendra entre tous dans cette vie très remplie restera la fondation et la direction de l’hebdomadaire Le Nouvel Observateur. Une nouveauté à l’époque dans la presse française : il est fondé en 1964 et sera à la fois une tribune et un lieu de réflexion de la gauche non communiste, et un journal très à la mode qui donnera un nouveau ton aux débats intellectuels et politiques. Le Nouvel Observateur en effet observait dans ses premières années la société française au moment d’une profonde mutation qui s’inscrit à la fin des années 60. Pourquoi « nouvel » ? Parce qu’il succède à un journal déjà existant, France Observateur, dont il reprend plus ou moins le créneau. Peut-on dire qu’il a été acteur de toute cette transformation sociale dont il est contemporain ? Ce serait exagéré, mais le journal était très lu et commenté, et il faisait partie du paysage : un observateur bien campé. Mais qui remplit son rôle de média : il observe, analyse, décrit. Et ce mot d’observateur, ou l’image qu’il porte, on le trouve souvent dans des titres de journaux, en France ou même à l’étranger et dans les langues étrangères : The Observer est un grand hebdomadaire britannique.

Un journal est-il censé être un observatoire ? Un observatoire c’est bien au départ, un lieu d’où l’on observe. Notamment le ciel. C’est donc un poste d’observation astronomique. Et observer le ciel, c’est donc le scruter, l’analyser, tâcher de la comprendre, de le connaître en le regardant avec attention. Le sens du verbe est assez proche du sens du verbe latin observare : surveiller, porter son attention sur…

Alors que les premiers sens du verbe observer en français sont assez différents.

Le mot est ancien : il apparaît en français vers le 10e siècle, mais essentiellement avec le sens de « se conformer à… » Un sens d’ailleurs qu’il a toujours : observer une règle, c’est ne pas l’enfreindre. Et même s’efforcer de ne pas l’enfreindre, y prendre garde…

Et en particulier ne pas se départir d’une certaine prudence, éviter l’excès. On dit encore « observer une certaine réserve ».

Puis le mot a pris le sens de « considérer avec attention », notamment dans un contexte divinatoire. Avant l’astronomie, c’est donc l’astrologie qui a accueilli le mot : on observait les étoiles pour imaginer le destin des gens, ou se faire une idée de leur avenir.

Le mot entame après cela une carrière militaire : observer c’est guetter, contrôler. Et il prend enfin de façon très courante le sens de scruter. C’est donc regarder, mais avec une attention soutenue, pour ne rien laisser au hasard, pour que rien ne nous échappe. Ce qui explique le succès d’un mot comme Observateur dans la presse.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias