#Français de l’actualité

Mouchoir de poche et dans la poche

mots-actu_m.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Pour comprendre ce mot de l'actualité, faites l'exercice : Dans un mouchoir de poche, dans la poche, dans sa poche...

Le premier tour des élections régionales en France n’a pas passionné, mais les informations de RFI en soulignent deux particularités. D’abord le faible taux de participation ; ensuite, les résultats du Rassemblement national, le parti d’extrême droite, qui sont plus faibles que ce que les estimations envisageaient avant le scrutin. En particulier dans le sud-est de la France, dans cette région qu’on appelle PACA, pour Provence-Alpes-Côte d’Azur. Eh bien, ce parti, même s’il est en tête, est talonné par les résultats de la liste qui arrive en deuxième position : « RN et LR – c’est-à-dire Rassemblement national et Les Républicains – RN et LR dans un mouchoir ». C’est le titre de RFI.

« Dans un mouchoir ». Parfois, on dit même « dans un mouchoir de poche ». C’est une expression qui indique que deux concurrents sont très proches l’un de l’autre, parfois difficiles à départager.

Et cette formule, elle n’est pas nouvelle parce qu’on la trouve dès le tout début du 20e siècle, dans le monde du sport : pour les courses de chevaux, pour les courses cyclistes. À une époque où, bien sûr, on ne filme pas encore les compétitions. Alors, parfois, on peut avoir du mal à distinguer qui a gagné, qui le premier a franchi la ligne d’arrivée, entre deux chevaux ou deux vélos, qui se tiennent. Et les deux premiers sont comme renfermés dans le même espace qui est minuscule. C’est bien l’image portée par ce « mouchoir de poche », parce qu’un mouchoir de poche, ce n’est pas grand. On dit depuis longtemps « grand comme un mouchoir de poche », pour dire « tout petit ». « Ah, il a un jardin grand comme un mouchoir de poche. À peine s’il peut y faire pousser deux tulipes et trois tomates. »

Mais il y a d’autres médias et d’autres articles qui ont pointé la déception du Rassemblement national, en alléguant parfois que certains dans cette formation, s’étaient réjouis un peu vite. Comme si, pour eux, au moins dans cette région PACA, « c’était dans la poche ». Voilà une expression que j’ai lue et que j’ai entendue. Et cette expression clignote avec la précédente : « un mouchoir de poche ». Mais pourtant avec une évocation tout à fait différente. « C’est dans la poche », c’est-à-dire c’est gagné, le succès est assuré. Et, parfois, d’ailleurs, on l’entend dire en anglais, enfin, dans un faux anglais, qui en rajoute sur l’accent français. C’est « in the pocket », comme un anglicisme pour rire. Mais on dit toujours cela avec un petit peu d’avance sur l’événement. C’est-à-dire qu’on est toujours dans le domaine de la présomption, de l’hypothèse, même si elle est forte. Et la réalité, parfois, peut démentir la belle assurance qu’on avait. Et d’ailleurs, fréquemment, on utilise la formule pour montrer que quelqu’un s’est réjoui trop vite : « il a cru que c’était dans la poche, et il a déchanté devant les résultats ».

Alors, attention ! « Dans la poche » n’est pas « dans sa poche ». Dernière locution qui renvoie souvent au monde du spectacle : on parle de « mettre le public dans sa poche », lorsqu’un artiste, par exemple, sur scène, a séduit l’assistance. Il comprend qu’il la tient sous son charme : un bon mot et tout le monde va rire. Et puis, de façon plus large, on « met quelqu’un dans sa poche », quand on le fait se ranger à ses idées. « Il a mis le juge dans sa poche », c’est-à-dire que le juge est de son côté maintenant.

Avertissement !  
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias