#Français de l’actualité

Mobilisation

mots-actu_m.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

A-t-on franchi un nouveau pas dans la guerre en Ukraine ? En tout cas, la décision de mobilisation partielle en Russie annoncée par Vladimir Poutine inquiète, même si cette décision peut être interprétée comme un relatif constat d’échec dans la conduite du conflit. Cette guerre, donc, elle a commencé sans mobilisation de la part des Russes, le gouvernement pensait que l’armée disponible, les soldats de métier et les recrues qui font leur service militaire suffiraient, avec peut-être quelques supplétifs. Mais apparemment, ce n’est pas le cas !

Et ce mot « mobilisation », il appartient, on vient de le voir, au vocabulaire militaire : un gouvernement mobilise quand il appelle sous les drapeaux ceux qui sont susceptibles de porter les armes, de se retrouver dans l’armée. Et même, on parle de mobilisation générale quand cet ordre concerne l’ensemble de la population, ce qui n’est pas le cas en ce moment en Russie. Alors ces mobilisations générales sont bien souvent un prélude à la guerre : en 1914, en 1939 par exemple, si l’on pense à l’histoire de France, ça a été le cas. Et même si Raymond Poincaré, le 1er aout 1914, déclarait « La mobilisation n’est pas la guerre ! » alors même que la guerre avait été déclaré par les Allemands trois jours plus tard, on sentait que c’était presque la guerre, c’était l’indice de sa venue prochaine. 

Ce mot de « mobilisation », il est également fréquent dans le vocabulaire de la politique. Et là, il a un sens différent, il renvoie à l’idée d’une prise de position, d’une action qui répond à une situation particulière. On se mobilise pour quelque chose ou contre quelque chose, pour le soutenir, pour l’empêcher ; en tout cas, on se bouge, on se concentre sur l’attitude à adopter. Et cette mobilisation concerne souvent une collectivité, on entend dire par exemple, la profession s’est mobilisée pour défendre les avantages acquis. C’est-à-dire que beaucoup de gens ont répondu présents, qu’ils se sont sentis concernés et ils ont décidé de réagir sans tarder ; ils n’ont pas été indifférents. Mais le mot peut aussi s’appliquer à une seule personne. Il s’est mobilisé. Comme si toutes ses facultés étaient sur le pied de guerre pour la même cause. Avec cette idée d’ailleurs que quand on se mobilise, on abandonne ce qu’on était en train de faire, ou même, on abandonne sa vie quotidienne, pour se tourner vers cette nouvelle direction. Quand on est mobilisé, donc on n’est pas pris par surprise, on est conscient de ce qui est en train de se jouer. Et d’ailleurs, très souvent, le mot correspond à une certaine agressivité : on est sur le pied de guerre si on est mobilisé, on est presque prêt à mordre.

Avertissement !  
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo Ministère de la culture 2022

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias