mots-actu_m.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Les milices kurdes sont-elles impliquées dans les attentats qui se sont récemment déroulés à Ankara, en Turquie ?

C’est ce que laisse entendre le pouvoir turc, et c’est ce qui fait qu’on se pose la question de savoir ce que c’est qu’une milice de façon générale et de façon tout à fait indépendante d’ailleurs de cette histoire tout à fait récente.
Milice, c’est un mot qui vient du latin miles, qui signifie soldat. Et c’est à partir de cette racine que se construit le mot militaire. On comprend bien donc qu’une milice est une organisation militaire. Mais pas n’importe laquelle, parce que l’organisation militaire par excellence, c’est l’armée.

Et justement une milice n’est pas l‘armée, parce ce que ce que malgré tout, une armée en général c’est plus important et surtout, ça revendique un statut officiel, une armée. C’est recruté, encadré par un État. Alors qu’une milice c’est une petite armée officieuse.
Et pour bien montrer que cette troupe n’est pas apparentée à l’armée officielle, on dit souvent qu’il s’agit d’une organisation paramilitaire, comme si elle était posée à côté de l’organisation militaire proprement dite. Seulement elle s’inspire de l’organisation militaire et de l’esprit militaire avec parfois des uniformes, des insignes, des grades, un peu comme si on jouait à la guerre, sauf que dans les milices, on tire souvent à balles réelles.
Et le mot est très souvent péjoratif dans le langage d’aujourd’hui. Pas toujours, mais souvent !

Et si l‘on s’autorise un regard historique, on voit que l’un des premiers emplois du terme, au tout début du  XVIIe siècle en France, faisait référence à la milice céleste : dans un langage religieux, il s’agissait de l’armée des anges.
Mais les milices ne sont pas toujours restées angéliques. Le mot a désigné des troupes annexes, qui avaient pour mission de seconder l’armée royale française au XVIIe siècle.
Passons maintenant au XXe siècle qui arrive avec son cortège d’horreurs. Et pendant la Seconde Guerre Mondiale, au moment de l’Occupation, on appelle milice  une organisation française, créée pour seconder les Allemands avec plus de zèle encore que ne le faisaient les autorités de Vichy et la police nationale – et ce n’est pas peu dire. C’était au début de 1943, et cette milice s’inspirait de celle que Mussolini avait créée en Italie en 1922.

À cause de cette réputation, on a utilisé ce mot  pour désigner des troupes plus ou moins musclées organisées pour contrer l’action syndicale et ouvrière. Et on a parlé de milice patronale. Mais on disait aussi que ce mot milice n’était pas systématiquement péjoratif, c’est vrai.
Mais aujourd’hui, il l’est, et le milicien n’est plus très loin du mercenaire.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensables un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Canopé

Coproduction du réseau CANOPÉ.
http://www.reseau-canope.fr/

Radio France International France 24 Monte Carlo Doualiya France Médias Monde

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJD OJD Dénombrement des médias

Logo RFI

Milice

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.