#Français de l’actualité

Manœuvrer

mots-actu_m.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Les grandes manœuvres ont commencé !

Dès après le premier tour des élections régionales en France, les discussions s’activent entre responsables politiques pour déterminer les stratégies du second ; qui va s’allier à qui, qui se désistera, quelles consignes de vote donner aux électeurs, quelles tractations, quels retraits, quels échanges de bons procédés.

On s’active entre discussions de couloirs et réunions d’état-major. L’expression grandes manœuvres pour désigner tout ça est légèrement ironique, et on l’emprunte au vocabulaire militaire.

Le mot désigne en fait un genre d’entrainement à la guerre : les manœuvres se font en temps de paix, et miment la guerre, tâchent de simuler une situation de guerre, pour ne pas être pris au dépourvu si une vraie guerre survient, pour vérifier aussi si les armements, les matériels sont adaptés, si la chaine de commandement fonctionne bien, si les transmissions d’ordres et d’informations se font assez vite, et enfin si les tactiques paraissent efficaces.
Et on parle de grandes manœuvres lorsqu’elles impliquent des effectifs importants, déployés sur des terrains différents et vastes. Mais on le voit, dans une situation militaire la formule concerne un « faire semblant » : on est dans le comme si, on joue à la guerre, même si c’est sérieux. Et au sein de la même armée on se répartit en deux camps, qui sont fictivement ennemis. Alors que lorsqu’on applique la même expression de grandes manœuvres aux alliances politiques qui se trament dans l’ombre de l’entre deux tours, l’enjeu est réel.

C’est que ce même mot de manœuvre a d’autres sens, plutôt péjoratifs : on retrouve l’idée d’un plan. On organise un dispositif pour atteindre un résultat, mais avec toujours l’idée qu’on fait ça sans se montrer en secret, en clandestin. On ne manouvre jamais au grand jour, mais par derrière, on essaie de tirer les ficelles, d’agir sur le réel, sans que personne sache qu’on a agi ainsi ! Manœuvrer n’est donc pas si loin de manipuler. Les origines des deux mots ne sont pas les mêmes : le premier sens de manœuvre nous fait remonter à la marine à voile, et désigne les actions combinées harmonieusement pour faire avancer le bateau : monter ou larguer les voiles, orienter le gouvernail. Et on est à la manœuvre quand on commande tout ça – l’expression est encore utilisée au figuré, aujourd’hui.

Et on le sent bien, la manœuvre fait intervenir la main : MAN – ŒUVRE, c’est l’œuvre de la main, c’est le travail de la main !

Dans l’autre mot qu’on évoquait, manipuler, on a aussi cette idée de main : MANI.
Et que manipule-t-on ? Les marionnettes bien souvent ! Encore une façon de dire qu’on tire les ficelles, qu’on est maître de la situation tout en se cachant. Il y a donc une proximité entre les deux mots. Manipuler et manœuvrer qui souvent au sens figuré sont quand même un peu péjoratif, il faut bien le dire.

Avertissement !
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensables un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Canopé

Coproduction du réseau CANOPÉ.
http://www.reseau-canope.fr/

 

Radio France International France 24 Monte Carlo Doualiya France Médias Monde

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJD OJD Dénombrement des médias

Logo RFI

Manœuvrer

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.