#Français de l’actualité

Machine

mots-actu_m.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

« Je ne veux pas de cette machine à perdre ! » C’est ce qu’a déclaré le Premier ministre Manuel Valls. De quoi parlait-il ? Du Parti Socialiste ? Non, pas exactement… mais plus généralement de la situation actuelle dans ce parti et de l’attitude des frondeurs, C’est-à-dire les socialistes qui en France se sont démarqués du président de la République et qui pourraient gêner une candidature socialiste aux prochaines élections présidentielles.
Alors, l’expression machine à perdre, elle  renvoie à tout un processus, et elle est assez astucieuse, parce que elle est paradoxale : elle frappe les oreilles, elle frappe l’imagination : personne, a priori, dans le courant socialiste bien sûr, ne souhaite actionner une machine à perdre, qui évoque un échec de façon inéluctable, parce que mécanique. Et justement ce mot de machine, qu’on a dans « machine à perdre », suivi de la préposition à et d’un infinitif, fait penser à des mécaniques assez diverses. Comme des objets qui peuvent venir à l’aide de la main humaine, du désir humain, avec une énergie utilisé et, très souvent transformée.

Comme la machine à coudre par exemple, qu’on commence à utiliser à partir de la moitié du 19ème siècle. Puisque dès 1830, Barthélémy Thimonnier, en France, dépose le brevet, non pas d’une « machine à coudre », mais d’une « mécanique à coudre ». Alors, l’expression machine à coudre va bien vite s’imposer. Et aujourd’hui encore, c’est la façon dont on désigne ces outils, même s’ils sont très perfectionnés par rapport aux balbutiements du 19ème siècle. On a également la machine à tricoter : on en comprend la fonction tout aussi bien, et là encore, on n'a aucun mot unique qui n’est venu prendre la place de l’expression « machine à tricoter » ou « machine à coudre ». Et on en a d’autre bien entendu : la machine à écrire en est l’un des meilleurs exemples. L’usage de l’ordinateur personnel bien sûr l’a transformée en objet du passé. Mais pendant plus de cent ans, elle a trôné dans les bureaux, sans qu’aucun autre terme ne vienne la nommer différemment.

Et on voit bien que, à cette époque, la fin du 19e siècle, qui croit aux vertus presque infinies du progrès technique, on a des inventions compliquées, qui fascinent, et qui s’appellent machines à ceci ou à cela. Même quand elles n’existent pas, même dans la science-fiction : la « machine à remonter le temps », c’est comme ça qu’on l’a appelée….Et dans ce Panthéon des machines on a bien sûr la « machine à laver ». Un sort un peu différent pour cette dernière, parce qu’est arrivée la machine à laver la vaisselle… Donc quand on disait machine à laver, c’était un peu imprécis ; on ne savait pas ce qu’on allait laver avec ça. Donc on a eu deux expressions qui ont succédé à machine à laver le linge ou à laver la vaisselle : on a dit « lave-linge » ou «  lave-vaisselle ». Et le mot « machine » est implicite mais il n’est plus prononcé. 

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensables un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo CANOPE

 

Coproduction du réseau CANOPÉ.
http://www.reseau-canope.fr/

Radio France International France 24 Monte Carlo Doualiya France Médias Monde

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJD OJD Dénombrement des médias

Logo RFI

Machine

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.