mots-actu_l.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Les troubles au  Burundi ont opposé ces jours derniers les loyalistes et les putschistes.

C’est à dire ceux qui défendent le pouvoir en place – les loyalistes – et ceux qui s’y opposent, et veulent s’emparer du pouvoir justement – les putschistes.

Ces mots ont-ils une couleur subjective ? Pas toujours.  Lorsqu’on les emploie, ce n’est pas forcément pour faire passer une opinion, et émettre un jugement sur la légitimité des uns par rapport aux autres. On constate simplement l’existence de ces deux camps qui s’opposent. Et pourtant, au départ, le mot putschiste bien sûr évoque une force qui veut renverser l’ordre établi, alors que loyaliste porte un écho bien différent et nettement positif.

Loyaliste est construit à partir de l’adjectif loyal. Cet adjectif, il a un jumeau : légal. Les deux mots dérivent du même terme latin, mais ont pris des sens bien différents : ce qu’on appelle des doublets. En ancien français pourtant, ils ont pu avoir le même sens : conforme à la loi, un sens que le mot légal a gardé. Mais loyal a suivi toute une évolution.

Celui qui est loyal est celui qui se conduit conformément au code de l’honneur, en particulier, au Moyen Âge, il s’applique à un chevalier qui se comporte bien, par rapport à son suzerain par exemple, par rapport à un autre chevalier à qui il doit le respect, l’aide, l’obéissance. Celui qui est loyal tient sa parole et ses engagements.

Et aujourd’hui le mot est encore très courant, et il est correspond à une idée de fidélité : celui qui est loyal, il ne trahit pas, il ne change pas de camp. La loyauté, c’est l’honnêteté et la droiture. On parlera donc d’un ami loyal, qui ne vous laisse pas tomber, qui vous garde son amitié, même dans les temps difficiles, malgré les difficultés. Et le mot peut avoir un sens professionnel et même commercial : un partenaire loyal fait ce qu’il a dit, respecte les accords passés, et n’est pas opportuniste, il ne joue pas en fonction de ses seuls intérêts.

Et puis on peut aussi parler d’un adversaire loyal : il accepte les règles du jeu, il ne vous prend pas en traitre. Si on fait de la boxe par exemple, il s’agit de ne pas porter de coup bas, de ne pas faire ce que le règlement interdit. Et l’expression à la loyale a été souvent utilisée dans la langue politique, et notamment électorale. Une victoire à la loyale, c’est une victoire remportée sans qu’on ait triché, sans qu’il y ait eu de fraude au niveau du décompte des bulletins de vote.

Avertissement !
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensables un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Canopé

Coproduction du réseau CANOPÉ.
http://www.reseau-canope.fr/

 

Radio France International France 24 Monte Carlo Doualiya France Médias Monde

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJD OJD Dénombrement des médias

Logo RFI

Loyal

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.