#Français de l’actualité

Journal en français facile du 23/02/2016 - 20h00 - 20h10 TU

Image par défaut des émissions / éditions
RFI
Transcription

Priscille Lafitte :
Dans l'actualité de ce mardi 23 février, Barack Obama présente un plan pour fermer la prison de Guantanamo. Il parlait aujourd'hui devant le Congrès américain. 

Sylvie Berruet :
La Belgique ferme sa frontière avec la France par peur de l'arrivée des migrants chassés de Calais.

PL :
Nous irons en Inde, où les protestations de la communauté Jat ont pour conséquence de réduire l'arrivée d'eau à New Delhi

SB :
Nous terminerons par une étude sur la montée du niveau des océans, c'est une étude de l'université de Harvard, aux États-Unis

SB :
On commence ce journal par la prison de Guantanamo, qui accueille des prisonniers soupçonnés de terrorisme depuis les attentats du 11 septembre 2001. Le président Barack Obama cherche à ferme cette prison avant son départ de la Maison Blanche : c'est sa promesse depuis 8 ans maintenant.

PL :
Le Congrès américain doit examiner un plan de fermeture de Guantanamo, un plan qui est approuvé par Barack Obama, qui a reçu le feu vert du président américain. Mais ce plan a très peu de chances de passer, en pleine année électorale. « Le maintien de cette prison de Guantanamo est contraire aux valeurs de l'Amérique », selon les mots de Barack Obama.

D’abord, nous allons continuer à transférer vers les pays concernés, en toute sécurité et de manière responsable, les 35 détenus qui y ont été autorisés sur les 91 restants. Ensuite, nous allons accélérer le rythme de l’examen des cas des prisonniers restant, pour déterminer si leur détention est toujours nécessaire. Nous allons également continuer à utiliser tous les outils légaux nous permettant de nous occuper de ces prisonniers toujours détenus en vertu du droit de la guerre. Actuellement, dix d'entre eux sont à un stade ou à un autre de la procédure devant la Commission militaire. Ce qui coûte très cher, et n’a abouti à rien malgré des années de litiges. Alors que nos cours fédérales ont réussi à condamner des terroristes parmi les plus dangereux… Et ont donc prouvé que l’on pouvait dans le même temps juger des terroristes et protéger le peuple américain. Enfin, dernier point : nous allons travailler avec le Congrès, afin de trouver un endroit sécurisé aux États-Unis où mettre les prisonniers restants.

SB :
Un cessez le feu peut-il réellement entrer en vigueur, être mis en œuvre, en Syrie ? Le secrétaire d'État américain John Kerry estime que ce serait une erreur de la part de la Russie ou d'un autre pays de ne pas respecter cette trêve, cet arrêt des violences. Pour John Kerry, cela aurait des conséquences.

PL :
John Kerry précise qu'un plan B pour la Syrie est à l'étude : une solution militaire est envisagée si les tentatives de sortir de la guerre par la diplomatie et la politique échouent.

SB :
Le camp des réfugiés à Calais, la zone appelée la jungle, attend la décision de la justice française, pour savoir quand la moitié du camp va être évacué.

PL :
L'État français voulait en effet faire évacuer la moitié du camp d'ici demain. Mais le tribunal de Lille prend une journée de plus pour décider si la jungle peut être évacuée en un jour ou si cela demande plus de temps et de moyens.

SB :
En prévision de cette évacuation, pour se préparer au départ de centaines de migrants, la Belgique a décidé de ferme sa frontière avec la France, pour que les migrants n'arrivent pas massivement dans ce pays. Marina Mielczarek

En tout cas, pour les Belges cette attente ne changera pas grand chose. Des réfugiés sont déjà sur les routes. Et on a pu sentir la crainte dans le ton du ministre belge de l'intérieur d'être en quelque sorte pris de court et submergé par des arrivées massives de populations, d'autant plus que la saison touristique approche. Il n'y a pas eu d'avertissement mais plutôt une mise devant le fait accompli. Le ministre belge a dit texto à la Commission européenne que la Belgique déroge aux accords de Shengen, les accords de libre circulation des citoyens. La Norvège, la Suède l'ont fait avant lui. Outre l'intérêt politique à se montrer ferme et à vouloir renforcer les contrôles, la Belgique veut à tout prix éviter une espèce de « copier coller du camps de migrants » sur ces terres, ou si vous voulez, de retrouver des tentes et des campements sauvages aux abords de ses ports commerciaux, avec des bateaux qui partent vers la Grande-Bretagne. Près de 250 policiers ont effectué des rondes sur son territoire. Il y a eu 30 arrestations et toutes assure le ministre belge de l'intérieur concerne des migrants qui ne sont pas intéressés par la Belgique mais par l'Angleterre. Une migration de transit et non pas d'asile : une manière plus douce de signifier aux Belges qu'évacuation ou pas du camp de Calais, les Syriens, les Kurdes ou les Irakiens qu'ils verront sur les images à la télévision tenter de passer en Belgique ne veulent pas y rester et surtout pas leur voler leurs emplois.

SB :
On part maintenant en Inde. Les manifestations de la communauté Jat continue dans la région de l'Haryana, aux alentours de New Delhi. Cette minorité Jat, en majorité des agriculteurs, réclament de bénéficier de quotas, d'une politique spéciale, pour obtenir plus facilement des places dans les universités publiques et les administrations. Le gouvernement local a promis de faire des efforts et de mettre en œuvre cette demande, mais cela n'a pas apaisé tous les manifestants.

PL :
Les protestations de la communauté Jat s'accompagnent de violences exceptionnelles : des gares et des stations essences incendiées, et ce week-end, le canal qui fournit l'essentiel de l'eau à New Delhi a été gravement endommagé. Du coup, il y a deux fois moins d'eau disponible. Reportage de Sebastien Farcis à New Delhi.

Les habitants de Dakshingpuri, dans le sud-ouest de New Delhi, ont l'habitude d'être rationnés en eau. Ces maisons faites de briques et tôle, situées derrière un comptoir à thé, ont récemment été raccordées au réseau d'eau courante. Mais depuis samedi dernier, cela ne sert plus à rien, déplore Sita, une mère de famille de 50 ans. Généralement, nous recevons de l'eau une fois tous les deux jours. Mais maintenant cela fait 4 jours, et nous n'avons plus rien. Nous vivons à 8 dans notre foyer et nous devons attendre les camions citernes, mais on ne sait pas quand ils viennent. Les services de l'eau de New Delhi ont dépêché 767 camions pour alimenter les millions de personnes qui n'ont plus d'eau courante. Le canal de Munak, qui répond à 60% des besoins de la ville, a été gravement endommagé par les manifestants Jats. les réparations ainsi que le retraitement des eaux sera long. Selon un responsable, le réseau pourrait être en mesure de livrer l'eau à tous les foyers raccordés dans seulement 2 semaines.

SB :
On continue à parler de l'eau, cet élément indispensable à la vie sur terre : des climatologues étudient dans le détail la montée du niveau des océans.

PL :
Des climatologues, c'est-à-dire des personnes qui étudient le climat, ont publié le résultat de leurs études menées pour l’université de Harvard, aux États-Unis : d'après leurs calculs, le niveau des océans est directement lié à la température globale de la planète Terre, et ce niveau n’est jamais monté aussi rapidement. Agnès Rougier.

Entre 1900 et 2000, la fonte des glaciers arctique et antarctique a entraîné une montée du niveau des océans de 14cm, et les climatologues estiment que sans le réchauffement global dû à l’industrialisation, cette montée des eaux aurait été moitié moins importante. Pour confirmer la corrélation entre température et élévation du niveau marin, les climatologues ont comparé le XXe siècle et la période de l’an 1000 à 1400, plus froide de 2 dixièmes de degrés, et durant laquelle les océans étaient descendus de 8 cm. Mais aujourd’hui, la terre se réchauffe et tout s’accélère, notamment la fonte des glaces. Frédérique Rémy, du laboratoire de géophysique et océanographie spatiale, au micro de Simon Rozé. Pour les chercheurs de Harvard, si le monde continue à se réchauffer au rythme actuel, le niveau des océans pourrait monter de 51cm à 1m40 au XXIe siècle. Mais si les engagements pris à la COP21 pour réduire les émissions de gaz à effet de serre étaient effectivement respectés, cette montée des eaux pourrait rester inférieure à 64cm.

SB :
Les Italiens ont rendu un dernier hommage à l'intellectuel Umberto Eco, à Milan, dans la cour du château des Sforza, avant la crémation du corps de l'écrivain.

PL :
La cérémonie était laïque, comme le voulait l'auteur du roman « Le nom de la Rose » auteur également de dizaines d'essais sur des sujets aussi éclectiques, aussi différents, que l'esthétique médiévale, la poétique de James Joyce, la mémoire végétale, James Bond, l'histoire de la beauté ou celle de la laideur. « Des gens comme lui, il y en a plus besoin sur la terre », a regretté l'acteur Roberto Benigni, après la cérémonie.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias