#Français de l’actualité

Journal en français facile 29/11/2019 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Andréane Meslard : Il est 21h à Paris, 20h en temps universel, merci d’écouter RFI. C’est l’heure de votre journal en français facile et avec moi pour le présenter, Zéphyrin Kouadio, bonsoir Zéphyrin !

Zéphyrin Kouadio : bonsoir Andréane et bonsoir à toutes et à tous ! 

AM : Et nous commencerons ce journal en français facile par cette attaque terroriste à Londres. Cet après-midi un homme a poignardé plusieurs personnes sur le London Bridge deux personnes sont mortes en plus du suspect. À la une également, l’Irak dont le Premier ministre a annoncé sa démission aujourd’hui. Cela fait suite à deux mois de manifestations dans le pays et à une journée particulièrement violente hier. Ce vendredi 16 manifestants ont été tués. Et puis Reccep Tayyip Erdoğan mécontent des propos d’Emmanuel Macron sur la Syrie et sur le rôle de la Turquie dans l’OTAN. Il l’a bien fait savoir aujourd’hui. Et en conséquence, l’ambassadeur de Turquie en France a été convoqué.

-----

ZK : Deux personnes sont mortes, à Londres. C’est le bilan provisoire, ça veut dire qu’il peut encore changer de l’attaque terroriste de cet après-midi.

AM : Tout s’est passé sur le London Bridge, un pont situé dans le centre de la capitale britannique. Un homme, qui portait une ceinture d’explosifs factice, une fausse ceinture d’explosif, a attaqué des passants, au couteau. Plusieurs personnes ont été blessées, dont certaines gravement. C’est ce qu’a annoncé le maire de Londres. Vous l’avez dit Zéphirin, deux personnes sont mortes, en plus du suspect, abattu, c’est-à-dire tué, par la police. Pour les autorités, il s’agit d’une attaque terroriste. Yelena Tomic.

Peu d’informations à ce stade sur l’attaque à l’arme blanche qui s’est déroulée en début d’après-midi près de London Bridge, dans le centre de Londres. Sur une vidéo postée sur les réseaux sociaux, on peut voir des passants maintenir à terre l’assaillant, avant que la police, appelée peu avant 14h n’arrive sur place, ouvre le feu à plusieurs reprises et neutralise le suspect. Un important dispositif de sécurité a été déployé avec une dizaine de policiers et plusieurs chiens, et le quartier été totalement bouclé. On ne connaît toujours pas l’identité de l’homme au couteau ni ses motivations. La police antiterroriste a annoncé en revanche avoir retrouvé sur lui une ceinture d’explosifs factice et décidé -par précaution- de traiter l’attaque comme un incident “terroriste”. Le maire de Londres a annoncé il y a environ une heure que plusieurs personnes avaient été blessées dans l’attaque, dont certaines grièvement. “Nous allons rester unis et déterminés face au terrorisme. Ceux qui cherchent à nous attaquer et à nous diviser ne réussirons jamais” a souligné Sadiq Khan, qui a rendu hommage au courage des Londoniens et appelé à la vigilance. Cette attaque intervient à quelques jours d’un sommet de l’OTAN qui doit réunir à Londres mardi et mercredi de nombreux chefs d’État et à deux semaines des élections générales anticipées du 12 décembre.

AM : Et on l’a appris ce soir, une autre attaque au couteau a eu lieu à La Haye aux Pays-Bas, dans une rue commerçante. Plusieurs personnes ont été blessées. 

ZK : Vous l’entendiez, une réunion de l’OTAN se tiendra la semaine prochaine. Elle réunira notamment Emmanuel Macron le président français, mais aussi Donald Trump le président américain. Et l’instabilité en Irak va sûrement faire partie des sujets abordés.

AM : L’Irak deux mois après le début d’un mouvement de contestation ce vendredi le Premier ministre a annoncé qu’il allait présenter sa démission au Parlement. Peu de temps avant cette annonce d’Adel Abdel Mahdi le plus haut dignitaire chiite du pays l’ayatollah Ali Al-Sistani avait appelé le parlement irakien à retirer sa confiance au gouvernement pour éviter le chaos. Les manifestants ont crié victoire cet après-midi sur la place Tahrir de Bagdad. En effet, ils réclament tous la chute du gouvernement. Prudence tout de même nous dit ce manifestant irakien.

« Ce vendredi, l’une de nos revendications a été entendue et le Premier ministre Adel Abdel Mahdi annonce sa démission. Mais les partis politiques corrompus restent toujours au pouvoir. Que va-t-il se passer maintenant ? Le pays est en train de sombrer. Avec les violences ces derniers jours dans les provinces du sud de l’Irak, nous avons vraiment senti l’insécurité qui règne et soyons claire personne ne veut que le pays sombre dans le chaos. Mais le vide à la tête de l’État entraînera le chaos. Maintenant nous devons rapidement trouver un nouveau Premier ministre. Le problème c’est qu’en temps normal nous mettons généralement des mois à choisir un nouveau Premier ministre... honnêtement j’ignore ce qui nous attend ».

AM : Des propos recueillis par téléphone à Bagdad, par Sami Boukhelifa. Les manifestations qui sont toujours très violentes en Irak. Aujourd’hui encore 16 personnes sont mortes à Nasiriya dans le sud du pays après une journée déjà très violente hier. Depuis deux mois les manifestations ont entraîné au moins 420 morts. Ce vendredi une porte-parole du département d’État américain a déclaré que les leaders irakiens devaient répondre aux revendications légitimes des manifestants notamment concernant la corruption.

ZK : On en parlait un peu moins d’une semaine avant l’ouverture du sommet de l’OTAN à Londres, de fortes tensions ont émergé, c’est à dire sont apparues, entre deux de ses membres.

AM : Le président turc n’a pas trop apprécié les propos de son homologue français. Des propos sur l’offensive turque en Syrie, et sur la relation entre Ankara et l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord, l’OTAN. En conséquence : Recep Tayyip Erdoğan s’est pris aujourd’hui à Emmanuel Macron. Ainsi, l’ambassadeur de Turquie en France a été convoqué. Anne Andlauer, les conversations ne vont pas être de tout repos la semaine prochaine.

« Recep Tayyip Erdoğan répond du tac au tac à Emmanuel Macron. Le président français a jugé l’OTAN “en état de mort cérébrale”… Son homologue turc l’invite à “faire contrôler – je cite – son propre état de mort cérébrale.” Emmanuel Macron a dénoncé la façon dont l’allié turc avait “agressé” – ce sont ses mots – les forces kurdes en Syrie, l’accusant d’avoir “mis en péril” la lutte contre le groupe État islamique… Tayyip Erdoğan le qualifie “d’inexpérimenté” en matière de lutte anti-terroriste. “C’est pourquoi, ajoute-t-il, les gilets jaunes ont envahi la France.” Le chef d’État français, enfin, est allé jusqu’à se demander s’il ne fallait pas remettre en cause la solidarité militaire entre membres de l’Alliance en cas d’agression de l’un d’eux, prenant l’exemple turc… Recep Tayyip Erdoğan lui répond, usant encore du tutoiement : “Ce n’est pas à toi de décider s’il faut exclure ou non la Turquie de l’OTAN.” L’ambiance risque d’être électrique au sommet de l’Alliance atlantique des 3 et 4 décembre. En marge de l’événement, une rencontre doit réunir les présidents turc et français, ainsi que la chancelière allemande et le Premier ministre britannique. Anne Andlauer, Istanbul, RFI. »

ZK : La décision est historique au Soudan. Aujourd’hui les autorités de transition soudanaises ont annoncé la dissolution du parti du président déchu Omar El Béchir c’est-à-dire que légalement, c’est la fin de ce parti.

AM : C’est la fin du Parti du Congrès National... qui a été au pouvoir pendant plusieurs dizaines d’années dans le pays. Par ailleurs tous les biens du parti sont confisqués. Cette décision répond à une loi qui interdit aux symboles du régime ou du parti de l’ancien président de participer à la vie politique du Soudan pendant dix ans. En Algérie, c’était le 41e vendredi de mobilisation aujourd’hui. Une journée de rassemblement marquée par des arrestations. Au moins 25 manifestants ont été interpellés peu avant le départ du cortège hebdomadaire. Les manifestants réclament toujours l’annulation de la présidente prévue le 12 décembre prochain. Ils dénoncent également la classe politique.

ZK : En France, après 4 ans d’enquête sur les attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis, le Parquet national antiterroriste a annoncé aujourd’hui avoir requis, avoir demandé un procès aux Assises pour 20 personnes. 

AM : Et parmi ces vingt personnes, il y a Salah Abdeslam, le seul membre encore en vie des commandos à l’origine des attentats du 13 novembre 2015 sur les terrasses parisiennes, au Bataclan et au stade de France à Saint-Denis. Des attaques qui ont fait 131 morts et plus de 400 blessés. Anna Piekarec.

Le parquet demande que Salah Abdeslam, détenu en France depuis plus de trois ans et demi, soit jugé notamment pour meurtres et tentatives de meurtre, en bande organisée et en relation avec une entreprise terroriste. Le Belge Oussama Atar, soupçonné d’avoir planifié les attentats du 13 novembre depuis la Syrie pourrait être jugé, lui, en son absence. Selon les services de renseignements, ce vétéran du jihad, identifié sous le nom de guerre « Abou Ahmed » est probablement mort. Présumés morts également, les frères Fabien et Jean-Michel Clain connus pour avoir revendiqué les attaques d’il y a 4 ans dans un message audio doivent être renvoyés pour complicité des crimes. Les réquisitions du ministère public concernent par ailleurs plusieurs membres de la cellule terroriste franco-belge à l’origine des attentats commis à Paris et à Saint-Denis, mais aussi responsables de ceux perpétrés en mars 2016 à Bruxelles. Le procès des djihadistes du 13 novembre devrait se tenir à Paris en 2021. Après une enquête tentaculaire sur les attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint Denis, terminé le 21 octobre dernier, le Parquet national antiterroriste annonce ce vendredi avoir requis un procès aux assises pour 20 personnes, dont Salah Abdeslam, seul membre encore en vie des commandos qui ont fait 131 morts et plus de 400 blessés.

AM : C’est ainsi que se termine ce Journal en français facile, merci de l’avoir suivi. N’oubliez pas que vous pouvez le retrouver sur notre site www.rfi.fr à la rubrique savoirs.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias