#Français de l’actualité

Journal en français facile 27/11/2019 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Delvolve Raphaël : Et avec moi pour présenter ce Journal en français facile, Zéphyrin Kouadio. Bonsoir Zéphyrin.

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir Raphaël, bonsoir à tous,

DR : Dans quelques secondes nous allons parler de football. Le club français de Lyon vient de finir son match contre St Peterbourg en Ligue des Champions. Un match qu’il a perdu sur le score de 2 à 0. Ce mauvais résultat va compliquer les choses pour Lyon qui a moins de chances de se qualifier pour la suite de la compétition.

ZK : Puis nous parlerons de politique européenne. La nouvelle commission de l’Union européenne a été élue au parlement aujourd’hui. Pour la première fois, c’est une femme qui exercera le pouvoir exécutif. Elle s’appelle Ursula Von der Layen.

DR : Puis direction ensuite l’Iran. Après les manifestations du milieu du mois de novembre, on ne connaît toujours pas le nombre exact de morts qu’il y eut. Car les manifestations ont été réprimées par les forces de l’ordre. Les autorités iraniennes parlent de 5 morts, mais d’autres sources d’information parlent de plus de 100 personnes tuées.

ZK : Et puis enfin direction le Venezuela. Le pays s’enfonce encore un peu plus dans la crise économique. La production de café est prévue pour être très faible cette année. Elle s’effondrerait de 80 %. C’est une mauvaise nouvelle supplémentaire pour ce pays déjà en grave difficulté.

-----

ZK : Et tout de suite, nous prenons donc la direction de la Russie. 

DR : Nous allons à St Peterbourg où le club de football de Lyon jouait un match important en Ligue des Champions, la plus prestigieuse des compétitions en Europe. Match contre l’équipe de St Peterbourg. Hugo Moissonnier, vous avez suivi le match. Lyon a perdu 2 à 0.

[Transcription manquante]

ZK : Ursula Von Der Layen, sera bien la future présidente de la Commission européenne. 

DR : Elle est allemande et entrera en fonction le 1er décembre prochain. C’est maintenant certain puisque le parlement européen à Strasbourg lui a donné son feu vert. Donner son feu vert est une expression française pour dire donner son accord. Une large majorité de députés européens lui ont dit « oui ». Les détails de notre envoyée spéciale à Strasbourg, Juillette Gerbrant.

[Transcription manquante]

DR : L’actualité européenne c’est aussi, l’ambassadeur de l’UE au Bénin à qui on a demandé de quitter le pays avant dimanche prochain. Oliver Nette, c’est ainsi qu’il s’appelle. Il est accusé par le gouvernement béninois d’activités non conformes à ses fonctions.

ZK : En France maintenant un hommage national sera rendu la semaine prochaine aux 13 militaires français morts au Mali lundi.

DR : Une cérémonie aura lieu lundi prochain aux Invalides. Un monument situé à Paris et où est notamment enterré Napoléon. La présidence française doit communiquer plus de détails sur le déroulé de la cérémonie. Et puis la ministre des armées ; Florence Parly est arrivée en fin d’après-midi sur la base militaire française dans la ville de Gao situé dans le nord Mali. Elle s’est notamment recueillie devant les dépouilles des soldats défunts. Ils sont morts on le rappelle, dans un accident d’hélicoptères. Deux engins se sont percutés lors d’une opération contre des groupes terroristes.

ZK : En Iran, le 15 décembre dernier des manifestations importantes avaient eu lieu. On ne sait pas exactement le nombre de morts qu’il a eu pendant ces dernières aujourd’hui

DR : Mouvement déclenché par la hausse du prix de l’essence. L’Ayatollah Khamenei à Téhéran affirme aujourd’hui qu’il s’agissait d’un complot dangereux. D’après les autorités de l’IRAN, il y a eu 5 morts pendant ces mouvements. Mais des organisations non gouvernementales, qu’on résume parfois par ONG, comme Amnesty Internationale évoque le chiffre de 143 morts. Une autre ONG, Human Rights Watch accuse l’Iran d’avoir fait exprès de cacher le vrai chiffre. C’est aussi l’avis de l’ancien député iranien et avocat Ghassem Sholeh Sadi.

[Transcription manquante]

DR : Ghassem Sholeh Sadi a contacté à Téhéran par la rédaction en persan de RFI.
Et puis une autre information, concernant l’Iran. La chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, évoque la possibilité de rétablir les sanctions autrefois imposée à l’Iran en raison de ses activités nucléaires. Un accord a été passé depuis avec les grandes puissances, mais l’Iran ne le respecte plus aujourd’hui. Jean-Yves le Drian déclarait devant le parlement français que la France se posait la question d’un éventuel rétablissement.

ZK : Nous terminons ce journal au Vénézuéla. Le pays vit une grasse crise politique et économique. Ainsi, la production de café s’effondre.

DR : Elle devrait chuter de 80 % cette année. Ce qui est énorme. Cela est causé par la chute de valeur de la monnaie, mais aussi le manque de produits pouvant permettre d’avoir une bonne production de café. En 2019, seul 20. 000 tonnes seront produite, ce n’est même pas assez pour la demande en café au Venezuela. À Caracas, les détails de notre journaliste Benjamin Delille.

Pour les producteurs de café vénézuéliens, c’est la chute libre. Une baisse drastique de la production qui s’explique par deux facteurs principaux. D’abord les pénuries de produits fertilisants et de pesticides. Les plantations ont été dévorées par les insectes et les maladies. Ensuite, les problèmes classiques que traverse le Venezuela à cause de son hyperinflation comme l’explique Diolegdy Páez, directrice de la branche café de Fedeagro. « La main-d’œuvre est devenue trop chère. Les infrastructures ne sont plus entretenues. Les coupures d’électricité et les pénuries d’essence nous ont particulièrement affectés : on en a besoin pour sécher et moudre le grain. Et aussi surtout pour la commercialisation du café. » Le Venezuela va donc devoir augmenter énormément ses importations de café s’il veut satisfaire sa demande nationale : environ 220 000 tonnes par an, soit 11 fois ce qui a été cueilli en 2019. Les prix vont donc augmenter, les pénuries aussi, et de nombreux foyers vénézuéliens vont devoir se passer de leur traditionnel café. Fedeagro rappelle que cette crise concerne toute l’agriculture vénézuélienne. En dix ans, l’agriculture vénézuélienne serait retombée à ses niveaux de 1960, et rien ne semble pouvoir arrêter sa chute. Benjamin Delille, Caracas, RFI.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias