Studio RFI
GUERRE EN UKRAINE : ce conflit marque un tournant très important dans les relations internationales ; et autres nouvelles.

Transcription

Anne Corpet : Vous êtes bien à l’écoute de RFI, il est 22h à Paris, 20h en temps universel. Bienvenue dans le Journal en français facile présenté ce soir avec Zéphirin Kouadio. Bonsoir Zéphyrin.

Zéphirin Kouadio : Bonsoir Anne, bonsoir à toutes et à tous.

AC : La guerre en Ukraine au menu du sommet du G7 en Allemagne. Selon le chancelier allemand, ce conflit marque un tournant très important dans les relations internationales. Vous entendrez Olaf Scholtz dans un instant. 

ZK : L'homme le plus riche d'Ukraine a déposé plainte contre la Russie devant la Cour européenne des droits de l'homme. Rinat Akhmetov espère une compensation pour les pertes subies à cause de la guerre. Il est notamment le propriétaire de l'usine de Marioupol, bombardée sans relâche par les forces russes.

AC : En France, Élizabeth Borne lance ses consultations en vue de former son nouveau gouvernement. En attendant le remaniement qui aura lieu début juillet, l'exécutif multiplie les effets d'annonce, notamment sur le pouvoir d'achat, principale préoccupation des Français. 

ZK : Et puis au Liban, les homosexuels visés par les forces de l'ordre. Elles ont reçu l'ordre d'empêcher tout rassemblement de la communauté LGBT. L'homosexualité est pénalisée dans ce pays. 

-----

ZK : Un missile russe a frappé ce lundi un centre commercial, faisant au moins 10 morts et quarante blessés dans le centre de l’Ukraine.

AC : Ce bilan est encore provisoire : le centre commercial visé était « très fréquenté » ont prévenu les autorités locales qui craignent un grand nombre de victimes. Cette frappe est intervenue au moment où le président ukrainien intervenait devant les dirigeants du G7 pour réclamer un soutien plein et entier afin de faire face aux attaques russes. « Le temps presse, et le G7 doit tout faire pour mettre un terme à ce conflit meurtrier avant la fin de l'année et l'arrivée de l'hiver », a souligné Volodymyr Zelensky. Dans leur déclaration commune, les dirigeants de l'Allemagne, des États-Unis, de la France, du Canada, de l'Italie, du Japon, et du Royaume-Uni ont promis qu'ils continueront de soutenir l'Ukraine « aussi longtemps qu'il le faudra ». « Le monde est horrifié par l'attaque contre le centre commercial » a ajouté le secrétaire d'État américain Antony Blinken. 

ZK : Les représentants de cinq pays émergents ont participé aux discussions du G7 ce lundi après-midi. 

AC : Les dirigeants de l'Inde, de l'Argentine, du Sénégal, de l'Indonésie et de l'Afrique du Sud étaient en effet invités au château d'Elmau, au pied des Alpes bavaroises. Pour l'hôte du sommet, le chancelier allemand Olaf Scholz, ce geste doit montrer que la « communauté des démocraties » ne se résume pas à « l'Occident et aux pays de l'hémisphère nord ». Olaf Scholz qui a de nouveau insisté sur le fait que la guerre en Ukraine représente un « changement d'époque ». On l'écoute.

« Il est évident que cette guerre marque un tournant très important dans les relations internationales. Pour le G7, ces changements dans les relations seront profonds et durables. Il est évident qu’avec la Russie, il ne peut y avoir pour l’instant de retour en arrière. Si la donne change, alors, nous aussi, nous devrons changer. Tout le monde le sait. Les membres du G7 sont prêts à prendre les décisions qui s’imposent. Enfin, il est évident aussi que la meilleure chose à faire pour surmonter cette situation, c'est de travailler étroitement ensemble ».  

ZK : Puis l’Inde, le Sénégal et l'Afrique du Sud ont d'ailleurs cosigné ce lundi une déclaration du G7 sur les valeurs démocratiques.

AC : Ils se sont notamment engagés à « respecter l'intégrité territoriale et la souveraineté des autres États » tout en s'opposant à « la menace ou au recours à la force ». Ces trois pays s'étaient abstenus lors du vote d'une résolution de l'ONU condamnant l'attaque russe.

ZK : L'homme le plus riche d'Ukraine a lui déposé plainte contre la Russie devant la Cour européenne des droits de l'homme. 

AC : Rinat Akhmetov, le magnat de l’acier ukrainien, souhaite obtenir une compensation pour les pertes commerciales subies depuis l'invasion russe. Il est notamment le propriétaire de l'usine de Marioupol où s'étaient retranchés les combattants ukrainiens jusqu'à leur reddition. Anastasia Becchio.

Des pertes que Rinat Akhmetov évalue entre 17 et 20 milliards de dollars. À la tête du groupe Metinvest, il possède des dizaines d’entreprises sidérurgiques et de mines de charbon. Certaines ont été saisies lorsque les troupes russes se sont emparées de territoires dans l’Est et le sud de l'Ukraine, d’autres sont très endommagées comme l’aciérie Azovstal de Marioupol, où les combattants ukrainiens ont subi des semaines de bombardements. Rinat Akhmetov souhaite aussi empêcher la Russie par voie judiciaire « de poursuivre (je cite) le blocage, le pillage, le détournement et la destruction des céréales et de l'acier », produits par ses entreprises. « Le mal ne peut rester impuni. Les crimes de la Russie à l'encontre de l'Ukraine et de notre peuple sont flagrants, et ceux qui en sont coupables doivent être tenus responsables », écrit l’homme d’affaires dans un communiqué publié sur le site internet de sa holding SCM. La collecte de preuves sur les dommages causés aux usines de l’entrepreneur originaire de Donetsk risque d’être une opération longue et fastidieuse. Rien ne dit par ailleurs que Rinat Akhmetov finira par obtenir gain de cause. Car, comme l’a rappelé le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, la Russie n’est plus sous la juridiction de la Cour européenne des droits de l'homme. 

ZK : En France, une plainte pour tentative de viol a été déposée ce lundi par une élue politique contre le ministre français des Solidarités.

AC : Cette élue du centre est la troisième femme à dénoncer des violences sexuelles commises par Damien Abad. Elle accuse le ministre d'avoir tenté de la violer lors d'une fête organisée chez lui, à Paris en 2010. Damien Abad a répliqué en annonçant une plainte pour dénonciation calomnieuse.

ZK : Elisabeth Borne à elle entamé, c’est-à-dire qu’elle a commencé, ses consultations, notamment pour préparer la formation d'un nouveau gouvernement.

AC : La Première ministre va recevoir les responsables des groupes parlementaires sur un possible « accord de gouvernement ». Elle veut aussi leur avis sur les prochains textes de loi qui seront soumis au vote. En attendant le remaniement prévu pour début juillet, l'exécutif ne veut pas donner l'impression d'être bloqué et multiplie les annonces, en particulier sur le pouvoir d'achat. Valérie Gas.

Chaque jour compte son lot d'annonces sur le pouvoir d'achat. Objectif : montrer que malgré les incertitudes politiques, le gouvernement avance sur le sujet le plus sensible pour les Français. Bruno Le Maire vient ainsi de confirmer la mise en œuvre d'un bouclier loyer pour empêcher les hausses excessives au-delà de 3,5 %. D'autres coups de pouces sont aussi envisagés comme la revalorisation des aides publiques au logement, la hausse des prestations sociales. Des mesures qui viennent s'ajouter notamment au bouclier tarifaire sur l'énergie, au triplement de la prime pouvoir d'achat, déjà annoncés par le gouvernement pour aider les Français à surmonter les effets de l'inflation galopante et de la hausse des prix. Ces mesures dévoilées au compte-goutte doivent être regroupées dans un projet de loi. Le premier qui sera soumis au vote des nouveaux députés au mois de juillet. Le plus attendu aussi, car il va faire office de test dans la nouvelle configuration de l'Assemblée nationale où la majorité va devoir montrer sa capacité à réaliser des compromis avec l'opposition pour faire voter les textes. Bref, passer des paroles aux actes.

ZK : Au Liban, les homosexuels, déjà victimes de discriminations, sont maintenant sous la pression des forces de l'ordre.

AC : Le ministre de l'Intérieur a demandé aux forces de sécurité de « prendre les mesures nécessaires pour empêcher toute célébration ou rassemblement » de cette communauté. Une organisation libanaise des droits des minorités sexuelles, l'ONG Helem, a souhaité manifester son mécontentement, mais a annulé le rassemblement en raison de menaces sur les réseaux sociaux. Écoutez le témoignage de Whard Mougharbel de l'ONG Helem, interrogé par Nicolas Falez.

« Nous vivons dans un mensonge selon lequel le Liban serait libre et tolérant envers toutes les communautés. Nous subissons des menaces depuis toujours, ce n'est pas nouveau, mais il y a clairement une escalade. Il y a clairement des gens qui combattent notre communauté. Nous subissons une attaque de la part d'un gouvernement en échec. Ils essaient de dissimuler leurs crimes en faisant de nous des boucs-émissaires. Je ne peux pas m'exprimer au nom de toute la communauté, mais beaucoup de gens sont certainement effrayés par tout cela. Mais nous n'avons pas le choix, nous devons nous battre, nous devons riposter, nous devons dire non, ou alors nous devrons nous taire pour toujours. » 

ZK : Et puis avant de terminer, sachez que la journée de mardi s'annonce perturbée sur les antennes des télévisions et des radios publiques françaises.

AC : Un mot d'ordre de grève a été lancé par tous les syndicats. Il concerne RFI, France 24, France Télévision et Radio France. En cause : l'inquiétude autour de la suppression annoncée de la redevance, qui finance les médias publics. 
Il est 22h10 à Paris.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias