#Français de l’actualité

Journal en français facile 25/12/2017 20h00 GMT

Image par défaut des émissions / éditions
RFI
Transcription

Benjamin Delille :
Merci d'écouter RFI il est 21h à Paris, 20h en temps universel. Bonsoir à tous, bienvenue dans votre Journal en français facile présenté ce soir avec Alexis Guilleux. Bonsoir Alexis.

Alexis Guilleux :
Bonsoir Benjamin, bonsoir à tous.

BD : À la Une de ce journal... J-1 avant le second tour de l'élection présidentielle au Liberia. Certains craignent que la date du scrutin, le lendemain de Noël, ne décourage beaucoup de jeunes d'aller voter, ce qui pourrait avoir un impact fort sur les résultats.

AG : En Turquie, le procès Cumhuriyet a repris ce lundi. L'audience était tendue : un des inculpés a même été renvoyé du tribunal... Correspondance à suivre d'Alexandre Billette.

BD : En Arabie saoudite, le cadavre d'un dignitaire chiite proche des autorités saoudiennes a été retrouvé dans l'est du pays. Riyad accuse l'Iran d'être responsable de son enlèvement et de son assassinat.

AG : Le Pape a prononcé sa traditionnelle bénédiction de Noël. Plus de 50 000 fidèles étaient sur la place Saint-Pierre de Rome. Une bénédiction consacrée aux régions du monde où les gens souffrent à cause des conflits.

-----

AG : Au Liberia, les électeurs se préparent à aller aux urnes demain. Le vote des jeunes, très nombreux, surtout à Monrovia la capitale, devraient peser lourd dans la balance.

BD : Mais certains craignent que la date retenue pour ce second tour de l'élection présidentielle, le lendemain de Noël, ne pousse beaucoup d’électeurs à bouder les urnes. Cette inquiétude est particulièrement vive chez les chrétiens qui fêtent Noël en grand au Liberia. Les explications de notre envoyé spécial à Monrovia, Michel Arseneault.

C’est Noël, et à la mission internationale de Jésus-Christ de la fin des temps, on ne fait pas les choses à moitié. Comme dans beaucoup d’autres Églises évangéliques, qui sont légion à Monrovia, on prie, on chante, on danse pendant des heures. C’est à la fin de la cérémonie que les choses se corsent. Beaucoup de gens en profitent alors pour lever le coude pendant des heures. À Jallah Town, un quartier populaire de Monrovia, cela en inquiète plus d’un : « Nous pensons que beaucoup de gens ne seront pas en état de voter. La plupart des Libériens aiment faire la fête. Et, mardi matin, vous ne verrez pas beaucoup de monde dans les bureaux de vote. La plupart des jeunes seront ivres. » « L’élection, c’est le lendemain de Noël, et on a intérêt à arriver au bureau de vote très tôt le matin. Et on sait que beaucoup de jeunes seront ivres, qu’ils auront découché et qu’ils seront en retard. Après, ils vont dire qu’ils ont été empêchés de voter. Et ça risque de causer des problèmes. » L’absence des jeunes, si elle se confirme, pourrait nuire au candidat qui passe pour leur idole, George Weah. Son parti, la Coalition pour le changement démocratique, en a bien conscience. Une de ses pancartes invite même les électeurs à fêter Noël le 29 décembre, après la proclamation des résultats. Michel Arseneault, Monrovia, RFI.

AG : Il est le principal opposant de Vladimir Poutine en Russie. Alexei Navalny appelle au boycott de l'élection présidentielle du 18 mars prochain.

BD : Sa candidature a été rejetée à l'unanimité aujourd'hui par la Commission électorale. Il avait déposé cette candidature hier alors que plusieurs milliers de ses soutiens s'étaient rassemblés dans plusieurs villes du pays.

AG : À Moscou, un autobus a foncé sur la sortie d'un passage souterrain situé à l'ouest de Moscou.

BD : Quatre personnes ont été tuées et plusieurs autres blessées. Le conducteur a été interpellé et les autorités privilégient la piste de l'accident.

AG : En Turquie, c'est un procès qui s'éternise et qui n'est pas près de se terminer. Dix-sept collaborateurs du quotidien d'opposition Cumhuriyet accusés de « terrorisme » ont été à nouveau présentés devant le juge lundi.

BD : Une audience interrompue par l'expulsion d'un inculpé. Ce « procès politique » selon les défenseurs de la liberté de la presse va reprendre en mars prochain. Pendant ce temps, les accusés en détention préventive vont rester en prison. À Istanbul, Alexandre Billette.

La cinquième audience du procès Cumhuriyet s'est déroulée dans la confusion : avec l'expulsion du tribunal de l'un des accusés, Ahmet Şık, qui a dénoncé une justice aux ordres du pouvoir... « Si vous voulez faire de la politique, devenez député », a dit le magistrat avant de demander son renvoi. La petite foule de soutiens des journalistes a alors lancé des slogans contre le juge, qui a suspendu l'audience. Ahmet Şık est en détention préventive depuis précisément un an, trois autres collaborateurs du journal sont aussi en prison, leur libération conditionnelle a d'ailleurs été rejetée par le juge... Ils resteront donc en prison jusqu'au prochain rendez-vous devant le tribunal, le 9 mars prochain. Accusés de « propagande » et de « soutien au terrorisme » les 17 inculpés de Cumhuriyet étaient soutenus par des dizaines de journalistes et de représentants d'ONG au palais de justice d'Istanbul, mais la prochaine audience aura lieu au tribunal de la prison de Silivri en lointaine banlieue, un lieu plus difficile d'accès et qui offre moins de visibilité pour les défenseurs des accusés.

AG : Toujours en Turquie, plusieurs avocats et des responsables politiques ont vivement critiqué un décret-loi publié hier.

BD : Il accorde l'immunité judiciaire aux civils qui ont affronté les putschistes lors de la tentative de coup d'État en juillet 2016. L'opposition craint que cela ne favorise un sentiment d'impunité et que cela entraîne des violences contre les personnes accusées de lien avec le putsch raté.

AG : En Arabie saoudite, le cadavre d'un dignitaire chiite proche des autorités saoudiennes a été retrouvé lors d'une opération sécuritaire. Le cheikh Mohammed al-Jirani avait été enlevé fin 2016.

BD : Son corps aurait été retrouvé dans l'est du pays, dans une région où la contestation chiite est particulièrement forte depuis quelques années. La découverte du corps a eu lieu mardi dernier et les tests ADN ont confirmé l'identité de cheikh Mohammed al-Jirani. Et pour Riyad aucun mystère, c'est encore l'Iran qui est responsable Toufik Benaichouche.

Le ministère de l'Intérieur saoudien est formel : les auteurs du kidnapping et du meurtre sont « un groupe terroriste organisé en relation avec l'Iran et qui bénéficie du soutien de Téhéran ». Cheikh Mohammed al-Jirani, était un dignitaire chiite proche des autorités saoudiennes, alors que la communauté chiite vivant en Arabie saoudite s'estime lésée et injustement traitée. Très critique, il condamnait régulièrement les attaques contre les forces de sécurité et critiquait des religieux chiites saoudiens pour leurs liens présumés avec l'Iran et l'Irak. Le cheikh contesté avait été enlevé fin 2016. Son corps a été découvert à Awamiya, dans l'est du pays, une région qui a été ces dernières années un foyer de la contestation menée par des membres de la minorité chiite. Ce proche des autorités de Riyad avait été la cible de plusieurs tentatives d'attentat avant son enlèvement. En 2011, sa maison et sa voiture avaient été incendiées et des membres de sa famille avaient miraculeusement échappé aux flammes. L'année suivante, sa maison avait de nouveau été attaquée par des hommes armés, qui n'avaient toutefois pas réussi à l'atteindre.

BD : Merci Toufik Benaichouche du service international de RFI.

AG : Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou salue la décision du président guatémaltèque Jimmy Morales. Hier, ce dernier a annoncé que le Guatemala allait transférer son ambassade à Jérusalem, comme les États-Unis.

BD : Le pays est d'ailleurs l'un des seuls à avoir soutenu aux Nations Unies la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël. Cette décision a provoqué des manifestations presque quotidiennes au mois de décembre dans les territoires Palestiniens. Les Palestiniens ont eux qualifié la décision du Guatemala « d'acte honteux ».

AG : Sur la place Saint-Pierre de Rome, 50 000 personnes se sont réunies aujourd'hui pour écouter le Pape François.

BD : À l'occasion de son traditionnel « Urbi et Orbi », bénédiction de Noël « à la ville et au monde », le souverain pontife a évoqué les régions du monde où les gens souffrent à cause des conflits. Et il a demandé un règlement pacifique Toudor Tépénéag.

Le Pape François a évoqué un monde dans lequel soufflent des vents de guerre et où un modèle de développement déjà dépassé continue à engendrer de la dégradation humaine sociale et environnementale. Le chef de l'Église catholique a évoqué le conflit du Proche Orient, où les enfants souffrent à cause de l'aggravation des tensions entre Israéliens et Palestiniens. Il a appelé à une solution négociée qui puisse permettre la coexistence pacifique de deux États, à l'intérieur de frontières définies entre eux, et reconnues internationalement. Le pape a également évoqué la guerre en Syrie, où il a appelé à l'engagement de chacun pour reconstituer le tissu social, indépendamment de l'appartenance ethnique et religieuse. Évoquant la figure de l'Enfant Jésus, le souverain pontife a parlé du sort des enfants d'Irak, pays encore blessé et divisé, et de celui des enfants du Yémen où, a-t-il souligné, se déroule un conflit en grande partie oublié, qui fait que la population subit la faim et la propagation des maladies. Sans oublier l'Afrique, le pape François a également évoqué d'autres parties du monde, où les enfants souffrent, comme le Venezuela, l'Ukraine, ou encore la Birmanie et le Bangladesh, où il s'est rendu récemment.

BD : Merci Toudor Tépénéag.

AG : La reine Elizabeth II s'est elle aussi exprimée aujourd'hui dans son traditionnel message de Noël.

BD : Elle a rendu hommage aux victimes des attentats survenus au Royaume-Uni en 2017. Cette année, 35 personnes sont mortes dans le pays à cause des attentats terroristes. C'est la fin de votre Journal en français facile, à retrouver sur notre site à la page RFI Savoirs. Bonsoir à tous, à demain Alexis !

AG : À demain Benjamin !

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias

Logo RFI

Journal en français facile 25/12/2017 20h00 GMT

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.