#Français de l’actualité

Journal en français facile 25/11/2019 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Delvolve Raphaël : Et avec moi pour présenter ce journal en français facile, Sylvie Berruet. Bonsoir Sylvie.

Sylvie Berruet : Bonsoir Raphaël, bonsoir à tous.

DR : Dans ce journal nous allons parler de cette information qui nous ait parvenue en milieu d’après-midi. Un couple de Français a été tué en Haïti dimanche. Ils sont été tué par balles, dans la capitale Port-Au-Prince. Haïti est un pays concerné par d’importants mouvements de protestations ces dernières semaines. 

SB : Nous irons aussi en Géorgie où l’opposition au pouvoir organisait une grande manifestation dans la capitale Tbilissi. Une manifestation pour demander au pouvoir d’adopter une loi modifiant la règle des élections. Nous tenterons de savoir s’il y a eu du monde à la manifestation.

DR : Nous parlerons aussi de Hong Kong, puisqu’il y avait des élections là-bas dimanche. Des élections largement remportées par les candidats représentant le mouvement qui fait parler de lui depuis de nombreuses semaines. Le mouvement pro-démocratie.

SB : Et puis enfin en France, le Grenelle des violences conjugales a pris fin ce lundi. Le gouvernement propose une série de mesure pour mettre fin aux violences que les femmes subissent. Des mesures permettant de mieux les protéger. Vous entendrez le Premier ministre français tout à l’heure. 

-----

SB : En Haïti, deux Français ont donc été tués dimanche dans la capitale du pays, Port-au-Prince. 

DR : Il s’agit d’un couple. C’est l’ambassade de France en Haïti qui a transmis l’information ce lundi après-midi. Une information sans beaucoup de détails sur les circonstances de ces meurtres. Les circonstances c’est-à-dire les conditions dans lesquels cela s’est déroulé. On sait seulement qu’ils ont été tués par balles. Stéphanie Schuler nous en parle.

Les victimes sont une femme et son mari, tous deux âgés d’une quarantaine d’années, originaires de l’Ardèche, dans le sud de la France. Ils étaient arrivés hier à Port-au-Prince pour adopter un enfant haïtien. Adoption pour laquelle ils avaient obtenu un agrément. Ils auraient été tués par balle en fin d’après-midi devant leur hôtel. Pour l’instant, le ministère français des Affaires étrangères, où une réunion de crise a eu lieu cet après-midi, se refuse à tout commentaire sur les circonstances du drame ainsi que sur l’endroit exact où il s’est déroulé. Les autorités françaises soulignent qu’une enquête doit être menée par la justice haïtienne, mais n’excluent pas l’ouverture d’une procédure judiciaire en France. La police nationale haïtienne n’a pas encore réagi. Depuis le mois d’août, Haïti traverse une grave crise avec des manifestations à répétition, souvent émaillées de violences. Plusieurs régions du pays se trouvent aujourd’hui sous le contrôle de gangs armés. Le ministre français des Affaires étrangères recommande sur son site internet « de reporter tout voyage jusqu’à nouvel ordre », en Haïti, rappelant que « l’ensemble du territoire haïtien est déconseillé sauf raison impérative ».

SB : Un autre pays est concerné par une crise politique, c’est la Géorgie. Il y a une importante manifestation de l’opposition dans la capitale, Tbilissi, ce lundi.

DR : Un rassemblement qui a lieu devant le parlement. Le parlement c’est le lieu où se rassemblent les députés. La manifestation a pour but de demander à ce qu’une loi sur la règle pendant les élections soit votée. Voyons avec notre envoyé spécial Daniel Vallot dans la capitale géorgienne si l’opposition a réussi à faire venir suffisamment de monde.

C’est une foule compacte, mais moins nombreuse qu’espérée par l’opposition qui se masse, devant les murs du parlement. À l’origine de la contestation, une promesse non tenue, celle de la réforme du système électoral. Le revirement du parti au pouvoir a suscité la colère des partisans de l’opposition – parmi eux cette jeune habitante de Tbilissi, rencontrée au cœur de la manifestation. Je pense que les mots ont du poids et qu’il faut tenir les promesses que l’on a faites. Le gouvernement a trahi sa parole et je suis venu ici pour défendre mes droits de citoyenne. Moi j’étais vraiment quelqu’un d’apolitique, mais avec ce qui se passe en ce moment ça me met hors de moi. Vous savez je pourrais partir à l’étranger, mais je ne partirai pas, je veux rester ici pour changer les choses dans mon pays. Malgré cette mobilisation moins importante qu’espérée, l’opposition maintient son appel à bloquer les accès au parlement ; dans la soirée de petits groupes de militants commencent à s’installer devant l’accès principal, et les entrées latérales du bâtiment. L’opposition prête à risquer des tensions et des affrontements avec les forces de police : « nous n’avons pas d’autre solution » nous explique une responsable de l’opposition « car dit-elle le dialogue avec le gouvernement est désormais totalement rompu » Daniel Vallot Moscou RFI.

SB : À Hong Kong, ce sont les candidats pro-démocratie qui ont largement gagné les élections de dimanche. 

DR : Il s’agissait d’élections locales qui n’avaient pas de grandes conséquences sur la vie politique à Hong Kong. Toutefois, il y avait une portée symbolique, puisque depuis de nombreux mois il y a des manifestations presque tous les jours. Des manifestations contre le pouvoir actuel, jugé trop proche de la Chine. Les candidats favorables à ce mouvement de contestation auront au final obtenu près de 76 % des voix. S’il n’y a pas de valeurs politiques dans ce résultat, les militants pro-démocratie pensent toutefois que cela doit faire réagir les autorités. Écoutez Éric Lai. Il est un de ces militants pro-démocratie. 

[Transcription manquante]

DR : Éric Lai est membre du Front civil des droits de l’homme, la principale organisation pro-démocratie à Hong Kong. Et j’en profite pour faire un petit point de grammaire. En français, quand on place devant un mot, le préfixe « Pro », comme dans « Pro-démocratie », cela veut dire qu’on est favorable à quelque chose. En l’occurrence, à la démocratie.

SB : En ce 25 novembre, c’est la journée mondiale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes.

DR : Une manifestation à Madrid et dans de nombreuses villes d’Espagne a eu lieu ces dernières heures ou va avoir lieu dans les prochaines. Des rassemblements ressemblant à ceux observés en France, samedi dernier, ou plusieurs milliers de personnes ont manifesté contre les violences faites aux femmes. La France, où ce 25 novembre marquait la fin du Grenelle des violences conjugales. Un rendez-vous démarré en septembre dernier et auquel participaient des ministres et des associations. Ce lundi Édouard Philippe, le Premier ministre a livré les conclusions de ces travaux. Notamment une série de mesures visant à protéger les victimes et leurs enfants. Écoutons Edouard Philippe.

[Transcription manquante]

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias