#Français de l’actualité

Journal en français facile 22/07/2017 20h00 GMT

Image par défaut des émissions / éditions
RFI
Transcription

 

François Bernard : Radio France Internationale en direct de Paris où il est 22 heures. Bonsoir et bienvenue à l'écoute du Journal en français facile en compagnie de Zéphyrin Kouadio ce soir, bonsoir Zéphyrin.

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir à tous.

FB : Dans l'actualité de ce samedi 22 juillet : En Afghanistan, l'organisation Médecins sans Frontières,est de retour à Kunduz, dans le nord , où elle a ouvert une petite clinique.

ZK : Le Parlement philippin prolonge jusqu'à fin 2017 la loi martiale dans le sud du pays.

FB : La chambre haute polonaise approuve la réforme controversée de la Cour suprême.

ZK : Le mot de la semaine avec Yvan Amar, ce soir le mot «Jeux».

-----

FB : Médecins sans frontières est de retour à Kunduz dans le nord de l'Afghanistan.

ZK : MSF avait quitté la province en octobre 2015 après le bombardement meurtrier de son hôpital.

FB : MSF a décidé d'ouvrir une clinique dans le centre-ville. C'est un retour symbolique nous dit sur place Sonia Ghezali.

Les patients seront accueillis 7 jours sur 7, mais uniquement la journée dans la clinique gérée par MSF qui a ouvert ses portes à Kunduz. L'établissement restera fermé la nuit. Le personnel composé d'un médecin et de 5 infirmiers traitera essentiellement les petites blessures et brûlures. « Nous devons procéder pas à pas et cette clinique est la première étape », a précisé Silvia Dallatomasina, responsable des programmes de MSF en Afghanistan. L'organisation présente en Afghanistan depuis les années 80 prévoit l'ouverture d'un hôpital à Kunduz courant 2018....Des accords avec les différentes parties engagées dans le conflit sont en cours de finalisation explique MSF qui réclame toujours une enquête indépendante près de 2 ans après le bombardement par l'aviation américaine de son hôpital de traumatologie le 3 octobre 2015. 42 personnes ont été tuées cette nuit-là. Des patients et des membres du personnel. Après enquête, le Pentagone avait conclu à une série d'erreurs humaines, reconnaissant que des règles n'avaient pas été respectées, mais rejetant l'accusation de crime de guerre. MSF avait pourtant communiqué les coordonnées GPS de son établissement à la coalition internationale, ainsi qu'aux forces armées afghanes et aux talibans. Cette bavure de l'aviation américaine, la seule à mener des frappes aériennes au sein de la coalition sous la bannière de l'OTAN, a été suivi d'autres. Hier encre, 16 policiers afghans ont été tués dans des frappes de la coalition alors qu'ils venaient de vaincre des talibans dans un village situé dans le Helmand dans le sud du pays.

FB : En Syrie, un cessez-le-feu est entré en vigueur dans la Ghouta orientale, enclave rebelle proche de la capitale Damas.

ZK : La Ghouta orientale est l'un des derniers fiefs de la rébellion contre le régime de Bachar al Assad.

FB : Des affrontements ont opposé ce samedi manifestants palestiniens et forces de l'ordre israéliennes à Jérusalem-Est et en Cisjordanie.

ZK : Ces affrontements se déroulent au lendemain de violences meurtrières provoquées par les nouvelles mesures de sécurité à l'entrée de l'esplanade des Mosquées.

FB : Le Conseil de sécurité des Nations unies se réunira lundi pour évoquer les violences à Jérusalem. Aux Philippines, le Congrès a voté la prolongation de la loi martiale dans tout le sud, sur l'île de Mindanao, jusqu'à la fin de l'année.

ZK : Le président Rodrigo Duterte avait ordonné cette mesure d'urgence dotant l'armée de pouvoirs renforcés il y a deux mois, suite à l'attaque de la ville de Marawi par des alliés de l'organisation EI.

FB : Alors que le conflit s'éternise à Marawi, les opposants à Rodrigo Duterte dénoncent une loi martiale potentiellement dangereuse disent-ils. Marianne Dardard à Manille.

Dans un congrès largement dominé par les alliés de Rodrigo Duterte, ce vote en faveur de la loi martiale était attendu. À l'inverse pour les opposants au président, la prolongation de la mesure jusqu'à la fin de l'année est disproportionnée. Surtout, la loi martiale ravive le souvenir des abus commis sous la dictature de Ferdinand Marcos. Le président Ferdinand Marcos, qui en 1972 avait utilisé la loi martiale pour faire jeter en prison tous ses opposants. Pour sa part, à plusieurs reprises Rodrigo Duterte avait menacé d'étendre à tout le pays la loi martiale qu'il promettait aussi rude que sous la dictature. Institution indépendante, la commission nationale des droits de l'Homme vient de lancer une enquête sur de possibles abus, sans en préciser l'étendue, de la part de l'armée depuis que Rodrigo Duterte a ordonné la loi martiale dans tout le sud du pays. Cette même commission a déjà ouvert une autre enquête sur les tueries extrajudiciaires de la guerre antidrogue.

FB : Vous écoutez RFI, il est 22h05 à Paris. Le Sénat du parlement polonais a approuvé la nuit dernière une réforme du système judiciaire du pays.

ZK : Tout au long des débats qui ont duré 15 heures, des milliers de manifestants ont protesté dans toute la Pologne contre cette loi qui renforce le contrôle politique sur la Cour Suprême.

FB : Le texte a été adopté en dépit de ces manifestations de rue massives, et des mises en garde de l'Union européenne. L'UE qui se demande comment faire pour infléchir la position des autorités polonaises nous dit Pierre Bénazet à Bruxelles.

Pour la Commission européenne, l’affaire est entendue, les réformes de l’appareil judiciaire polonais représentent un risque grave pour l’indépendance de la justice et une menace pour la démocratie et l’État de droit en Pologne. Et ce verdict, soulignons-le, date de mercredi, c’est-à-dire avant même l’adoption de la réforme de la Cour suprême par la diète. Et pour le président du Conseil européen Donald Tusk, lui-même Polonais, c’est un scénario noir qui pourrait déboucher sur « la marginalisation de la Pologne en Europe ». Pour lui le parti au pouvoir pousse la Pologne « en arrière et vers l'Est ». Le constat n’est pas nouveau, car la Commission a placé la Pologne sous surveillance depuis 18 mois déjà et elle a même émis ensuite des recommandations qui sont restées lettre morte. Ce sont là les deux premières étapes de la procédure qui peut en théorie aboutir à l’option dite nucléaire, c’est-à-dire l’article 7 des traités européens qui priverait la Pologne de son droit de vote dans les instances européennes. Cette option est d’autant plus improbable qu’elle nécessite l’unanimité et que le Premier ministre hongrois Viktor Orban a renouvelé ce qu’il qualifie d’alliance hungaro-polonaise contre, je cite l’inquisition européenne. C’est donc la quadrature du cercle pour la Commission qui pourrait privilégier l’idée de priver la Pologne de certaines subventions.

FB : Sport, cyclisme. Le Britannique Chris Froome a conforté son maillot jaune du Tour de France, samedi, dans la 21e et avant-dernière étape à la veille de l'arrivée à Paris.

ZK : Le Colombien Rigoberto Uran a repris la deuxième place au Français Romain Bardet dans cette étape gagnée par le Polonais Bodnar.

FB : 22h08 à Paris, l'heure de retrouver le mot de la semaine. Yvan Amar a choisi le mot « Jeux ».

On entre dans une nouvelle saison de jeux avec les jeux de la Francophonie qui se déroulent en Côte d’Ivoire. Il s’agit d’une série d’épreuves sportives, mais aussi artistiques et culturelles avec des disciplines très différentes et donc des athlètes, des sportifs, des conteurs, des chanteurs, des écrivains, des acteurs. Pourquoi parler de jeux ? En français, dans cet emploi, le mot est vieux : dès le 12e, on l’emploie pour des compétitions. Pour bien montrer probablement que c’est « pour rire », en tout cas que ce sont des activités gratuites. On lutte avec son adversaire en effet, mais pas parce qu’on doit conserver sa vie : on n’est pas menacé pour de vrai. On lutte, on combat, en même temps qu’on fait semblant de se combattre. Pourtant la lutte est réelle, et le désir de l’emporter est certain. Mais pourtant cet affrontement est organisé : on a décidé qu’on se battrait. C’est donc décalé du réel, c’est un jeu; on est dans le faire semblant. Et cette signification est très importante dans le mot, ce qui explique probablement qu’on le trouve pour le théâtre par exemple : on est dans le jeu parce qu’on fait semblant. On parle donc de jouer un texte, on dit d’un comédien qu’il joue bien ou mal. Et c’est également ainsi qu’on peut comprendre tutes les activités qu’on nomme des jeux : jeux de cartes, d’échecs, de Monopoly, jeux de société. Alors il y a bien un gagnant et un perdant, mais on peut se saluer, se serrer la main avant et après, puis fermer la parenthèse.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias