#Français de l’actualité

Journal en français facile 20/03/2018 20h00 GMT

Image par défaut des émissions / éditions
RFI
Transcription

Gilles Moreau : 21 h à Paris, 20 h en temps universel. Bonsoir à toutes et tous. Bienvenue dans votre Journal en français facile présenté ce soir avec Sylvie Berruet, bonsoir !

Sylvie Berruet : Bonsoir Gilles, bonsoir à tous !

GM : Dans l'actualité : Mohamed Ben Salman, le prince héritier saoudien, reçu à la Maison-Blanche par Donald Trump. Les deux hommes ont notamment évoqué l'Iran et la guerre au Yémen.

SB : en France, la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007 a-t-elle profité de financements libyens ? Placé ce matin en garde à vue, l'ancien président s'explique dans ce dossier sur lequel la justice enquête depuis cinq ans. Dans ce journal également : de bien mauvaises nouvelles pour la faune et la biodiversité. Il n'y a presque plus de rhinocéros blancs en Afrique centrale. Et le déclin des oiseaux s'accélère à une vitesse vertigineuse.

-----

GM : Mais avant de revenir sur ces titres, parlons francophonie.

SB : À l’ occasion de la journée mondiale de la francophonie, Emmanuel Macron a présenté son programme pour soutenir l'usage de la langue française dans le monde.

GM : Notamment en Afrique. Le président français a pris la parole à l'Académie française, quelques mois après le discours de Ouagadougou où il avait déclaré que le « français deviendrait la première langue d'Afrique ». Un extrait de son discours, consacré aussi à l'accueil des étudiants étrangers :

« Dans le domaine de l’enseignement supérieur, je souhaite aussi que nos établissements osent s’implanter en dehors de nos frontières et se regroupent dans des campus comme au Maroc, au Sénégal, demain en Tunisie avec la future université franco-tunisienne de l’Afrique et de la Méditerranée. Il s’agit de doubler dans ces formations le nombre d’élèves en 2022. Il nous faut aussi bien accueillir les étudiants étrangers qui viennent apprendre en France. La France devra accroître le nombre d’étudiants étrangers sur son territoire. Et le nombre de ceux qui viennent des pays émergents doublera. Parce que la langue française est ce bien qui nous lie. Étudiants indiens, russes, chinois seront plus nombreux et devront l’être. Nous devons d’ores et déjà tout faire pour rénover les conditions de leur accueil. J’ai donc demandé à la ministre de l’Enseignement supérieur de concevoir un plan d’ensemble avec le concours de Campus France. C’est ce plan qui sera présenté début 2019. »

GM : Emmanuel Macron sous la coupole de l'Académie française. Il a présenté sa stratégie pour la francophonie en cette journée spéciale Francophonie que vous a fait vivre RFI.

SB : Deux jours après sa réélection, le président russe Vladimir Poutine a reçu les félicitations de Donald Trump.

GM : Donald Trump qui a évoqué une prochaine rencontre avec l'homme fort de la Russie. À propos des sujets de discussions possibles, le président américain a mentionné la course aux armements, l'Ukraine, la Syrie ou encore la Corée du Nord. Dans un climat de tensions entre les deux camps, la victoire écrasante de Poutine dimanche l'a renforcé face à l'occident.

SB : Mohamed Ben Salman, le prince héritier saoudien, a été reçu à la Maison-Blanche.

GM : Donald Trump a vanté sa très bonne relation avec le prince en visite officielle aux États-Unis. Les deux hommes ont notamment évoqué l'Iran et la guerre au Yémen.Tous deux cherchent à endiguer l'influence de l'Iran au Moyen-Orient. Il a aussi été question d'économie, à la suite des engagements pris par les deux pays l'année dernière. Aabla Jounaïdi :

En mai dernier, pas moins de 360 milliards de dollars de contrats commerciaux et militaires étaient annoncés entre les deux pays. L'un des aspects de cette visite d'une semaine de Mohamed ben Salman c'est la concrétisation de ces annonces. Il s'agit pour le Prince héritier d'aller à la rencontre des entreprises américaines et de trouver des partenaires privés pour son plan de réformes « Vision 2030 ». Un programme destiné à sortir le pays de sa dépendance au pétrole et qui peine à décoller. MBS doit rassurer les patrons américains après la vaste purge anti-corruption menée dans le royaume et qui a troublé les milieux d'affaires. Après Washington, le prince ira à Boston et à Seattle au siège d'Amazon puis dans la Silicon Valley à la rencontre des sociétés de divertissement et bien-sûr des entreprises du secteur de la défense, un pivot des relations bilatérales. Le 26 mars, ce sera au tour des milieux financiers à New York de recevoir Mohamed Ben Salmane. Avec en ligne de mire l’entrée en bourse de la compagnie pétrolière saoudienne ARAMCO, un « évènement » attendu au plus tôt cette année. Elle doit permettre de lever les fonds nécessaires pour diversifier l'économie du royaume.

GM : En Syrie, au moins 35 morts dans un tir de roquette rebelle, selon l'agence officielle Sana. Le tir aurait visé un marché de la banlieue de Damas. C'est l'attaque la plus meurtrière qu'ait connue la capitale syrienne depuis plusieurs mois. D’autres violences, dans la Ghouta orientale. Cette fois selon l'OSDH, au moins 29 civils ont été tués dans les bombardements sur Douma, la principale ville des secteurs rebelles.

SB : L’armée camerounaise annonce la mort d'un ingénieur tunisien dans la partie anglophone du pays.

GM : Région en proie à des violences depuis plusieurs mois. L'ingénieur tunisien avait été enlevé le 15 mars par un groupe armé avec 3 autres hommes qui eux, ont pu être libérés par l'armée camerounaise. C'est la première fois qu'un étranger est tué en zone anglophone dans ce pays.

SB : En France, la garde à vue de Nicolas Sarkozy continue dans l'enquête sur un éventuel financement par la Libye de sa campagne électorale de 2007.

GM : L’ancien président est entendu depuis ce matin dans les locaux de la police judiciaire de Nanterre, près de Paris à la suite d'une information judiciaire qui a été ouverte en 2013 pour notamment corruption, trafic d'influence, faux et usage de faux. Franck Alexandre :

[Transcription manquante]

GM : Après avoir atteint l'an dernier le cap symbolique des 2 %, la croissance française devrait un peu marquer le pas cette année, selon l'INSEE. L'Institut national de la statistique a révisé à la baisse sa prévision au premier trimestre à 0,4 %. Et pour l'ensemble de l'année, la hausse du PIB serait de 1,6 %. Le taux de chômage lui, devrait se stabiliser, à 8,9 % à la fin du 1er semestre.

SB : Il était le dernier rhinocéros blanc mâle d’Afrique centrale. Il vient de mourir à l'âge de 45 ans. GM : Très vieux et très malade, Sudan ( c'était son nom) est mort dans la réserve du Kenya où il vivait, ne laissant plus en vie que deux femelles dans cette partie de l’Afrique. Laurence Théault :

Sur la photo, Sudan a l'air bien fatigué, il est avachi sur le sol, petits yeux éteints, les cornes sur le nez sont usées, et les gros plis de sa peau rugueuse expriment une sorte de lassitude... quadragénaire, le rhinocéros blanc du nord était malade et avec cette image publiée sur internet Sudan avait conquis le cœur de nombreuses personnes par sa force et sa dignité. La mort de Sudan est synonyme d’extinction de la sous-espèce, car il ne reste plus que deux femelles, ce qui anéantit les espoirs de reproduction de cet herbivore. À moins que les scientifiques qui ont prélevé le matériel génétique de Sudan parviennent à développer des techniques de fécondation in vitro afin de concevoir des « bébés rhinocéros éprouvettes » qui seraient implantés dans une mère porteuse d’une autre sous-espèce. Le rhinocéros blanc du Nord doit en premier lieu son extinction au braconnage, en raison notamment des prétendues vertus médicinales attribuées à sa corne en Asie, en particulier en Chine et au Vietnam. La dernière population sauvage de la sous-espèce comprenait entre 20 et 30 individus en République démocratique du Congo, mais elle a disparu dans les combats à la fin des années 1990 et au début des années 2000. En 2008, le rhinocéros blanc du Nord était déjà considéré comme éteint à l’état sauvage.

SB : Les rhinocéros blancs disparaissent, alors que le déclin des oiseaux s'accélère dans nos campagnes.

GM : Deux études distinctes réalisées par le CNRS et par le Museum d'histoire naturelle de Paris le confirment et font un lien avec l'évolution des pratiques agricoles, comme l'utilisation des pesticides qui éliminent les insectes. Selon l'une de ces études, les populations d'oiseaux vivant en milieu agricole, comme l'alouette des champs, ou la fauvette grisette ont diminué d'un tiers au cours des 15 dernières années. C’est la fin de votre Journal en français facile, à retrouver sur notre site à la page RFI Savoirs. Bonsoir à tous, bonsoir Sylvie !

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias

Logo RFI

Journal en français facile 20/03/2018 20h00 GMT

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.