#Français de l’actualité

Journal en français facile 19/07/2021 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Radio France international, il est 20h en temps universel, 22h à Paris.

Adrien Delgrange : Avec Zéphyrin Kouadio, l'heure de vous présenter le Journal en français facile, bonsoir à tous.

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir Adrien, bonsoir à toutes et à tous.

AD : À la Une de cette édition internationale de ce 19 juillet 2021, l’onde de choc Pegasus. Du nom de ce logiciel espion infiltré dans les téléphones portables. Parmi les gouvernements pointés du doigt pour son utilisation, celui du hongrois Victor Orban. Nous serons à Budapest.

ZK : Un signe d'espoir en Haïti avec la formation d'un nouveau gouvernement prévu demain.

AD : Au Maroc, le journaliste Omar Radi condamné à six ans de prison.

ZK : Au moins 18 morts dans l'explosion d'une bombe sur un marché de Bagdad.

AD : Et puis enfin en France, les modalités de la loi sur le pass sanitaire et l'obligation pour les personnels de santé de se faire vacciner ont été examinées en urgence en ce moment en conseil des ministres.

Voilà pour les titres, soyez les bienvenus.

-----

ZK : Douze pays ont été identifiés pour avoir utilisé le logiciel espion Pegasus.

Du mon de ce programme informatique qui s'infiltre dans les téléphones portables. Et le seul pays membre de l’Union européenne cité dans l'enquête est la Hongrie. Selon un média hongrois, Direkt 36, c’est en février 2018, qu'un ancien officier des services secrets hongrois s’est rendu en Israël pour acheter au nom de la Hongrie, Pegasus. Le gouvernement de Victor Orban dit que ce n'est pas vrai. À Budapest pour RFI, Florence La Bruyère.

Ni Viktor Orban ni ses ministres n’ont fait de déclaration. Le gouvernement a réagi par un simple communiqué. Les autorités ne sont pas au courant d’une collecte de données, elles ont toujours agi et continuent d’agir dans le respect de la loi en vigueur. Le gouvernement ne nie pas avoir acheté le logiciel espion. Il affirme que les activités de surveillance font partie du fonctionnement normal d’un État moderne. Les partis d’opposition ne sont pas de cet avis. Ils demandent une session extraordinaire du Parlement et l’ouverture d’une enquête. Parmi les cinq journalistes figurant sur la liste des personnes à surveiller, deux ont eu leur téléphone infecté par le logiciel. Notamment Szabolcs Panyi, qui travaille pour un journal d’investigation, Direkt 36. Ce reporter a beaucoup enquêté sur la corruption et l’abus de biens publics dans l’entourage de Viktor Orban. C’est sans doute pour cette raison que son téléphone a été mis sur écoute. Il s’est déclaré choqué d’avoir été traité comme une menace, un espion russe ou comme un terroriste.

ZK : Au Maroc, les avocats d'Omar Radi dénonçaient déjà l'utilisation du logiciel Pegasus.

AD : Leur client a été condamné aujourd’hui à six ans de prison. Omar Radi est journaliste marocain et défenseur des droits humains. Jugé par un tribunal de Casablanca dans une affaire d'« espionnage » et de « viol ». 

ZK : Les Haïtiens auront un nouveau gouvernement demain.

AD : Tout s'est accéléré ce week-end après de nombreuses tractations. Le Premier ministre intérimaire, Claude Joseph, a annoncé qu’il quittait ses fonctions, laissant le champ libre à Ariel Henry. Médecin, chirurgien de 71 ans, Ariel Henry, en est à sa troisième expérience ministérielle et c'est lui qui dirigera le prochain gouvernement haïtien. Il annoncera dans la journée les membres de son gouvernement.

ZK : En Europe, suite aux inondations de ces derniers jours en Allemagne dont le bilan s'est encore alourdi à au moins 165 morts. Le gouvernement allemand promet « plusieurs milliards » d'euros pour reconstruire les infrastructures : les routes, les ponts, la barrages. Car de nombreux ouvrages d'art ont été endommagés. C’est le cas notamment d’un barrage au sud de Cologne. C'est une un reportage d’Anastasia Becchio.

Pompiers, experts en construction de barrages, ingénieurs, topographes ont installé un campement autour du lac de Steinbach. De gros tuyaux pompent l’eau. Daniel Schwarz est le porte-parole des secouristes de l’arrondissement d’Euskirchen. « Le but de ces opérations est de réduire la pression sur le barrage. La pluie est tombée en quantités vraiment exceptionnelles et une quantité trop importante d’eau est arrivée ici. Depuis mercredi soir, il y avait un risque d’effondrement, un risque réel de rupture du barrage. » Après plusieurs jours de pompage, le risque de rupture est écarté. Les 4 500 habitants qui avaient été évacués des villages alentours vont pouvoir retrouver leurs maisons. Mais l’ouvrage ne pourra plus servir avant longtemps et va devoir être surveillé de près. « L’eau, avec toute sa violence et sa force, a emporté avec elle a la terre qui servait de contrefort et qui soutenait le barrage de ce côté. On pense qu’il va falloir vider totalement le barrage pour pouvoir constater les dégâts et atteindre les fissures. » Le lac devrait être entièrement vidé d’ici la fin de la semaine.

ZK : Ils avaient aidé Carlos Ghosn, l'ancien patron de Renault-Nissan, à s'échapper du Japon vers le Liban. Michael Taylor et son fils Peter ont été condamnés.

AD : Un tribunal a Tokyo à condamné les deux Américains à deux ans de prison, pour le père, et un an et huit mois, pour le fils. Peut-être ont-ils bénéficié de circonstances atténuantes. Les deux Taylor ont reconnu les faits et se sont excusés devant le juge. Frédéric Charles nous appelle de Tokyo.

Les avocats de Michael Taylor, 60 ans, un ancien Béret vert, et de son fils Peter, 28 ans, avaient plaidé des peines avec sursit. Ils estimaient que Carlos Ghosn avait orchestré son évasion vers le Liban. L'ancien patron de Renault-Nissan était sorti du pays dissimulé dans une malle de matériel audio. Cette spectaculaire opération avait ridiculisé les autorités japonaises. Carlos Ghosn avait rejoint le Liban via Istanbul à bord de jets privés. Une responsable d'une société turque de location de jets et deux pilotes ont déjà été condamnés à quatre ans de prison chacun pour le rôle qu'ils ont joué dans l'évasion de Carlos Ghosn. Les deux Américains risquaient jusqu'a trois ans de prison au Japon. Dans son jugement, le tribunal de Tokyo a sans doute pris en compte les dix mois d'incarcération des Taylor aux États-Unis avant leur extradition vers le Japon. Un autre complice présumé des deux Américains, un homme d'origine libanaise George-Antoine ZaYek est toujours recherche. Et se trouverait au Liban. Frédéric Charles, Tokyo, RFI.

ZK : C'est une marque de soutien à l'opposante biélorusse.

AD : Le secrétaire d'État américain Antony Blinken rencontrera lundi à Washington Svetlana Tikhanovskaïa, la cheffe de file de l'opposition biélorusse, revendique la victoire de l'élection présidentielle de l'an dernier dans son pays, mais c'est Alexandre Loukachenko qui garde les rênes de la Biélorussie.

ZK : En France, le Conseil des ministres a adopté ce soir le projet de loi déposé en urgence qui prévoit l’extension du pass sanitaire, l’obligation vaccinal pour les soignants.

AD : Ce sont « les mesures les plus efficaces et les moins restrictives possibles », a justifié le porte-parole du gouvernement. Gabriel Attal s’alarme de la progression très rapide du variant Delta.

« Nous sommes entrés dans une quatrième vague du virus, si nous partons d’un faible nombre de contamination, la dynamique de l’épidémie est extrêmement forte, nous constatons une vague plus rapide, une pente plus raide que toutes les précédentes, nous devons tout mettre en œuvre dès maintenant pour que cette vague ne soit pas aussi plus dévastatrice. Le nombre de nouveaux cas détectés a doublé en une semaine et depuis plusieurs jours, nous avons franchi le nombre de 10 000 cas positifs chaque jour. La vaccination limite sensiblement le nombre de forme grave, mais la couverture vaccinale reste insuffisante dans notre pays, à l’heure actuelle, on peut constater que les hospitalisations sont reparties à la hausse plus 43% d’admission à l’hôpital et plus 27 % d’admission en réanimation en une semaine. »

AD : Propos recueillis par Anthony Lattier.

C’est la fin du Journal en français facile.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias