#Français de l’actualité

Journal en français facile 16/07 20h00 GMT

Image par défaut des émissions / éditions
RFI
Transcription

François Bernard :
Merci d'écouter Radio France Internationale en direct de Paris où il est maintenant 22 heures. Bonsoir à tous. Je suis en compagnie de Catherine Zemmouri pour vous présenter le journal en français facile. Bonsoir Catherine.

Catherine Zemmouri :
Bonsoir.

FB :
Deux titres dans l'actualité de ce samedi 16 juillet : le groupe Etat islamique  revendique la tuerie de Nice, alors que la France entame un deuil national de trois jours.

CZ :
Le Premier ministre turc annonce l'échec de la tentative de putsch et réclame l'extradition de l'opposant Fethullah Gülen, en exil aux États-Unis.

FB :
L'organisation Etat islamique a revendiqué l'attaque au camion qui a tué 84 personnes sur la Promenade des Anglais à Nice.

CZ :
Deux jours après l'attentat l'enquête se poursuit. Cinq personnes sont actuellement en garde à vue. Le profil du tueur commence à se dessiner.

FB :
Cet homme, inconnu des services des renseignements a basculé dans une folie meurtrière.

CZ :
Pour Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur qui a dévoilé les premiers éléments de l'enquête il s'agit « d'un attentat d'un nouveau type ».

FB :
Les explications de Victoire Faure.

Le tueur de Nice, ne semblait montrer aucun signe de radicalisation. Inconnu des services de renseignements, il ne figurait pas sur, le fameux « fichier S » (pour sûreté de l’État). Pour Bernard Cazeneuve : « nous sommes désormais confrontés » à des individus qui passent à l'acte. « Sans  avoir été entraînés et sans disposer d'armes destinées aux attentats de masse ». Dans le camion de 19 tonnes, c'est vrai. Les enquêteurs ont retrouvés trois armes factices. Et l'assaillant avait en sa possession un pistolet d'un calibre bien moins important que l'arsenal de guerre utilisé par les assaillants du 13 novembre. S'agit-il d'un acte terroriste, d'un nouveau genre ? L'Etat islamique qui a revendiqué l'attentat ce samedi, se targuait d'un nouveau « mode » opératoire utilisé par celui qu'il nomme « un soldat de l'EI ». Le massacre du 14 juillet est-il l'œuvre d'un loup solitaire ou un projet minutieusement préparé ? C'est tout l'enjeu de l'enquête qui doit déterminer quel lien, le tueur, entretenait avec l'organisation terroriste, et surtout  quand et comment a-t-il prêté allégeance. Lors l'assassinat de Magnanville ou lors de la tuerie d'Orlando, les terroristes s'étaient revendiqués de l'EI juste avant de passer à l'acte.

FB :
D'autre part, Bernard Cazeneuve lance un « appel » pour que les Français qui le souhaitent « rejoignent » La réserve Opérationnelle.

CZ :
Au total ce sont donc 12 000 personnes qui peuvent venir « en renfort » cet été.

FB :
Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian a par ailleurs confirmé que le dispositif Sentinelle serait maintenu avec la mobilisation de 10 000 soldats aux côtés des policiers et des gendarmes. Un Conseil restreint de sécurité et de défense présidé par François Hollande s'est tenu ce samedi matin.

CZ :
Le président français François Hollande a renoncé à une partie d'une tournée européenne qui devait le mener mercredi en Autriche, Slovaquie et République tchèque.

FB :
Quant à la ville de Nice, les travaux de nettoyage ont été menés rapidement et la vie semble avoir repris son cours normalement.

CZ :
Mais de nombreuses personnes cherchent encore des proches, dans les hôpitaux, sur les réseaux sociaux ou en parcourant la ville.

FB :
Et l'attentat reste dans les toutes les têtes et les touristes se demandent s’ils doivent ou pas poursuivre leur séjour. Celui qu'a rencontré Sébastien Nemeth a décidé de ne pas renoncer. Écoutez.

« Ma femme et moi nous avons pensé à l'attaque toute la journée d'hier. Nous avons pesé le pour et le contre. Même si l'attentat a eu lieu, on sait que la sécurité a par conséquent été renforcée. Donc nous avons choisi de venir quand même et de ne pas laisser le terrorisme nous battre. Nous avons pensé annuler, le vol, l'hôtel. Mais nous sommes là. Je pense que les premiers jours seront difficiles. Les habitants seront probablement affectés, distants. Ce ne serait pas surprenant et il faut le respecter. On ne changera pas nos plans. Nous veillerons à nous comporter avec dignité et respect et probablement nous serons sur nos gardes aussi. Nous irons au Casino, même s'il est tout près de l'attaque. Ma femme aimerait aller se recueillir, participer à une cérémonie d'hommage. Mais c'est sûr que nous ferons attention, surtout dans les lieux publics et nous éviterons les rassemblements. »

FB :
Un touriste britannique rencontré à l'aéroport de Nice par Sébastien Nemeth. Le Premier ministre turc a annoncé à la mi-journée l'échec de la tentative de putsch de militaires rebelles, qui a fait au moins 265 morts.

CZ :
Le président Erdogan a toutefois exhorté ses sympathisants à rester dans les rues pour faire face à toute « nouvelle menace ».

FB :
Autre affaire délicate, un opposant au président Erdogan, Fethullah Gülen est en exil dans une petite ville des États-Unis et le dirigeant turc l'a clairement accusé d'être à l'origine du coup d’État.

CZ :
Il demande aux États-Unis d'extrader le prédicateur exil.

FB :
On ignore la réponse des Etats Unis à cette requête mais une chose est sûre, les réactions de soutien au gouvernement turc en place sont unanimes nous dit  Juliette Gheerbrant.

Oubliées les critiques qui visent le Président Erdogan pour ses dérives autoritaires, ou pour son attitude envers l’organisation Etat islamique en Syrie. Les nombreux pays qui ont exprimé leur soutien au gouvernement turc ont tous insisté sur sa légitimité démocratique. L'ordre démocratique doit être respecté a déclaré l'Allemagne. La France a salué la maturité et le courage de la population turque qui s'est s’engagée pour le respect de ses institutions. Et Bruxelles a souligné que l'UE soutenait le gouvernement élu d’un partenaire-clé. La stabilité la démocratie et la sécurité sont des priorités pour le peuple turc a dit le chef de la diplomatie iranienne. Et bien au-delà des frontières : l’OTAN s'était exprimé dès les premières heures. Puis Moscou Ryad, Pékin, Tokyo. Les réactions face au risque de déstabilisation du pays se sont multipliées. Les États-Unis, dont Ankara est un partenaire militaire essentiel, avaient très vite appelé les turcs à soutenir Reccep Tayyip Erdogan. John Kerry a ensuite annoncé que Washington aiderait la Turquie dans l'enquête sur la tentative de coup d’État, tout en appelant Ankara a apporter des preuves « valides et solides » concernant les accusations qui visent le prédicateur Fethullah Gülen, en exil sur le sol américain.

FB :
Les autorités américaines ont interdit tous les vols en provenance de Turquie et plusieurs compagnies aériennes européennes ont annoncé avoir annulé des liaisons prévues avec ce pays. 22h07, il est temps de retrouver le mot de la semaine d'Yvan Amar. Ce soir on parle de pont.

Le festival d’Avignon en ce moment bat son plein et d’ailleurs RFI en profite largement puisque nous y sommes tous les jours. Ce qui nous permet de parler de ce qui a caractérisé Avignon, cette belle ville du sud de la France, c’est-à-dire son pont. Le pont d’Avignon rendu célèbre par une chanson que tout le monde connait : « sur le pont d’Avignon… ». Alors qu’est-ce que c’est qu’un pont ? Tout le monde le sait. C’est un édifice qui relie les deux rives d’une rivière. Certains sont plus ou moins vieux, on parle parfois du pont Neuf à Paris. Bizarrement, le pont Neuf est le plus vieux pont de Paris et on dit qu’il est très solide, de là l’expression « solide comme le pont Neuf », pour parler de quelqu’un qui a une santé de fer. C’est une expression toute faite un peu vieillie mais qu’on entend encore de temps en temps. Il y a d’autres sens figurés que prend ce mot de « pont », par exemple, on fait le pont, et ça c’est un rapport avec l’agenda. Par exemple, tout récemment, on voit que le 14 juillet qui était un jour férié, est tombé un jeudi. Donc, on n’a pas travaillé le jeudi 14 juillet, en tout cas en France. Et puis le samedi, bien souvent on ne travaille pas non plus. Qu’est-ce qu’on va faire le vendredi ? En principe, on devrait aller travailler, mais si on décide de faire une jonction entre le jeudi férié et le samedi où on ne travaille pas, eh bien on prend le vendredi où on ne travaillera pas non plus et on dit à ce moment-là qu’on « fait le pont » le vendredi. C’est le pont du 14 juillet. C’est assez rare mais très souvent par exemple, on parle du « pont » de la Pentecôte. Traditionnellement, la Pentecôte c’est un jeudi et là encore si l’on fait le pont, ça veut que l’on considère que le vendredi il est férié et qu’on ne travaillera pas. Alors, on parle très souvent de jeter un pont. C’est une image assez légère qui évoque bien sûr, un passage, une voie d’accès. Et ce mot de « pont », on le retrouve dans d’autres expressions figurées. Par exemple, on parle d’une langue « pont », c’est-à-dire une langue véhiculaire, qui permet à des gens dont la langue maternelle est différente, de pouvoir communiquer grâce à une troisième langue qu’ils ont en commun, la langue-pont.

FB : Sport. Cyclisme/Tour de France : 14e étape du Tour de France,  Mark Cavendish remporte au sprint cette 14e étape. Chris Froome conserve le maillot jaune. C’est la fin de ce journal. Bonsoir Catherine.

CZ :
Bonsoir.

FB :
À demain.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias