#Français de l’actualité

Journal en français facile 13/10/2019 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Loïc Bussières : 22h à Paris, 20h en temps universel. Bonsoir et bienvenue si vous nous rejoignez pour votre Journal en français facile que je vous présente en compagnie de Zéphyrin Kouadio. Bonsoir Zéphyrin.

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir.

LB : À la une : les combats dans le nord de la Syrie où l’offensive militaire turque se poursuit pour le 5e jour consécutif. On fait le point en tout début de journal. 

ZK : Présidentielle en Tunisie. La télévision publique annonce la victoire de Kais Saied par plus de 76 % des voix.

LB : Et puis nous irons à Budapest dans ce journal. On vote également en Hongrie pour des élections municipales. Élections qui pourraient bien rimer avec défaite pour le parti de Viktor Orban.

--------

ZK : On ouvre ce journal sur la situation en Syrie où au moins 26 civils ont été tués ce dimanche dans le nord du pays par des bombardements et des tirs des forces turques ou leurs alliés.

LB : Une offensive d’Ankara débutée il y a maintenant 5 jours, largement condamnée par la communauté internationale et qui, en plus de ses victimes directes a entraîné la fuite d’au moins 130 000 personnes en moins d’une semaine. Aujourd’hui, Ankara aurait conquis une importante ville frontalière, Tal Abyad. Les précisions de Yelena Tomic. 

Dans la phase initiale de l’assaut lancé mercredi, après la prise de Tal Abyad, les forces turques et leurs alliés s’apprêtent à conquérir une autre cible majeure : la ville de Ras Al Aïn. Le ministère turc de la Défense a également annoncé un autre succès majeur : la prise de contrôle d’un important axe routier, l’autoroute M4 qui relie des territoires contrôlés par les Kurdes. La perte de cet axe prive en effet les milices kurdes d’une voie cruciale de ravitaillement et de redéploiement de leurs forces. Depuis le début de l’offensive turque, il y a cinq jours, plus de 130 000 personnes ont fui leurs foyers, en majorité dans les zones rurales autour des localités de Tal Abyad et Ras al Ain. Et selon les estimations de l’ONU, le nombre de déplacés pourrait atteindre 400 000 personnes. Ce dimanche a également été marqué par la fuite d’un camp de déplacés dans le nord de la Syrie, de près de 800 proches de djihadistes étrangers de l’organisation État islamique. Malgré les condamnations et les nouveaux appels à cesser immédiatement l’offensive, le président turc a répondu que rien ne le ferait reculer, pas même l’embargo sur les ventes d’armes annoncé samedi par Paris et Berlin.

LB : Ce soir, Emmanuel Macron et Angela Merkel appellent d’une même voix la Turquie à cesser une opération qui « risque de créer une situation humanitaire insoutenable et d’aider Daech à réémerger ». Les deux appellent à la fin du conflit. Par ailleurs, les autorités kurdes ont annoncé la fuite de près de 800 proches de jihadistes étrangers du groupe État islamique. Les faits se sont déroulés dans un camp de déplacés du nord-est de la Syrie, à proximité de combats opposant les forces kurdes et pro turques.

ZK : À la une également, la présidentielle en Tunisie et la victoire -annoncée- de Kais Saied.

LB : Le juriste est donné vainqueur au second tour avec plus de 30 points d’avance sur l’homme d’affaires Nabil Karoui, selon un premier sondage de sortie des urnes. La chaîne publique Wataniya le crédite de près de 77 % des voix. Les résultats officiels ne seront pas connus avant mardi.

ZK : Des élections également en Pologne pour renouveler le Parlement.

LB : Élections législatives, pour lesquelles le parti Droit et Justice, au pouvoir depuis 4 ans, est en tête. Les premières estimations accordent aux conservateurs 239 sièges sur les 460 que compte la chambre basse, ce qui devrait leur permettre de conserver la majorité absolue.

ZK : En Hongrie, en revanche, le vent semble tourner pour le parti national-conservateur en ce dimanche de vote.

LB : On votait pour les municipales aujourd’hui en Hongrie. Nous sommes en ligne avec Anissa el Jabri, envoyée spéciale de RFI. Bonsoir Anissa, vous êtes en au quartier général du Fidesz, le parti du Premier ministre Viktor Orban, où l’ambiance n’était pas vraiment à la fête en début de soirée. Est-ce que les premiers résultats parviennent à inverser la tendance ?

[Transcription manquante]

ZK : C’est également dans l’actualité de ce dimanche, le pape François qui canonise plusieurs figures du catholicisme.

LB : Trois religieuses, une pieuse Suissesse et le cardinal britannique John Henry Newman, qui a vécu au XIXe siècle entre la Grande-Bretagne et l’Irlande. À Dublin, il a contribué à fonder la première université catholique et pourtant, Emeline Vin, jusqu’au dernier moment, aucun représentant irlandais n’était attendu au Vatican.

Fondée par John Henry Newman, l’University College de Dublin n’était censée envoyer aucun représentant. L’établissement est aujourd’hui laïc et considérait ne pas avoir sa place dans une cérémonie religieuse. Pourtant, le cardinal a largement contribué à établir un établissement d’enseignement catholique, dans une Irlande alors dirigée par une Grande-Bretagne protestante. John Henry Newman a également institué l’importance de l’esprit critique et l’équilibre entre raison et religion dans l’enseignement. Pour les représentants du clergé en Irlande, l’absence de représentants universitaires est un cruel manque de reconnaissance envers le recteur fondateur et surtout la preuve d’un sentiment anti-catholique. Un évêque s’en est ému cette semaine dans la presse : tous les catholiques, pourtant, ne sont ni octogénaires ni des pédophiles ! s’est ému un évêque dans la presse cette semaine. La UCD a finalement fait marche arrière et le trajet jusqu’au Vatican. De même, le gouvernement irlandais a envoyé la vice-ministre de l’Éducation. De l’autre côté de la mer d’Irlande, c’est le prince Charles qui est venu assister à la canonisation du cardinal John Henry Newman. Emeline Vin, Dublin, RFI.

LB : Fin de ce journal, tout de suite, on retrouve Yvan Amar et son expression de la semaine : « souffler ses dix bougies ».

Le mouvement 5 étoiles a dix ans ! Et il a fêté ça notamment dans l’une des villes où il est le plus populaire, à Naples, dans le sud de l’Italie. Et Rfi titrait donc, pour faire connaître l’information, que ce mouvement avait soufflé ses dix bougies ! Un double sens donc à cette expression : elle nous informe que le mouvement a dix ans, et qu’il a célébré cet anniversaire. Tout un symbole que ces bougies que l’on souffle. La tradition veut qu’on partage un gâteau pour un anniversaire. Au départ une tradition enfantine, mais on sait que les sociétés modernes s’infantilisent : on se traite tous un peu comme de grands enfants. Et le gâteau est maintenant attendu pour n’importe quel anniversaire, avec des petites bougies plantées dessus. Et celui qu’on fête, qu’on félicite pour son anniversaire doit éteindre toutes les bougies d’un coup, en soufflant dessus. Souffler ses dix bougies c’est donc suivre cette tradition. Et l’expression s’emploie surtout pour un compte rond : on souffle ses dix bougies, ses cinquante bougies, ses cent bougies parfois. Et on voit bien que l’image, le symbole, l’expression ont du succès puisqu’on les utilise pour autre chose que des êtres humains, ici un mouvement politique ! Mais les bougies ne sont pas le seul symbole des années qui passent : elles sont par exemple en concurrence avec les printemps ! On ne souffle pas les printemps évidemment, mais on les fête, on les passe. Et cette saison étant la représentation du renouveau, d’une année qui recommence, elle est souvent associée à une nouvelle année, une année de plus. Avec une coloration supplémentaire qui est celle de la jeunesse : le printemps c’est l’éternel renouveau. On évoque donc souvent les vingt printemps, pour dire les vingt ans. Avec cet écho que vingt ans représente la fleur de la jeunesse, le moment où l’on est sorti de l’enfance et même de l’adolescence, où on est au somment de son charme, avec encore toute une vie d’adulte qui se profile qui se devine devant soi.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias