#Français de l’actualité

Journal en français facile 10/05/2022 20h00 GMT

Studio RFI
GUERRE EN UKRAINE : plus de 8 millions de déplacés à l'intérieur de l'Ukraine ; et autres nouvelles.

Romain Auzouy : Vous écoutez RFI, il est 22h, ici, à Paris, 20h en temps universel. Bonsoir à tous, bienvenue dans votre Journal en français facile. Présenté ce soir en compagnie de Sylvie Berruet, bonsoir Sylvie. 

Sylvie Berruet : Bonsoir Romain, bonsoir à tous. 

RA : Et à la Une ce soir, plus de 8 millions de déplacés à l'intérieur de l'Ukraine. Reportage à suivre dans le Donbass où les habitants cherchent à fuir les combats.  

SB : Le Sri Lanka ordonne à ses troupes de tirer à vue pour réprimer les manifestants. Ces derniers ont réagi en tentant de prendre d'assaut la résidence officielle du Premier ministre, 24 heures après sa démission. 

RA : Et puis, la Ligue des Champions va changer de format. À partir de la saison 2024-2025, la plus prestigieuse des compétitions européennes de football débutera par un mini championnat de 36 équipes. Explications à la fin de cette édition. 

----- 

SB : Vladimir Poutine n'a pas l'intention de s'arrêter au Donbass. 

RA : C'est ce qu'affirme la cheffe du renseignement américain Avril Haines. Selon elle donc, le président russe ne souhaite pas seulement occuper le Donbass, cette région de l'est de l'Ukraine, mais également, affirme-t-elle, la Transnistrie, région qui est située en Moldavie. Dans le Donbass où les combats se poursuivent, ce qui pousse toujours plus d'habitants à fuir les localités, c'est le cas à New York. Alors, rien à voir avec la grande ville américaine, New York en Ukraine c’est une petite ville industrielle. Reportage de nos envoyés spéciaux Anastasia Becchio et Boris Vichith à la gare de Pokrovsk. 

Le soulagement après une nouvelle nuit chaotique pour 48 habitants de New York, qui sortent d’un autocar blanc marqué d’une croix rouge : « On n’avait plus le force d’endurer ça, c’est pour ça qu’on est partis. Chaque jour, il y a des canonnades, des explosions. Le gaz et l’électricité sont régulièrement coupés et on devait préparer les repas au feu de bois. On n’en pouvait plus. » À l’entrée de la gare de Pokrovsk, Olena patiente entourée de ses fillettes de 4 et 5 ans toutes de rose vêtue. La petite Diana répète qu’elle ne veut pas partir sans sa grand-mère, malade. « On a dû laisser la grand-mère paralysée. Je ne sais pas comment on va la faire évacuer. » En attendant le train qui les emmènera vers l’ouest, les rescapés de New York se voient offrir du thé et des sandwiches. Zinaida Chkourobat, tente de reprendre ses esprits : « Je pensais que je ne passerai pas la nuit. Ils nous ont envoyé des missiles Grad. Toute ma vie j’ai enduré des choses, mais là, je n’en n’ai plus la force. » Médecin à la retraite, veuve depuis moins d’un an, Zinaida est un peu effrayée de voyager seule : « De toute ma vie, je ne suis jamais allée nulle part sans mon mari », glisse-t-elle dans un soupir. Elle doit rejoindre une amie qui l’attend à Kiev, à 650 kilomètres de là. Anastasia Becchio, Boris Vichith, Pokrovsk, RFI. 

SB : Des déplacés qui sont toujours plus nombreux. 

RA : La barre des 8 millions de déplacés à l'intérieur de l'Ukraine a été franchie le 3 mai dernier, c'est ce qu'indique, aujourd’hui, l'Organisation internationale pour les migrations. 

Sur le plan diplomatique, à noter le déplacement aujourd’hui à Kiev de la ministre allemande des Affaires étrangères. Annalena Baerbock qui a fait une annonce importante : l'ambassade de son pays à Kiev va rouvrir. Elle avait été fermée peu après l'invasion russe du 24 février. 

Enfin, dans ce contexte d’une guerre en Ukraine qui se poursuit, on a appris ce soir la mort du premier président de l'Ukraine indépendante : Léonid Kravtchouk est décédé, ce mardi, à l'âge de 88 ans. C'est le maire de Kiev qui l'annonce et qui salue un homme « à l'origine de l'État ukrainien moderne ». 

SB : Au Sri Lanka, une situation toujours plus inquiétante. 

RA : Avec cette annonce du ministère de la Défense : « Les forces de sécurité ont reçu l'ordre de tirer à vue sur quiconque pillera -donc volera- des biens publics. » L'ONU et l'Union européenne lancent des appels au calme. Le Sri Lanka traverse actuellement la pire crise politique et économique depuis son indépendance. Ce mardi, des manifestants ont mis le feu à des dizaines de maisons d'hommes politiques appartenant au parti au pouvoir et ils ont tenté de prendre d'assaut la résidence officielle du Premier ministre, Mahinda Rajapaksa, qui a démissionné hier, lundi. Il est jugé responsable de la crise actuelle. Et aujourd'hui, les manifestants craignent qu'il ne quitte le Sri Lanka. Écoutez le témoignage de Prasad Welikumbura, un militant de Colombo

« Il n'avait pas d'autre choix que de démissionner. Il a été évacué par un hélicoptère de l'armée vers la base navale de Trinquemalay. Il semblerait qu'il soit sur le point de quitter le pays avec sa famille. Un de ses trois enfants serait déjà parti, les deux autres et son épouse serait dans la base navale. Je pense que la population voudrait pouvoir le retenir dans le pays, mais ils n'ont aucun moyen de l'empêcher de partir et d'affronter les militaires. Il y a une trentaine d'années, une guerre civile faisait rage surtout dans le nord et l'est du pays. L'armée a lourdement militarisé ces zones. La base de Trinquemalay est de par sa position assez reculée et difficile d'accès. Et c'est une zone très protégée, c'est la raison pour laquelle Rajapaksa la choisi pour se réfugier. » 

RA : Prasad Welikumbura, militant de Colombo, la capitale du Sri Lanka. Témoignage recueilli par Jelena Tomic. 

SB : Et puis les suites du scandale Pegasus en Espagne. 

RA : Du nom de ce logiciel d'une société israélienne qui a espionné des membres du gouvernement espagnol ainsi que des indépendantistes catalans en s'introduisant dans les téléphones. Aujourd'hui, le gouvernement a annoncé le limogeage de la patronne des services de renseignement, donc elle est emportée par le scandale. Les précisions à Madrid de François Musseau

La démission de Paz Esteban, la première espagnole femme à diriger les services de renseignements, était attendue. Aux yeux de tous, elle apparait comme le prix à payer pour trouver une issue à ce qui est devenu un cauchemar pour le gouvernement socialiste. Car avec le scandale Pegasus, un système qui permet d’infecter des téléphones portables, Pedro Sanchez était accusé de tout part, acculé, obligé d’agir. En destituant Paz Esteban, le leader socialiste lui fait payer deux critiques majeures : d’une part, le fait de n’avoir rien pu faire contre le piratage de son propre téléphone portable et celui de ses ministres de la Justice et de l’Intérieur. D’autre part, le fait d’avoir autorisé l’espionnage d’une vingtaine de leaders séparatistes catalans. Qui aujourd’hui menacent de rompre toute relation avec le gouvernement central. À commencer par le président catalan Pere Aragonès, dont le soutien à Pedro Sanchez est pourtant crucial. La question est aujourd’hui de savoir si cette destitution sera suffisante pour une sortie de crise. Aux yeux du chef de l’opposition de droite, Nunez Feijoo, cet évènement affaiblit l’État espagnol. François Musseau, Madrid, RFI. 

SB : Et on passe au football, la Ligue des Champions va être réformée. 

RA : La plus prestigieuse des compétitions européennes, que l’on suit évidemment sur RFI, aura un nouveau visage à partir de la saison 2024-2025. La réforme a été validée, ce mardi, à Vienne en Autriche par le comité exécutif de l'UEFA. Ce qu'il faut en retenir : il y aura donc plus d'équipes qui vont participer à la compétition, et donc plus de matches à suivre. Cédric de Oliveira

36 équipes au lieu des 32 heureuses élues aujourd'hui. Un mini championnat de huit journées où elles pourront toutes potentiellement s'affronter. Fini donc le système encore en vigueur aujourd'hui où des poules de quatre clubs permettent aux deux meilleurs de se qualifier pour le tour suivant. Désormais, il faudra donc faire partie des huit premiers pour être directement en huitièmes de finale. Pour les équipes qui se classeront de la 9e à la 24e place, il y aura un barrage à disputer. Les autres seront directement éliminées. Avec cette nouvelle formule, l'idée est d'étirer la première phase. Et d'offrir donc 225 matches au total. 100 de plus qu'aujourd'hui aux diffuseurs, aux annonceurs et aux spectateurs. Plus de revenus donc... Ce qui risque tout de même de saturer davantage un calendrier européen déjà bien rempli. Dans cette nouvelle formule, la France gagne une place, le troisième club de Ligue 1 sera directement qualifié et l'UEFA attribuera par ailleurs deux places en Ligue des Champions aux deux pays dont les équipes sont les plus performantes en Europe sur la saison en cours. L'instance a aussi confirmé que tous ces matches à part la finale auront lieu en semaine. 

RA : Et pour rappel la finale de la Ligue des Champions opposera le 28 mai prochain, les Anglais de Liverpool aux Espagnols du Real Madrid. 

SB : Et également en football un accord de principe a été annoncé pour le transfert de l'attaquant norvégien Erling Haaland. 

RA : Oui, c’est un joueur âgé de 21 ans considéré comme l'un des meilleurs de sa génération, avec Kylian Mbappé évidemment qui joue au Paris Saint-Germain. Erling Haaland évolue actuellement au Borussia Dortmund et donc, à partir de la saison prochaine, il devrait porter le maillot de Manchester City. Il ne reste plus qu'à finaliser le contrat. 

Et puis en tennis, puisque que je sais que vous suivez ça activement, à deux semaines de Roland-Garros a lieu depuis hier le tournoi de Rome. Entrée en lice réussie du numéro 1 mondial Novak Djokovic, le Serbe a battu le Russe Karatsev en deux sets. 

C’est la fin de ce Journal en français facile

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias