#Français de l’actualité

Journal en français facile 09/09/2017 20h00 GMT

Image par défaut des émissions / éditions
RFI
Transcription

 

Aurélien Devernoix : Merci d'écouter RFI, il est 22h ici à Paris, 20h en temps universel, l'heure de votre Journal en français facile. Et à mes côtés pendant ces 10 prochaines minutes, Zéphyrin Kouadio. Bonsoir Zéphyrin.

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir Aurélien, bonsoir à tous

AD : Dévastées par Irma, les îles de Saint Martin et Saint Barthélémy se préparent dans l'angoisse au passage d'un nouvel ouragan. José doit frapper les Petites Antilles dans les heures qui viennent, alors qu'Irma se rapproche des côtes de Floride où plus de 6 millions de personnes ont reçu l'ordre d'évacuer leur domicile.

ZK : Le Pape François poursuit son voyage en Colombie. Il est aujourd'hui à Medellin, après s'être rendu hier dans le centre du pays.

AD : L'ONG allemande Sea Eye reprend ses opérations de sauvetage de migrants au large de la Libye. Vous entendrez dans ce journal le porte-parole de l'organisation.

-----

ZK : Emmanuel Macron et le gouvernement français se sont réunis ce soir à l'Élysée pour faire le point sur la situation à Saint Martin et Saint Barthélémy.

AD : À la sortie de cette réunion, le 1er ministre Édouard Philippe a déclaré que la mobilisation de l'État français était totale et que des moyens supplémentaires allaient être envoyés. Les îles antillaises ont été placées en état d'alerte maximal alors qu'elles se préparent à faire face à leur deuxième ouragan en 4 jours. Les secours sont toujours à pied d'oeuvre pour panser les plaies occasionnées par le passage d'Irma. Mais c'est une course contre la montre qui est lancée. Franck Alexandre.

C'est vers une heure du matin, heure de paris, que l'ouragan José devrait passer au plus prêt des îles de Saint-Martin et Saint-Bathélémy. À une centaine de kilomètres au nord, le cyclone José dont l'intensité s'approche du niveau 5 entraîne des vagues puissantes avec des creux de 6 à 8 mètres, de fortes pluies orageuses et des rafales de vent allant jusqu'à 150 km/h, annonce Météo France. José menace de paralyser les liaisons aériennes, tandis que les liaisons maritimes sont déjà suspendues. Un casse-tête pour les équipes de secours à l'oeuvre. Avant le passage du cyclone, une petite fenêtre météo devrait autoriser deux ou trois rotations aériennes vers saint Martin, ce qui permettra de procéder à quelques évacuations sanitaires. Sur l'île 9 abris capables d'abriter 1600 personnes seront ouverts, mais les autorités comptent attendre que José passe pour distribuer eau et nourriture, car dans quelques heures l'alerte passera du rouge au violet, un niveau de vigilance qui exige que la population se barricade chez elle.

ZK : La côte nord de Cuba de son côté s'est réveillée face à la dévastation semée par Irma.

AD : Les vents et les pluies diluviennes, c'est-à-dire extrêmement importantes, ont endommagé de nombreuses habitations, mais aucune victime n'est pour l'instant à signaler. Près d'un million de personnes avaient été évacuées par prudence. En Floride, ce sont plus de 6 millions d'habitants qui ont été enjoints à quitter leur domicile pour aller se réfugier plus à l'intérieur des terres. L'ouragan Irma devrait toucher cette nuit l'État américain et les autorités craignent qu'il ne reprenne de la vigueur à l'approche du continent.

ZK : Le Mexique également touché par les catastrophes naturelles.

AD : La tempête tropicale Katia a fait deux morts aujourd'hui dans l'État de Veracruz dans l'est du pays. Et le bilan humain est beaucoup plus lourd dans le sud au lendemain du séisme qui frappé la côte Pacifique. 65 personnes ont perdu la vie et une vingtaine d'autres sont portées disparues.

ZK : Le Pape François poursuit sa visite en Colombie : il est aujourd'hui à Medellin.

AD : Il y a célébré une messe comme hier à Villavicencio où il a rencontré des victimes de la guerre civile. Près de deux cent mille personnes étaient venues écouter le souverain pontife. Dans l'assistance des dizaines de membres des populations natives. En Colombie elles ne représentent plus qu'environ 3% de la population et gardent des rapports délicats avec l'Église Catholique. Le reportage de Marie Eve Detoeuf.

Embera, Paez, Guna Dule, Nasa, ils sont là - certains en pagne - pour écouter le Pape. Les cent deux communautés indiennes de Colombie ne sont pas toutes catholiques.
Luis Pechene explique les raisons de sa présence. Elles sont politiques: "L'idée, c'est de montrer au monde qu'il reste des communautés indiennes, ici en Colombie comme dans d'autres pays, et que malgré la discrimination et le racisme, nous continuons d'exister. Et l'idée c'est que le Pape transmette ce message au monde entier." Sur la scène où se célèbre la messe, pas un évêque d'origine indienne. Entre les leaders indigènes, l'Église reste perçue comme un agent de cette domination occidental qui a commencé en 1492 avec l'arrivée des colonisateurs espagnols. Les Indiens aussi se disent victimes. Milton Santacruz Guna Dule : « A ce moment-là, notre façon de penser, nos savoirs ont commencé à être bafoué et l'Église a joué un rôle fondamental en endoctrinant et en évangélisant. Cela ne fait pas 50 ans, mais 524 ans que nous dénonçons la violence exercée sur nos territoires et sur les peuples indigènes. » Les Indiens qui vivent pour la plupart dans des régions retirées ont été aussi victimes du conflit armé. Et du silence. Le Pape François ne les a guère évoqués.

ZK : Au Mali, le président Ibrahim Boubacar Keita a inauguré aujourd'hui le post de commandement de la force anti djihadiste G5 Sahel à Sévaré

AD : Une force composée de soldats maliens, nigériens, tchadiens et burkinabés qui seront chargés de combattre les groupes radicaux dans la région. Ceux-ci ont multiplié les attaques ces derniers mois. Les bataillons déployés patrouilleront notamment près des frontières entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso.

ZK : Nous allons maintenant en Libye, au large de laquelle l'organisation allemande Sea Eye a décidé de reprendre ses opérations de sauvetage de migrants.

AD : Cela faisait un mois que l'ONG avait cessé ses activités dans la zone après une interdiction émise par la Libye. Mais un évènement survenu la semaine dernière, a fait changer d'avis l'organisation comme nous l'explique Hans-Peter Buschheuer, porte-parole et co-fondateur de Sea Eye.

Malheureusement nous n'avons pas pu changer la situation. C'est pourquoi nous naviguons à une distance de 70 à 90 miles nautiques au large des côtes libyennes. Ces eaux n'ont pas été revendiquées par les garde-côtes libyens comme faisant partie de leur zone d'intervention. Mais ces eaux se situent très loin de la côte, et il sera difficile d'y trouver encore des bateaux de migrants. Toutefois nous nous tenons prêts pour d'éventuels appels au secours. Ces dernières semaines, nous avons eu de nombreuses discussions avec le gouvernement allemand et la chancellerie. Nous voulions obtenir la protection nécessaire pour pouvoir continuer à naviguer dans cette zone qui fait partie des eaux internationales, sans être mis en danger. Mais nous n'avons pas obtenu cette protection. C'est une catastrophe! Les actions des Libyens sont clairement contraires au droit international, et les Européens payent les Libyens pour qu'ils nous débarrassent des Africains. À nos yeux il s'agit là d'un déshonneur et d'une très grande honte pour l'Europe.

ZK : C'était ce soir la remise des prix au Festival du Cinéma de Venise.

AD : Et le Lion d'Or du meilleur film est revenu à The Shape of Water, du réalisateur mexicain Guillermo Del Toro. Il est 22h08 à Paris. L'heure de découvrir votre mot de la semaine. Et le mot sélectionné par Yvan Amar cette semaine est «magnitude».

On sait que la terre a tremblé au Mexique et que ce tremblement de terre est important : il a une assez grande magnitude. C’est le mot qu’on entend souvent, un mot qui peut étonner, car il fait très scientifique. Et d’ailleurs il l’est. Il désigne l’importance du séisme que l’on peut mesurer. On a donc une sorte de thermomètre, avec des gradations, comme une échelle avec des échelons. Et on l’appelle l’échelle de Richter, pour rendre hommage à celui qui l’a mise au point. La magnitude indique donc le degré d’intensité de la secousse par rapport à cette échelle : c’est donc d’une certaine façon la grandeur du tremblement de terre qui est évaluée. Justement le mot magnitude évoque cette idée de grandeur. Il a été construit à partir de l’adjectif magnus, qui en latin veut dire grand, et qu’on retrouve dans magnifique, ou dans magnum : un magnum est une grande bouteille, deux fois plus grande qu’une bouteille ordinaire. Mais la magnitude reste un mot assez technique : on l’emploie pour la luminosité des étoiles – leur degré de rayonnement, et pour ces tremblements de terre qu’on appelle aussi des séismes : Là encore le mot est technique, même si on l’entend souvent. Un séisme c’est une secousse, mais on n’utilise le mot qu’en cas de secousse sismique. Alors parfois cette expression est condamnée : pourquoi parler d’une secousse sismique alors que cela veut dire une secousse secouée : c’est un pléonasme, c’est dire deux fois la même chose. Et là c’est inexact : l’expression secousse sismique est bien plus précise. Si on parle de secousse sans préciser, cela peut faire penser à de la salade qu’on secoue, à un cahot de la route, qui vous secoue. La secousse sismique, c’est bien, et c’est uniquement le tremblement de terre !

AD : C'est la fin de ce Journal en français facile. Merci à vous Zéphyrin Kouadio de m'avoir accompagné. Excellente soirée à tous.

 

Radio France International France 24 Monte Carlo Doualiya France Médias Monde

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJD OJD Dénombrement des médias

Logo RFI

Journal en français facile 09/09/2017 20h00 GMT

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.