#Français de l’actualité

Journal en français facile 08/11/2018 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription.

Hugo Lanoë : 21h à Paris à l'écoute d'RFI, 20h en temps universel. Bonsoir à toutes et à tous et bienvenue dans votre journal en français facile que j'ai le plaisir de présenter ce soir avec Sylvie Berruet. Bonsoir Sylvie !

Sylvie Berruet : Bonsoir Hugo, bonsoir à tous !

HL : Au sommaire de cette édition : Un ancien soldat de l'armée américaine de 28 ans, connu pour son instabilité psychologique... tel est le profil du suspect de la dernière fusillade aux Etats-Unis. 12 personnes ont été abattues hier en Californie au cours d'une soirée étudiante. 

SB : Après avoir choqué l'opinion publique, Emmanuel Macron prend la parole et s'explique. Contrairement à ce qu'il avait laissé" entendre, le président français ne rendra pas hommage au Maréchal Philippe Pétain. Une "fausse polémique" selon lui. 

HL : Toujours en France. Ficher et recruter des joueurs de football en fonction de leur couleur de peau ou de leur origine ethnique. Voilà à quoi s'est livré le Paris Saint Germain pendant plusieurs années. Une pratique pourtant interdite. Voilà pour les titres. Bienvenue à tous ! 

-----

SB : 12 morts dont un policier, c'est le dernier bilan d'une énième fusillade aux États-Unis.

HL : Cela s'est produit la nuit dernière, en Californie, précisément à Thousand Oaks, dans la banlieue de Los Angeles. Un homme a tiré sur plusieurs personnes au cours d'une soirée étudiante dans un bar bondé c'est-à-dire rempli. 
Le suspect a été identifié par la police. Ian David Long, 28 ans est un ancien soldat de l'armée américaine. Connu pour ses comportements irrationnels, incohérent. Il se serait suicidé après la fusillade.  C'est le shérif du comté de Ventura, Geoff Dean qui a annoncé sa mort avec une certaine émotion.

Geoff Dean, shérif du comté de Ventura [avec traduction] : Le sergent Hills est mort à.... Le sergent est décédé à l'hôpital il y a environ une heure. Je mentionne seulement qu'il pourrait s'agir d'un acte terroriste, car c'est ce à quoi nous pensons tous ces derniers jours et que nous avons de multiples fusillades comme celle-ci, il n'y a aucune raison apparente et nous déplorons cette grande perte. Rien ne porte à croire, pour moi ou le FBI, qu'il y ait un lien avec le terrorisme, mais nous allons sans aucun doute ne pas écarter cette piste.

HL : Sur son réseau social favori, le président Donald Trump a rendu hommage au policier décédé dans cette attaque. 

SB : Donald Trump, dont on a appris cet après mdi qu'il ne participera pas au Forum de Paris sur la paix ce dimanche.

HL : Le 45ème président américain avait déjà dit hier son intention de rentrer très vite aux Etats-Unis après les commémorations du 11 novembre... date qui marque le centenaire de la fin de la première Guerre Mondiale. 

SB : Un événement que continue de célébrer le président Emmanuel Macron dans le nord-est de la France.  

HL : Et au 5ème jour de son périple à la mémoire des combattants de la Grande Guerre, le chef de l'Etat français a été chahuté, interpellé par des syndicalistes de l'Usine Renault de Maubeuge. Usine qu'il a visitée alors que le patron de la multinationale automobile a annoncé de nouveaux investissements et de nouvelles embauches sur ce site. 

SB : Et c'est d'ailleurs à Maubeuge qu'Emmanuel Macron a essayé d'éteindre une polémique, celle concernant le Maréchal Philippe Pétain. 

HL : Hier, le locataire de l'Elysée avait laissé entendre qu'il rendrait hommage à Philippe Pétain samedi à Paris aux Invalides... pour célébrait je cite "le grand soldat" qui s'est imposé lors de la terrible bataille de Verdun en 1916... Des propos qui ont choqué puisque Philippe Pétain est aussi et surtout le visage de la collaboration avec l'Allemagne Nazie dans les années 40. Emmanuel Macron dénonce une fausse polémique. 

[son manquant] 

HL : Des propos recueillis par Valérie Gas

SB : Vous écoutez le Journal en français facile, il est 1heure passée de 35 minutes à New Delhi. Ce matin, Hugo, les habitants de la capitale indienne se sont réveillés avec un air extrêmement toxique. 

HL : Oui Sylvie, c'est la conséquence de Diwali : une fête qui célèbre les lumières. Pendant une partie de la nuit, les indiens ont fait exploser des pétards et fait décoller des feux d'artifice. La pollution aux particules fines a donc augmenté de manière importante. Aujourd'hui la population est partagée sur l'utilisation de ces explosifs. 
Reportage de notre correspondant, Sébastien Farcis.

Des fusées, des chandelles et des bombes. J'ai utilisé plein des pétards bruyants. Manish Sharma, la 20aine, a les yeux qui brillent en se souvenant de la série de pétards qu'il a fait exploser hier soir. Et la mauvaise conscience, il ne connait pas. « C'est important pour moi de faire exposer des pétards pour diwali. C'est très marrant. Et ce n'est pas grave si cela crée de la pollution. » La pollution, pourtant, elle est visible : en plein après-midi, le soleil est encore caché derrière un nuage grisâtre. A se demander s'il s'est levé aujourd'hui. Le taux de concentration en particules fines a explosé les compteurs, plus de 999 pendant la nuit, avant de retombe.  Kisar Kumar, un vendeur de rues, n'a pas voulu contribuer à cette pollution. « Hier soir, j'ai préparé un repas grandiose pour diwali, mais pour la première fois, je n'ai pas utilisé de pétards. C'est trop mauvais pour l'environnement. Et je suis content car aujourd'hui le ciel est moins noir que l'année dernière. » C'est mieux, mais L'air demeure toxique, selon les autorités. Shekhar Gupta, le pharmacien du quartier, a donc exposé une 10 aine de masques différents dans son magasin. Pour lui, les affaires sont bonnes. « Les gens achètent beaucoup de masques ce matin. Ils se plaignent de maux de gorge, d'étouffement, En gros, ils n'arrivent pas à respirer. » Sébastien Farcis, New Delhi RFI.

SB : L'actualité en Europe. Opération séduction pour le ministre britannique des Affaires étrangères en visite à Paris. 

HL : Après s’être entretenu avec son homologue français Jean Yves Le Drian, Jeremy Hunt a prononcé un discours. L’occasion de vanter, en français, les "liens d'amitié" entre la Grande-Bretagne et la France. Le chef de la diplomatie britannique en a profité pour partager son optimise sur le Brexit : la sortie du Royaume-Uni de l'Union Européenne. 

Jérémy HUNT [avec traduction] : 7 jours pour trouver un accord, ça paraît un peu juste. Je suis optimiste quant à la conclusion d'un accord sur le Brexit, mais je ne m'avancerais pas sur un calendrier précis. Nous en sommes à la phase finale. Je pense que nous pouvons être optimistes : nous sommes essentiellement confrontés à deux ou trois grands problèmes et nous concentrons tous nos efforts sur ces deux problèmes, mais je pense qu’il est tout à fait possible de trouver un accord et tout le monde veut qu’il en soit ainsi. Je suis persuadé que la France tient beaucoup à ce qu’un accord soit conclu et elle soutiendra tous les efforts qui doivent être fournis pour aboutir à cet accord. Ne pas obtenir d’accord n’est dans l’intérêt de personne. Je suis persuadé que nous aboutirons à un accord parce qu’il en va de l’intérêt de toutes les parties.

SB : La pression s'accentue un peu plus sur le Paris Saint Germain dans le cadre des "Football Leaks".

HL : Du nom de ces révélations sur les dessous du foot-business suite à des enquêtes menées par un collectif de medias européens - dont Mediapart en France. Ce mardi, c'est encore le PSG qui est concerné. Il est question cette fois Olivier Pron de fichage ethnique :

Français, Maghrébin, Antillais, Africain : voici les 4 catégories dans lesquelles étaient fichées les potentielles futurs recrues du club de la capitale de 2013 au printemps dernier. Le Paris SG qui reconnait l'existence de ces formulaires dit avoir ouvert une enquête interne car bien sûr : tout fichage lié aux origines ethniques est interdit en France où le sujet est extrêmement sensible. Le monde du foot en sait particulièrement quelque chose ; on se souvient des remous autour de l'affaire des quotas en 2011. La polémique éclate donc d'abord en interne au PSG en mars 2014, explique mediapart. À l'origine un jeune international français de 13 ans né en Côte d'Ivoire Yann GBOHO qui séduit un recruteur parisien. Selon le compte-rendu d'une réunion qui n'est pas contestée par le club, Marc Westerloppe alors directeur de la cellule recrutement en France sauf en région parisienne «tarde à se positionner». Il explique qu'il faut un équilibre sur la mixité : « trop d'Antillais et d'Africains sur Paris » dit-il ! Des propos qui suscitent un vif émoi parmi les autres participants à cette réunion.  Convoqué par la direction du club, Westerloppe ne sera finalement pas sanctionné. Au PSG on confirme donc la mise en place de ce fichage, mais les choses auraient été faites en secret et la direction n'aurait pas été au courant.

SB : Football toujours mais cette fois ci sur le terrain. C'est officiel, l'Olympique de Marseille est éliminée de la Ligue Europa.

HL : L'aventure s'arrête pour les phocéens. Ils viennent de perdre 2-1 en Italie sur la pelouse de la Lazio de Rome. 21h10 ici à Paris

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias

Logo RFI

Journal en français facile 08/11/2018 20h00 GMT

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.