#Français de l’actualité

Journal en français facile 06/12/2019 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Fanny Bleichner : Vous écoutez RFi il est 21h à Paris, 20h en temps universel. Bonsoir et bienvenue dans cette nouvelle édition du Journal en français facile. Pour m’accompagner ce soir, Mehdi Meddeb, bonsoir Mehdi.

Mehdi Meddeb : Bonsoir Fanny, bonsoir à toutes et à tous.

FB : À la une de l’actualité ce soir : 
la question des violences faites aux femmes, mais aussi les violences de la part de la police en Inde... où 4 hommes suspectés d’avoir violé une femme ont été tués par la police lors d’une reconstitution des faits.
Angela Merkel était à Auschwitz aujourd’hui... La chancelière allemande a prononcé un discours dans lequel elle estime que le souvenir des crimes nazis demeure « inséparable » de l’identité allemande, vous l’entendrez.
Nouvelle journée de grève dans les transports en France contre la réforme des retraites... mais le gouvernement reste impassible.
Nous parlerons aussi de la défaite des Françaises au Mondial de handball... elles se sont inclinées dès le premier tour face au Danemark.

-----

MM : C’est une affaire qui fait grand bruit en Inde, les suites d’une affaire de viol collectif.

FB : Le viol collectif d’une femme enlevée qui avait ensuite été tuée. C’était fin novembre, on avait retrouvé son corps brûlé. Les 4 suspects ont rapidement été arrêtés, mais ils ont finalement été tués ce matin par la police. Aujourd’hui, les circonstances de leur mort divisent le pays. Les explications de notre correspondante à New Delhi, Carole Dieterich

C’est un dénouement à peine croyable. Les quatre suspects ont tous été abattus par la police lors d’une reconstitution du crime, qui se déroulait dans la nuit de jeudi à vendredi. Ces hommes étaient accusés d’avoir violé et assassiné, la semaine dernière, une vétérinaire de 27 ans. Toute une partie de la population a immédiatement applaudi le geste de la Police. Des centaines de personnes se sont même rendues sur les lieux de la mort des accusés pour manifester leur joie. Sur les images de télé, on peut voir la foule jeter des pétales de fleurs sur les policiers. La police d’Hyderabad affirme avoir tiré sur les suspects alors qu’ils étaient parvenus à se saisir d’armes de policiers et qu’ils tentaient de s’enfuir. Mais nombreux sont les Indiens à avoir exprimé leur colère face à la tournure des événements. Karuna Nundy, une avocate à la Cour suprême a ainsi tweeté : « Maintenant, personne ne saura jamais si les quatre hommes tués par la police étaient innocents […] ». En Inde, la police est fréquemment accusée de crimes extra-judiciaires : pour couvrir des affaires et même calmer l’opinion. A-t-elle voulu rendre justice elle-même dans cette affaire ? La question est sur toutes les lèvres. Carole Dieterich, New Delhi, RFI. 

MM : En Algérie, c’est le dernier vendredi avant l’élection présidentielle du 12 décembre et une immense foule s’est réunie dans les rues d’Alger.

FB : Des manifestants qui après la démission d’Abdelaziz Bouteflika, réclament désormais le démantèlement de la totalité du « système » politique. Le vote prévu jeudi prochain est largement rejeté par ces manifestants dont on ignore le nombre précis en raison notamment de l’absence de comptage officiel. Mais la mobilisation semblait comparable à celle du 1er novembre dernier, jour du 65e anniversaire du début de la guerre d’indépendance.

MM : Des manifestations étaient aussi organisées aujourd’hui en Irak, à Bagdad.

FB : Au moins sept manifestants ont été tués dans la soirée. Ce sont des hommes armés qui ont attaqué et repris un bâtiment que les contestataires occupaient depuis plusieurs semaines. La journée avait pourtant été calme et des représentants religieux s’étaient joints au rassemblement. Des manifestants ont évoqué de nombreux tirs ce soir qui se poursuivaient. Depuis le 1er octobre, le mouvement de contestation en Irak a fait près de 430 morts et 20 000 blessés.

FB : La chancelière allemande Angela Merkel s’est rendue aujourd’hui dans l’ancien camp nazi. C’est la première chef d’un gouvernement allemand à le faire depuis 1995. Angela Merkel a insisté sur le devoir de mémoire, on l’écoute.

J’ai profondément honte des crimes barbares commis ici par les Allemands. Je n’ai pas de mots pour décrire l’horreur de ce qui a été fait aux femmes, aux hommes et aux enfants dans ce lieu. Quels mots pourraient rendre justice au chagrin que cet endroit a causé ? Le chagrin pour les nombreuses personnes qui ont été humiliées, torturées et assassinées. Et pourtant, bien que ce soit l’endroit où les crimes contre l’humanité les plus horribles ont été commis, nous ne pouvons rester silencieux. Le lieu lui-même nous oblige à garder la mémoire vivante. Nous devons nous souvenir clairement de chaque crime qui a été commis ici et les appeler par leur nom.

FB : Propos recueillis par Ludovic Piedtenu.

MM : Angela Merkel rassurée quant à sa coalition.

FB : Les sociaux-démocrates étaient réunis en congrès aujourd’hui à Berlin. Ils ont voté contre une sortie immédiate de la coalition avec les conservateurs de la chancelière. Le SPD espère l’ouverture de « discussions » avec la droite sur plusieurs thèmes comme la politique climatique, une hausse du salaire minimum ou des investissements dans les services publics. Le 30 novembre deux nouveaux dirigeants issus de la gauche du SPD ont été élus à la tête du parti.

MM : En France, nouvelle journée de mobilisation contre la réforme des retraites.

FB : La grève était très suivie dans le secteur des transports principalement où elle va se poursuivre au moins jusqu’à dimanche. Les syndicats ont appelé à une nouvelle journée de mobilisation mardi. Édouard Philippe a pris la parole aujourd’hui. Le Premier ministre assure vouloir « la disparition des régimes spéciaux », pour ceux qui disposaient de conditions particulières pour leurs retraites. Il assure que la transition pourrait se faire de manière progressive. Il a également annoncé qu’il présenterait mercredi « l’intégralité du projet du gouvernement » sur cette réforme.

MM : Prenons à présent la direction les Samoas, c’est dans le pacifique sud. Depuis hier l’archipel fait face à une épidémie de rougeole qui a déjà fait 63 morts sur une population de 200 000 personnes.

FB : Près de 4 400 personnes sont touchées. Il s’agit maintenant de vacciner la population, car avant la campagne d’urgence qui a été mise en place son taux de vaccination était très bas : 30 % à peine… Christophe Paget.

« J’avais déjà vu des campagnes de mobilisation massive, mais jamais à travers tout un pays comme ça », a souligné Sheldon Yett, le représentant de l’Unicef dans le Pacifique. Les autorités des Samoas ont fermé commerces et services publics non essentiels, coupé la liaison par ferry entre les îles, demandé aux véhicules de ne pas circuler… Et la population doit rester chez elle pour attendre le passage des équipes de vaccination, les non-vaccinés mettant sur leurs façades un drapeau ou une étoffe rouge pour se signaler. Avec cette mise en garde du gouvernement : aucune désinformation de sera tolérée de la part des anti-vaccins, un militant qui s’opposait à cette campagne a d’ailleurs été arrêté. De fait selon l’OMS la chute de la couverture vaccinale dans l’archipel est due aux campagnes anti-vaccinations, très relayées l’an dernier après la mise en cause du vaccin anti-rougeole dans la mort de deux bébés. Vaccin finalement mis hors de cause, mais après huit mois de suspension du programme de vaccination. Et des messages de militants anti-vaccination qui ont convaincu des parents : aujourd’hui sur 63 décès de la rougeole, on compte 55 enfants. Dans les archipels voisins des Tongas et des Fidjis, des épidémies de rougeoles se sont déjà déclarées, mais sans faire de victimes. La couverture vaccinale y approche les 90 %, c’est l’objectif des Samoas.

FB : Christophe Paget du service international.

MM : Elles manifestent pour le climat. Des milliers de personnes sont descendues dans les rues à Madrid.

FB : Où se tient la COP 25. L’objectif est de faire pression sur les pays signataires de l’Accord de Paris pour qu’ils agissent contre le réchauffement climatique. En tête de cortège se trouvait la jeune Suédoise Greta Thunberg.

MM : Enfin, un mot de sport, du handball, et une grosse déception pour les Françaises aux championnats du monde au Japon.

FB : Les bleues, tenantes du titre, favorites à leur propre succession, ont été éliminées dès le 1er tour. Elles se sont inclinées 20 à 18 face au Danemark lors du dernier match du tour préliminaire. C’est leur plus mauvais parcours dans une compétition internationale depuis l’Euro 2008. Christophe Diremszian 

Pour des championnes du monde et d’Europe, la chute n’en est que plus vertigineuse. Quitter le Mondial au 1er tour en étant tenant du titre, c’est du jamais-vu depuis 1973. Une perspective inimaginable au coup d’envoi de cette édition, sauf peut-être par le sélectionneur des Bleues lui-même, Olivier Krumbholz, prudent face à la formule de compétition plus sélective cette année (seulement 3 équipes qualifiées pour le tour principal au lieu de 4) et une concurrence assez relevée. Battues d’entrée de jeu par la Corée du Sud, poussives contre le Brésil, les Françaises pensaient avoir retrouvé leur jeu en dominant l’Allemagne, avant de retomber dans leurs travers contre des Danoises portées par leur excellente gardienne, Sandra Toft, qui a écœuré les tricolores avec 15 arrêts, rendant impuissantes des cadres comme Estelle Nze Minko, Grâce Zaadi ou Manon Houette. Pour cette équipe restée sur 4 podiums lors des 4 dernières compétitions, cette élimination est un humiliant coup d’arrêt, sans conséquence à court terme, car la qualification pour les Jeux olympiques de Tokyo était déjà acquise. Mais la confiance s’est envolée, et le groupe ne pourra pas s’épargner une sérieuse remise en question avant de revenir au Japon l’été prochain.

FB : Les Françaises vont devoir disputer deux matches de classement pour espérer finir au mieux 13es sur 24 équipes.
RFI il est 21h et bientôt 10 minutes à Paris, 20h10 en temps universel. Merci beaucoup Mehdi Meddeb de m’avoir accompagnée pour ce Journal en français facile et merci à vous pour votre fidélité à la radio du monde, restez à notre écoute. Je vous rappelle que ce journal est à retrouver sur notre site savoirs.rfi.fr.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias