#Français de l’actualité

Journal en français facile 02/01/2018 20h00 GMT

Image par défaut des émissions / éditions
RFI
Transcription

 

Gilles Moreau : 21h à Paris, 20h en temps universel. Bonjour et bienvenue à ceux qui nous rejoignent. Alexis Guilleux est avec moi pour présenter votre Journal en français facile, bonsoir !

Alexis Guilleux : Bonsoir Gilles, bonsoir à tous !

GM : Dans l'actualité, les manifestations en Iran : cette journée semble avoir été plus calme que les précédentes. Mais le bilan de 5 jours de contestation atteint 21 morts. L'ayatollah Khamenei, le guide suprême iranien, s'est exprimé pour la première fois, accusant « les ennemis de l'Iran de porter atteinte au régime ».

AG : Les relations se tendent entre les États-Unis et le Pakistan. Après le tweet de Donald Trump menaçant de suspendre l'aide américaine, Islamabad a convoqué l'ambassadeur des États-Unis et le Premier ministre a réuni un Conseil national de sécurité.

GM : Et si le sport permettait de rapprocher les deux Corées ? La Corée du Sud a proposé des discussions avec la Corée du Nord. Les pourparlers porteraient sur la participation d'une délégation de Pyongyang aux prochains Jeux olympiques d'hiver, en Corée du Sud.

-----

AG : Le bilan des violences qui secouent l'Iran depuis 6 jours s'est alourdi. Il dépasse maintenant 20 morts.

GM : La télévision d'État a rapporté aujourd'hui que 9 personnes avaient été tuées la nuit dernière dans plusieurs villes du centre du pays. Ce qui porte à 21 le nombre de morts, depuis le début des manifestations dirigées contre le pouvoir et contre les difficultés économiques. Ce mouvement de contestation ressemble à un mouvement spontané sans véritables meneurs à sa tête. Et il touche davantage les petites villes que Téhéran, la capitale où 450 personnes ont été arrêtées depuis samedi. Aujourd'hui, le guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, est sorti de silence pour accuser les « ennemis » de l'Iran de porter atteinte au régime.

AG : De son côté, le président américain Donald Trump s'est réjoui que « les Iraniens agissent enfin contre le régime iranien brutal et corrompu ». Nous retrouvons Anne Corpet à Washington :

Comme toujours c'est sans grande nuance que le président américain s'exprime sur Twitter : « Le peuple iranien passe enfin à l'action contre ce régime brutal et corrompu » écrit-il. Depuis trois jours, Donald Trump s'exprime chaque matin au sujet de la situation en Iran. Beaucoup d'experts craignent que ce soutien affiché aux manifestants nuise à leur cause, en les faisant passer pour des laquais des États-Unis, mais le président américain n'en a cure : il a toujours employé un ton très agressif vis-à-vis de l'Iran, et dénonce régulièrement avec virulence l'accord signé avec Téhéran sur le nucléaire. Dans son tweet du jour, Donald Trump s'en prend d'ailleurs aussi à Barack Obama en affirmant que les fonds libérés par les États-Unis après la signature de cet accord ont permis de financer le terrorisme et de remplir les poches des dirigeants du pays. Et il conclut son message par un énigmatique « Les États-Unis surveillent ! ». Selon des responsables américains anonymes cités par le Wall Street Journal, les États-Unis se prépareraient à prendre de nouvelles sanctions contre les gardiens de la révolution en cas d'intervention brutale et massive du régime contre les manifestants. En attendant, l'administration américaine vient d'appeler l'Iran à débloquer l'accès à Instagram et aux autres réseaux sociaux utilisés par les manifestants. Le département d'État déclare vouloir encourager les protestataires à poursuivre leur mouvement.

GM : L'ambassadrice américaine à l'ONU Nikki Haley a demandé des « réunions d'urgence du Conseil de sécurité et du Conseil des droits de l'Homme » pour discuter de l'Iran.

AG : Les relations restent tendues entre les États-Unis et le Pakistan.

GM : Elles se sont même un peu plus dégradées, depuis le récent tweet de Donald Trump menaçant de suspendre l'aide américaine fournie à Islamabad. Islamabad a convoqué l'ambassadeur des États-Unis. Et le Premier ministre a réuni un Conseil national de sécurité, en présence des chefs de la puissante armée pakistanaise.

AG : En République démocratique du Congo, la violente répression des marches anti-Kabila a été dénoncée par l'influent archevêque de Kinshasa.

GM : Le cardinal Monsengwo l'a qualifiée de « barbarie ». Dimanche dernier, la répression des manifestations a fait douze morts, selon les organisateurs. Les forces de sécurité sont intervenues, après l'appel d'un collectif catholique à protester contre le pouvoir du président Kabila.

AG : Et maintenant cette question : assiste-t-on à un début de détente sur la péninsule coréenne ?

GM : La Corée du Sud a proposé à son voisin du nord d'entamer des discussions dès la semaine prochaine. L'objet serait l'envoi d'une délégation nord-coréenne aux Jeux olympiques d'hiver de Pyeongchang, le mois prochain en Corée du Sud. Dans son discours du Nouvel An, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un s'est dit prêt à participer aux JO. Correspondance de Frédéric Ojardias :

La Corée du Sud est enthousiaste à l'idée de reprendre le dialogue. Elle a répondu à Kim Jong-un en proposant une rencontre de haut niveau le 9 janvier à Panmunjeom, le seul point de contact sur la frontière ultra-militarisée entre les deux Corées. Séoul se dit même prêt à une rencontre ailleurs, à une autre date, et à un autre format, si Pyongyang le préfère. « Nous souhaitons que les deux Corées s'assoient et discutent franchement de la participation du Nord aux JO, ainsi que des moyens d'améliorer [nos] relations », a ajouté un porte-parole. La dernière rencontre officielle entre Nord et Sud remonte à décembre 2015. (Les derniers canaux de dialogue ont été rompus en février 2016, à la suite du 4e essai nucléaire nord-coréen.) À Séoul, certains analystes estiment que Pyongyang, asphyxié par les sanctions internationales, souhaite se servir de ces futurs pourparlers pour demander au Sud de relancer les projets de coopération générateurs de devises et de mettre fin aux exercices militaires conjoints organisés avec les États-Unis. Cependant, même si le terrain est miné, cette possible reprise du dialogue après des mois de tensions est saluée avec satisfaction et espoir en Corée du Sud.

AG : L' année 2017 s'est terminée sur un excellent bilan pour la sécurité dans le transport aérien.

GM : Avec seulement 10 accidents qui ont fait 44 morts, cette année a été la plus sûre depuis 1946 et l'établissement de statistiques sur les accidents dans l'aéronautique civile. L'avion reste donc le moyen de transport le plus sûr. Selon un spécialiste, la probabilité de mourir dans un accident est désormais d'une chance sur 16 millions.

AG : Émilie König, une djihadiste française activement recherchée, a été arrêtée début décembre en Syrie par les forces kurdes.

GM : L'information a été confirmée par des responsables français de la lutte antiterroriste et selon le quotidien Libération, elle est actuellement détenue dans la région d’Hassaké, près de la frontière irakienne. Son portrait avec Anna Piekarec :

Emilie König est née en Bretagne il y a 33 ans. Son père, qu’elle n’a pratiquement pas connu, était gendarme. Elle se serait convertie à l’islam à l’âge de 17 ans et en 2010, entièrement voilée, elle s’est fait repérer près de la mosquée de Lorient en tentant de distribuer des tracts appelant au djihad. Après la dissolution du groupuscule islamiste nantais Forsane Alizza, avec lequel elle était en contact, elle a quitté la France en 2012 pour la Syrie, en abandonnant derrière elle ses deux enfants. Deux ans plus tard, elle a été l’une des premières femmes étrangères à rejoindre le califat du groupe État islamique. Elle n’a pas pris part aux combats sur le terrain, les femmes n’étant pas considérées par Daesh comme des combattantes potentielles, mais elle est devenue une véritable égérie de cette organisation, en postant des dizaines de vidéos de propagande. Inscrite par les Américains sur la liste noire des terroristes, elle aurait réussi à convaincre quelque deux cents Françaises de rejoindre les rangs de l’État islamique.

AG : En France, de nouveaux dirigeants pour la Corse.

GM : L'indépendantiste Jean-Guy Talamoni a été élu président de l'Assemblée de Corse. Et l'autonomiste Gilles Simeoni est devenu président du Conseil exécutif. Les élections territoriales de décembre ont remporté par le camp nationaliste.

AG : Des téléphones fixes en cellule pour les prisonniers français : c'est le projet du ministère de la Justice, qui souhaite aider les détenus à maintenir un lien avec leurs proches.

GM : Les détenus pourront seulement appeler certains numéros autorisés. Le ministère a confirmé son projet après une expérimentation concluante menée depuis un an et demi dans une prison de l'est de la France. Les précisions de William de Lesseux :

Il fallait sortir de l'impasse assure le ministère de la Justice. En 2016, 34 000 téléphones portables ont été saisis par l'administration pénitentiaire. Leur utilisation est illégale, mais il est difficile de lutter contre leur prolifération. Les smartphones sont particulièrement dangereux, car ils peuvent servir à transférer des vidéos. La solution donc, des téléphones fixes. Les détenus pourront appeler certains numéros seulement. L'administration pénitentiaire aura accès à toutes leurs communications, qui seront enregistrées et numérisées. Sauf en cas d'appel avec un avocat. L'entreprise qui installera les lignes fixes devra aussi assurer le brouillage des réseaux mobiles, en utilisant de nouvelles technologies.Le ministère de la Justice insiste : plus de contacts avec les proches pour un détenu c'est plus de réinsertion à la clé. Il y avait déjà quelques téléphones fixes en prison, mais seulement dans les coursives et sous la surveillance d'un gardien. Le dispositif sera financé par les détenus. Ils paieront leurs communications à la minute. L'entreprise aura un an pour équiper les 50 000 cellules françaises.

GM : La disparition de Jacques Lassalle, grande figure du théâtre français. Il avait notamment dirigé la Comédie-Française. Jacques Lassalle disparaît à l'âge de 81 ans. C'est la fin de votre Journal en français facile, à retrouver sur notre site à la page RFI Savoirs. Bonsoir à tous ! 

Radio France International France 24 Monte Carlo Doualiya France Médias Monde

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJD OJD Dénombrement des médias

Logo RFI

Journal en français facile 02/01/2018 20h00 GMT

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.