#Français de l’actualité

Je suis Charlie

mots-actu_j.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

On le sait, c’est il y a juste un an que se perpétraient les assassinats contre Charlie Hebdo. Il y a juste un an également, très peu de temps après l’attentat, apparaissait le slogan qui a été tant repris depuis : « Je suis Charlie ».

C’est un graphiste qui en est à l’origine, Joachim Roncin, directeur artistique du magazine Stylist. Il a lancé cette phrase sur le réseau tweeter, sans imaginer probablement l’écho qu’elle allait avoir. Mais par sa brièveté, par son assurance aussi, elle a été reprise, dite, imprimée, affichée un peu partout, comme une manière d’exprimer son horreur de ce qui venait de se passer.

Mais justement, c’est son autorité, c’est l’implication qu’elle sous-entend de la part de celui qui l’a fait sienne, « je suis », de la part de celui qui la prononce, ou qui l’arbore au col de sa veste avec une épinglette, ou qui se l’approprie quand il se présente – sur son profil sur un réseau social – qui justement fait que certains ont voulu s’en démarquer un peu.

Pourquoi ? Peut-être parce que la phrase était trop bien trouvée, parce qu’elle manquait un petit peu de nuance : en fait elle identifiait tous ceux qui l’acceptaient au journal Charlie Hebdo.

Et précisément, beaucoup de gens –  mais enfin pas tout de suite, dans les semaines qui suivirent – beaucoup de gens ont soutenu de façon extrêmement véhémente le fait qu’ils étaient horrifiés par les attentats contre le journal, contre son équipe (et d’ailleurs contre quelques autres). Mais qu’ils ne s’identifiaient pas totalement au journal : ainsi, on affirmait le droit de réagir, de crier son horreur, sa colère , sans pour autant être, ou avoir été, un lecteur assidu de Charlie ; sans pour autant être d’accord avec toutes les prises de position ou même, avec cette forme d ’humour qui est extrêmement décapant et provocant et qui est la marque de fabrique de Charlie Hebdo depuis sa naissance.

Alors, on peut lutter contre la violence faite à Charlie, sans être Charlie. Mais justement, c’était là que résidait le talent de la formule : « Je suis ». Voilà une manière très grammaticale de pousser la solidarité jusqu’à l’identification. Belle effet de langue, et qui a d’assez nombreux prédécesseurs pour montrer justement qu’on condamne, donc qu’on s’assimile à la victime. Et même qu’on reprend à son compte ce qui est reproché à cette victime.

Par exemple, on peut se rappeler la phrase célèbre en mai 1968 : « Nous sommes tous des Juifs allemands ». Le principe est proche, même si on est au pluriel : C’est pas « je suis », comme dans « Je suis Charlie », c’est « nous sommes ». Et cette phrase avait servi de slogan lors d’une manifestation qui affirmait entre autre son soutien à Daniel Cohn-Bendit, qui avait été déclaré indésirable sur le territoire français par le ministre de l’Intérieur de l’époque, au motif qu’il était de nationalité allemande. Et puis, ce slogan reprenait une phrase de l’hebdomadaire d’extrême-droite Minute, qui auparavant avait traité Cohn-Bendit de « juif allemand ».

Alors, on a entendu souvent depuis des slogans sur le même modèle : « Nous sommes tous des immigrés ; Nous sommes tous des étrangers ; Nous sommes tous des sans papier… »  Si telle personne est opprimée à cause de telle caractéristique, je reprends à mon compte cette caractéristique pour montrer que je suis solidaire.

Avertissement !
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensables un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

 

Canopé

 

Coproduction du réseau CANOPÉ.
http://www.reseau-canope.fr/
 

 

Radio France International France 24 Monte Carlo Doualiya France Médias Monde

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJD OJD Dénombrement des médias

Logo RFI

Je suis Charlie

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.